Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le chef de l'exécutif de New Delhi à l'initiative d'un sit-in anti-police

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/01/2014

À New Delhi, le chef de l’exécutif de la ville, Arvind Kejriwal a entamé un sit-in pour protester contre l’inefficacité des forces de l’ordre. Une initiative qui a provoqué des heurts, mardi, entre ses partisans et la police.

À New Delhi, des heurts ont éclaté entre la police et une centaine de partisans du chef du gouvernement de l‘État de Delhi, Arvind Kejriwal. Ce militant anti-corruption, élu à la tête de la ville-état en décembre dernier face au candidat du parti au pouvoir, est à l'origine d'un vaste mouvement de protestation.

Le sit-in, organisé dans un parc proche du ministère de l’Intérieur, vise à protester contre les défaillances des services policiers face à la criminalité dans la capitale indienne. Et quand des supporters de Kejriwal ont tenté de rejoindre ceux déjà sur place, les forces de l’ordre les ont repoussés avec des bâtons. Plus de 1 300 policiers ont été déployés sur les lieux. 

Pas de négociations

Depuis le début du sit-in, lundi 20 janvier, le chef de l'exécutif refuse toute négociation avec les autorités et appelle à une réforme du fonctionnement de la police, qu’il juge inefficace. Kejriwal souhaite que la gestion des forces de l’ordre soit transférée à la municipalité, alors qu’elle est à ce jour sous la coupe du ministère de l’Intérieur.

"Je pense, et le public est sans doute aussi de mon avis, que dans un secteur donné, au moins 90% des crimes se produisent en collusion avec la police", a-t-il déclaré mardi matin sur les lieux du sit-in, en émergeant d'une couverture sous laquelle il avait passé la nuit.

"Nous allons poursuivre notre protestation. Comment le ministre de l'Intérieur, Sushilkumar Shinde, peut-il dormir quand tant de crimes surviennent à Delhi ? Quand des femmes ne sont pas en sécurité à Delhi ? Nous ne négocierons pas", a-t-il confié dans la foulée à la presse.

La tentative de mobilisation de Kejriwal fait suite au large mouvement de protestation né à New Delhi après le viol d’une étudiante dans la capitale indienne, en décembre 2012.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 21/01/2014

  • #ActuElles

    En Inde, la mobilisation contre les crimes sexuels se poursuit

    En savoir plus

  • INDE

    Un an après : retour sur un viol qui a bouleversé l'Inde

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)