Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

FRANCE

Affaire "Closer" : Bernadette Chirac solidaire de Valérie Trierweiler

© JACKY NAEGELEN / AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/01/2014

Interviewée sur Europe 1 mercredi matin, Bernadette Chirac a affiché sa solidarité avec Valérie Trierweiler à qui elle a "écrit un petit mot". L'épouse de Jacques Chirac en a profité pour donner sa vision du rôle de Première dame.

Après l'affaire "Closer", François Hollande a promis qu’il clarifierait la situation avec sa compagne Valérie Trierweiler avant son départ pour les États-Unis, le 11 février. D’ici là, motus et vie privée. Interrogée sur Europe 1 mercredi 22 janvier, Bernadette Chirac, épouse de Jacques Chirac et Première dame pendant 12 ans, a défendu, elle aussi, le droit à l’intimité du couple présidentiel, rappelant que "le président de la République a dit que les affaires privées doivent être réglées en privé. Par conséquent cela ne me regarde pas".

Elle a néanmoins affiché sa solidarité avec Valérie Trierweiler à qui elle dit avoir écrit "un petit mot" : "Elle doit probablement être très fatiguée. Je lui ai dit que je prenais part à sa tristesse. (…) Je lui ai dit que je pensais à elle et que probablement tout ça va s’arranger très vite". 
 
Avec de l’expérience (et de la discrétion), c’est plus facile...
 
Première dame à une époque où Internet en était à ses balbutiements, où les réseaux sociaux n’existaient pas et où les journalistes savaient garder les frasques du pouvoir pour eux, Bernadette Chirac s’est offusquée d’une presse people "indécente", qui en fait "trop". Si elle-même avait évoqué les écarts de son époux sans son livre d’entretien en 2001 - "Les filles, ça cavalait", écrivait-elle alors -, elle n’a pas eu à souffrir d’étalage sur la place publique.
 
Bernadette Chirac a souligné qu’être Première dame "c’est assez dur" même si elle a "aimé ça". Contrairement à Valérie Trierweiler, elle a eu le bénéfice de l’expérience : "J’ai eu la chance d’être 18 ans femme du maire de Paris, quatre ans femme du Premier ministre, 10 ans femme d’un ministre et la femme du président de la République pendant deux mandats. Avec de l’entraînement, c’est moins difficile. Elle-même me l’a dit", a-t-elle déclaré, évoquant une rencontre de Premières dames organisée au début du mandat de François Hollande à l’Élysée, "une maison" qu’elle aime.
 
Le statut de la Première dame : "Ridicule !"
 
Si depuis l’affaire "Closer" la question du statut de la Première dame fait débat, Bernadette Chirac évacue la question : "C’est ridicule", rétorque-t-elle. Et de rappeler : "C’est le président de la République qui est élu par les Françaises et les Français. S’il a une femme tant mieux, elle doit apprendre à être disponible pour tous les Français".
 
Pas de statut, soit, mais un secrétariat, "c’est un minimum". Si certains évoquent la possibilité d’une disparation totale de la Première dame de la sphère publique, faisant jusqu’à l’économie de son secrétariat à l’Élysée, Bernadette Chirac ne va pas jusque-là. Selon elle, la Première dame doit conserver un rôle : être "disponible pour les Français" et être "aux côtés de son mari" quand il représente la France. "Elle doit l’aider et compléter ses propos dans le sens qu’il a indiqué", conclut-elle. Bernadette, femme moderne. Mais pas trop. 

Première publication : 22/01/2014

  • FRANCE

    François Hollande à Tulle, Valérie Trierweiler à la Lanterne

    En savoir plus

  • FRANCE

    Valérie Trierweiler hospitalisée pour une durée indéterminée

    En savoir plus

  • FRANCE

    Rumeurs de liaison : Hollande déplore les "atteintes à sa vie privée"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)