Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

EUROPE

L'influent Gülen dénonce les dérives anti-démocratiques d’Erdogan

© AFP | Une banderole à l'effigie d'Erdogan (à g.) et Gülen (à d.).

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/01/2014

Le torchon brûle entre le prédicateur musulman Fehtullah Gülen et le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan. Dans un entretien, Gülen, fondateur du mouvement Hizmet, regrette les dérives anti-démocratiques de son ancien allié.

Alors que la Turquie est agitée par une crise politique majeure, le prédicateur musulman Fethullah Gülen est sorti mardi 21 janvier de son silence pour se lancer dans une violente diatribe contre le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan. Dans un entretien accordé au "Wall Street Journal", il a accusé le gouvernement islamo-conservateur au pouvoir d'avoir "inversé" le progrès démocratique depuis deux ans.

"Les citoyens turcs (...) sont mécontents que, au cours des deux dernières années, le progrès démocratique soit remis en cause", a-t-il déclaré.

Gülen, éxilé États-Unis depuis 15 ans, a notamment dénoncé la volonté du Premier ministre de faire rejuger les centaines d'officiers de l'armée qui avaient été condamnés à de lourdes peines de prison, en 2012 et 2013, après une tentative de coup d’État.

"Une large part de la population turque, y compris des membres du ‘Hizmet’ – le mouvement dont il est le fondateur – ont soutenu l'AKP (Parti de la justice et du développement, au pouvoir) pour ses réformes démocratiques, sa volonté de mettre un terme à la tutelle exercée par l'armée sur la politique et pour faire avancer la Turquie vers l'intégration européenne", a-t-il noté.

"Si [ces nouveaux procès] étaient organisés, cela constituerait un coup aux réformes démocratiques des dernières années", a estimé le prédicateur musulman.

Erdogan dénonce un "État dans l'État"

Autrefois alliés, l’AKP et le Hizmet sont aujourd’hui dos à dos. Erdogan accuse le mouvement de Gülen de fomenter un "complot" pour renverser son régime alors que se profilent les élections municipales en mars prochain et la présidentielle en août.

Le chef du gouvernement estime que la confrérie a mis la main sur une partie de la justice et de la police, constituant un "État dans l'État" pour manipuler des enquêtes judiciaires. Ces accusations visent notamment l'inculpation ou l'incarcération de dizaines de patrons, hommes d'affaires et élus proches du pouvoir pour corruption, fraude et blanchiment, depuis la mi-décembre.

Après ce coup de filet, Erdogan avait engagé en représailles des purges massives au sein de la police et renforcé son contrôle sur la justice, provoquant la colère de Gülen.

"Les mutations et les purges fondées sur l'idéologie, la sympathie ou l'opinion étaient une pratique du passé que le parti au pouvoir s'était engagé à arrêter avant d'arriver au pouvoir", a-t-il regretté.

Le Hizmet, qui chapeaute un puissant réseau d’écoles, de médias et de centres culturels, était un allié de poids pour l’AKP. Les deux entités se sont brouillées fin 2013 à la suite de la publication d’un projet de loi visant à supprimer les écoles privées, l’une des mannes principales de l’organisation du prédicateur musulman.

Avec AFP

Première publication : 21/01/2014

  • TURQUIE

    Erdogan à Bruxelles pour défendre sa réforme judiciaire controversée

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Corruption : la purge de la police turque se poursuit

    En savoir plus

  • ÉDUCATION

    École Gülen en France : "On n'est ni une secte, ni des intégristes"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)