Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gringos"

En savoir plus

SUR LE NET

Mobilisation en ligne pour les chrétiens d'Irak

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"N'oublions pas la Syrie"

En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • Société Générale : Jérôme Kerviel bénéficiera d’un aménagement de peine

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le chef de l'exécutif de New Delhi à l'initiative d'un sit-in anti-police

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/01/2014

À New Delhi, le chef de l’exécutif de la ville, Arvind Kejriwal a entamé un sit-in pour protester contre l’inefficacité des forces de l’ordre. Une initiative qui a provoqué des heurts, mardi, entre ses partisans et la police.

À New Delhi, des heurts ont éclaté entre la police et une centaine de partisans du chef du gouvernement de l‘État de Delhi, Arvind Kejriwal. Ce militant anti-corruption, élu à la tête de la ville-état en décembre dernier face au candidat du parti au pouvoir, est à l'origine d'un vaste mouvement de protestation.

Le sit-in, organisé dans un parc proche du ministère de l’Intérieur, vise à protester contre les défaillances des services policiers face à la criminalité dans la capitale indienne. Et quand des supporters de Kejriwal ont tenté de rejoindre ceux déjà sur place, les forces de l’ordre les ont repoussés avec des bâtons. Plus de 1 300 policiers ont été déployés sur les lieux. 

Pas de négociations

Depuis le début du sit-in, lundi 20 janvier, le chef de l'exécutif refuse toute négociation avec les autorités et appelle à une réforme du fonctionnement de la police, qu’il juge inefficace. Kejriwal souhaite que la gestion des forces de l’ordre soit transférée à la municipalité, alors qu’elle est à ce jour sous la coupe du ministère de l’Intérieur.

"Je pense, et le public est sans doute aussi de mon avis, que dans un secteur donné, au moins 90% des crimes se produisent en collusion avec la police", a-t-il déclaré mardi matin sur les lieux du sit-in, en émergeant d'une couverture sous laquelle il avait passé la nuit.

"Nous allons poursuivre notre protestation. Comment le ministre de l'Intérieur, Sushilkumar Shinde, peut-il dormir quand tant de crimes surviennent à Delhi ? Quand des femmes ne sont pas en sécurité à Delhi ? Nous ne négocierons pas", a-t-il confié dans la foulée à la presse.

La tentative de mobilisation de Kejriwal fait suite au large mouvement de protestation né à New Delhi après le viol d’une étudiante dans la capitale indienne, en décembre 2012.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 21/01/2014

  • #ActuElles

    En Inde, la mobilisation contre les crimes sexuels se poursuit

    En savoir plus

  • INDE

    Un an après : retour sur un viol qui a bouleversé l'Inde

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)