Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

FRANCE

La garde à vue de Dieudonné levée

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/01/2014

Suite à la plainte d’un huissier pour violences, Dieudonné a été placé en garde à vue mercredi avant d’être relâché dans la soirée. Le polémiste, qui a contesté les faits, a été confronté à sa supposée victime.

Le polémiste Dieudonné M’bala M’bala, dont le spectacle "Le Mur" a suscité une vive controverse ces dernières semaines, a été placé en garde à vue mercredi 22 janvier dans une gendarmerie d'Eure-et-Loir. Il avait été interpellé à la suite de la plainte d'un huissier de justice pour violences. Après une confrontation avec le plaignant, il a été libéré dans la soirée, à 20h25.

 

Au cours d'une première garde à vue dans la nuit de mardi à mercredi, le polémiste avait "contesté toute présence sur les lieux le soir des faits et être l'auteur du coup de feu" pour lequel il était convoqué, selon Patrice Ollivier-Maurel, le procureur de la République de Chartres. Une position qu’il a réaffirmée au cours de la confrontation, a-t-on appris dans la soirée.

La compagne de Dieudonné, Noëmie Montagne, avait déjà été entendue par les gendarmes mardi.

 

 

"Lundi 20 janvier, deux huissiers de justices mandatés par la direction régionale des finances publiques à Paris se sont présentés aux alentours de 20 heures, au domicile de Madame Noëmie Montagne et Monsieur Dieudonné M'bala M'bala pour délivrer à ce dernier plusieurs commandements de payer", a précisé le magistrat dans son communiqué. "L'un des huissiers dit avoir été reçu par Mme Montagne qui lui a demandé de partir et avoir identifié formellement Monsieur Dieudonné M'bala M'bala qui n'a pas répondu à ses injonctions", ajoute le document.

"Constatant qu'il ne pouvait remettre les commandements en main propre, l'huissier a regagné son véhicule et a aperçu au même moment une arme faire feu par dessus le portail. Le soir même, il déposait plainte contre X tout en précisant n'avoir pas été en mesure d'identifier le porteur de cette arme", développe Patrice Ollivier-Maurel.

Perquisition menée au domicile de Dieudonné mardi

La brigade des recherches de Dreux a également été saisie par le procureur de la République pour mener une enquête de flagrance pour violences avec armes sans ITT sur un officier public ministériel. Le parquet affirme que "le tir de flash ball a été caractérisé par plusieurs éléments matériels". L'engin a été retrouvé par les enquêteurs au cours d’une perquisition menée mardi, ont affirmé deux sources citées par l’AFP.

Depuis le début de l’affaire, lundi 20 janvier, Dieudonné, sa compagne et ses avocats contestent la version donnée par les huissiers. Sanjay Mirabeau, l’avocat du polémiste, affirme que les huissiers "ont essayé de passer par-dessus la palissade" entourant la propriété. "La compagne de Dieudonné et le service de sécurité leur ont alors demandé de partir", a-t-il expliqué à l'AFP.

Avec AFP

 

Première publication : 22/01/2014

  • FRANCE

    Dieudonné abandonne définitivement son spectacle "Le Mur"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le Conseil d'État valide l'interdiction du spectacle de Dieudonné àTours

    En savoir plus

  • FRANCE

    Dieudonné : la "quenelle" de la discorde

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)