Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le chef de l'exécutif de New Delhi à l'initiative d'un sit-in anti-police

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/01/2014

À New Delhi, le chef de l’exécutif de la ville, Arvind Kejriwal a entamé un sit-in pour protester contre l’inefficacité des forces de l’ordre. Une initiative qui a provoqué des heurts, mardi, entre ses partisans et la police.

À New Delhi, des heurts ont éclaté entre la police et une centaine de partisans du chef du gouvernement de l‘État de Delhi, Arvind Kejriwal. Ce militant anti-corruption, élu à la tête de la ville-état en décembre dernier face au candidat du parti au pouvoir, est à l'origine d'un vaste mouvement de protestation.

Le sit-in, organisé dans un parc proche du ministère de l’Intérieur, vise à protester contre les défaillances des services policiers face à la criminalité dans la capitale indienne. Et quand des supporters de Kejriwal ont tenté de rejoindre ceux déjà sur place, les forces de l’ordre les ont repoussés avec des bâtons. Plus de 1 300 policiers ont été déployés sur les lieux. 

Pas de négociations

Depuis le début du sit-in, lundi 20 janvier, le chef de l'exécutif refuse toute négociation avec les autorités et appelle à une réforme du fonctionnement de la police, qu’il juge inefficace. Kejriwal souhaite que la gestion des forces de l’ordre soit transférée à la municipalité, alors qu’elle est à ce jour sous la coupe du ministère de l’Intérieur.

"Je pense, et le public est sans doute aussi de mon avis, que dans un secteur donné, au moins 90% des crimes se produisent en collusion avec la police", a-t-il déclaré mardi matin sur les lieux du sit-in, en émergeant d'une couverture sous laquelle il avait passé la nuit.

"Nous allons poursuivre notre protestation. Comment le ministre de l'Intérieur, Sushilkumar Shinde, peut-il dormir quand tant de crimes surviennent à Delhi ? Quand des femmes ne sont pas en sécurité à Delhi ? Nous ne négocierons pas", a-t-il confié dans la foulée à la presse.

La tentative de mobilisation de Kejriwal fait suite au large mouvement de protestation né à New Delhi après le viol d’une étudiante dans la capitale indienne, en décembre 2012.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 21/01/2014

  • #ActuElles

    En Inde, la mobilisation contre les crimes sexuels se poursuit

    En savoir plus

  • INDE

    Un an après : retour sur un viol qui a bouleversé l'Inde

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)