Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Vidéo : l'Italie se dote de nouveaux "hotspots" pour mieux accueillir les migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hillary Clinton, à contrecœur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La folie terroriste"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Nigeria, les crimes contre des chrétiens se multiplient

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Lady Liberty" : emblème de l'Amérique et symbole de liberté

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La saison des tubes de l'été est lancée !

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : au Canada, les critères d'accueil des réfugiés jugés discriminatoires envers les musulmans

En savoir plus

Afrique

Reportage : le difficile retour des déplacés en Centrafrique

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/01/2014

Au lendemain de son élection, la nouvelle présidente de la République centrafricaine Catherine Samba-Panza a appelé les milliers de déplacés à rentrer chez eux. FRANCE 24 est allé à la rencontre de l'un d'entre eux, le pasteur Narlais Ngoualesso.

Après des semaines d'exil, le pasteur Narlais Ngoualesso, sa femme et ses cinq enfants sont rentrés chez eux. Ils avaient fui la Centrafrique pour se réfugier en République démocratique du Congo, après de violents incidents dans leur quartier de Bangui entre les ex-rebelles de la Séléka et les milices chrétiennes anti-Balaka.

"Mon bébé des fois, on le met ici et ce jour-là, la balle est tombée comme ça", raconte à FRANCE 24 ce pasteur de Bangui en montrant le berceau de son enfant. "On a vu que la situation était devenue très difficile et il a fallu trouver un endroit ailleurs", poursuit-il.

La femme de Narlais Ngoualesso est contente d’être revenue chez elle, mais elle n’oublie pas les incidents qui ont menacé sa famille : "Ici, il y a des enfants qui sont petits. S’il y a encore quelque chose qui ne va pas, on va encore courir pour y échapper. C’est cela qui me fait peur".

Le pasteur explique qu’il ne peut pas retourner dans son église car elle est entourée de membres des Séléka. Il pense cependant qu’il est essentiel pour les siens d’essayer de retrouver une vie normale, dans leur quartier, alors que la nouvelle présidente du pays Catherine Samba-Panza lance un appel à l’apaisement : "Je suis sûr que cela va aller mieux, puisqu’elle va jouer la neutralité. La plupart des lieux que tenait la Séléka sont déjà détruits et la plupart d’entre eux sont partis. Présentement, je me sens un peu en sécurité".

Des milliers de déplacés centrafricains, qui ont fui les violences, ne sont pas encore rentrés chez eux. La nouvelle présidente espère réussir à pacifier le pays et les convaincre de retrouver leurs villes.

Première publication : 22/01/2014

  • CENTRAFRIQUE

    Samba-Panza : "Impulser une dynamique de réconciliation et d’apaisement"

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Catherine Samba-Panza, une "maire courage" aux commandes de la Centrafrique

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Les inséparables archevêque et imam de Bangui en Europe pour réclamer de l'aide

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)