Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"L'important, c'est de participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Erdogan : "Les putschistes avouent que les instructions sont venues de Gülen"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le G20 presse le Royaume-Uni de lancer ses négociations commerciales avec l'UE

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nice, l'indécente polémique"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

LE DÉBAT

Theresa May en France : le Brexit au plus vite ?

En savoir plus

Planète @venir

L’incroyable phénomène de l’e-sport

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabien Archambault : "La France n'est pas un grand pays de football"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : la télémédecine, une initiative pour les femmes médecins

En savoir plus

Asie - pacifique

Le gouvernement thaïlandais décrète l'état d'urgence à Bangkok

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/01/2014

En raison des manifestants qui réclament depuis plus de deux mois la chute de la Première ministre thaïlandaise, le gouvernement a annoncé mardi l’application de l’état d’urgence dans la capitale et ses alentours, et ce pour deux mois.

Après plus de deux mois de crise politique en Thaïlande, émaillée de violentes manifestations, le gouvernement a annoncé mardi 22 janvier la mise en place de l’état d’urgence dans la capitale Bangkok et ses alentours, pour une durée de 60 jours.

"Le conseil des ministres a décidé d’invoquer l’état d’urgence pour faire face à la situation et faire appliquer la loi", a déclaré le vice-Premier ministre Surapong Tovichakchaikul lors d’une conférence de presse.

Depuis début novembre, les chemises jaunes, surnom donné aux opposants, exigent la démission de la Première ministre thaïlandaise Yingluck Shinawatra, sous l’influence, selon les manifestants, de son frère, l’ex-Premier ministre en exil Thaksin Shinawatra, renversé en 2006.
 
Lundi, le mouvement a pris une ampleur inédite depuis le début de la crise : les manifestants, qui avaient jusqu’alors concentré leurs actions dans la capitale Bangkok, ont assiégé les bâtiments gouvernementaux dans les villes de 12 provinces du sud du pays.
 
La semaine dernière, les manifestants avaient également lancé une opération de "paralysie" de la capitale qui s'est rapidement essoufflée.
 
Escalade de violences à l'approche des élections
 
Depuis le début de la crise politique, provoquée par un projet de loi d’amnistie qui aurait exonéré Thaksin Shinawatra de poursuites pour corruption, neuf personnes ont été tuées, la plupart abattues dans des circonstances troubles, et les manifestants ont été victimes de plusieurs attaques d'assaillants non identifiés.
 
Vendredi et dimanche, des grenades ont été lancées en plein jour sur une foule de manifestants, faisant un mort et des dizaines de blessés. Ce qui fait craindre une escalade de la violence à l'approche des élections du 2 février que les opposants, qui veulent remplacer le gouvernement par un "conseil du peuple" non élu, ont promis d'empêcher.
 
Yingluck a convoqué ces élections anticipées pour tenter de sortir de l'impasse. Mais les manifestants et le principal parti d'opposition ne veulent pas de ce scrutin dont le parti au pouvoir est une nouvelle fois favori.

Avec AFP
 
 

 

Première publication : 21/01/2014

  • THAÏLANDE

    Une bombe explose lors d'une manifestation anti-gouvernementale à Bangkok

    En savoir plus

  • THAÏLANDE

    L'opposition thaïlandaise lance l'opération "paralysie à Bangkok"

    En savoir plus

  • THAÏLANDE

    Contestation en Thaïlande : de nouvelles victimes, l’armée prête à agir

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)