Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

  • Reprise des bombardements à Gaza, l'espoir d'une trêve s'éloigne

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

FRANCE

Affaire "Closer" : Bernadette Chirac solidaire de Valérie Trierweiler

© JACKY NAEGELEN / AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/01/2014

Interviewée sur Europe 1 mercredi matin, Bernadette Chirac a affiché sa solidarité avec Valérie Trierweiler à qui elle a "écrit un petit mot". L'épouse de Jacques Chirac en a profité pour donner sa vision du rôle de Première dame.

Après l'affaire "Closer", François Hollande a promis qu’il clarifierait la situation avec sa compagne Valérie Trierweiler avant son départ pour les États-Unis, le 11 février. D’ici là, motus et vie privée. Interrogée sur Europe 1 mercredi 22 janvier, Bernadette Chirac, épouse de Jacques Chirac et Première dame pendant 12 ans, a défendu, elle aussi, le droit à l’intimité du couple présidentiel, rappelant que "le président de la République a dit que les affaires privées doivent être réglées en privé. Par conséquent cela ne me regarde pas".

Elle a néanmoins affiché sa solidarité avec Valérie Trierweiler à qui elle dit avoir écrit "un petit mot" : "Elle doit probablement être très fatiguée. Je lui ai dit que je prenais part à sa tristesse. (…) Je lui ai dit que je pensais à elle et que probablement tout ça va s’arranger très vite". 
 
Avec de l’expérience (et de la discrétion), c’est plus facile...
 
Première dame à une époque où Internet en était à ses balbutiements, où les réseaux sociaux n’existaient pas et où les journalistes savaient garder les frasques du pouvoir pour eux, Bernadette Chirac s’est offusquée d’une presse people "indécente", qui en fait "trop". Si elle-même avait évoqué les écarts de son époux sans son livre d’entretien en 2001 - "Les filles, ça cavalait", écrivait-elle alors -, elle n’a pas eu à souffrir d’étalage sur la place publique.
 
Bernadette Chirac a souligné qu’être Première dame "c’est assez dur" même si elle a "aimé ça". Contrairement à Valérie Trierweiler, elle a eu le bénéfice de l’expérience : "J’ai eu la chance d’être 18 ans femme du maire de Paris, quatre ans femme du Premier ministre, 10 ans femme d’un ministre et la femme du président de la République pendant deux mandats. Avec de l’entraînement, c’est moins difficile. Elle-même me l’a dit", a-t-elle déclaré, évoquant une rencontre de Premières dames organisée au début du mandat de François Hollande à l’Élysée, "une maison" qu’elle aime.
 
Le statut de la Première dame : "Ridicule !"
 
Si depuis l’affaire "Closer" la question du statut de la Première dame fait débat, Bernadette Chirac évacue la question : "C’est ridicule", rétorque-t-elle. Et de rappeler : "C’est le président de la République qui est élu par les Françaises et les Français. S’il a une femme tant mieux, elle doit apprendre à être disponible pour tous les Français".
 
Pas de statut, soit, mais un secrétariat, "c’est un minimum". Si certains évoquent la possibilité d’une disparation totale de la Première dame de la sphère publique, faisant jusqu’à l’économie de son secrétariat à l’Élysée, Bernadette Chirac ne va pas jusque-là. Selon elle, la Première dame doit conserver un rôle : être "disponible pour les Français" et être "aux côtés de son mari" quand il représente la France. "Elle doit l’aider et compléter ses propos dans le sens qu’il a indiqué", conclut-elle. Bernadette, femme moderne. Mais pas trop. 

Première publication : 22/01/2014

  • FRANCE

    François Hollande à Tulle, Valérie Trierweiler à la Lanterne

    En savoir plus

  • FRANCE

    Valérie Trierweiler hospitalisée pour une durée indéterminée

    En savoir plus

  • FRANCE

    Rumeurs de liaison : Hollande déplore les "atteintes à sa vie privée"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)