Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

  • En direct : le président sortant Bouteflika a voté en fauteuil roulant

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

Elie Semoun: Dieudonné "révélateur d'une population qui se sent mal aimée"

AFP

L'affaire Dieudonné

L'affaire Dieudonné "a été le révélateur de quelque chose, d'une certaine population française qui se sent mal aimée, qui ne se sent pas respectée et qui sent qu'elle n'a pas le droit à la parole", a déclaré l'humoriste Elie Semoun, dans un entretien sur BFMTV jeudi soir.L'humoriste Elie Semoun le 31 août 2012 à Deauville

L'affaire Dieudonné "a été le révélateur de quelque chose, d'une certaine population française qui se sent mal aimée, qui ne se sent pas respectée et qui sent qu'elle n'a pas le droit à la parole", a déclaré l'humoriste Elie Semoun, dans un entretien sur BFMTV jeudi soir.

Interrogé à la veille de la pièce "Le placard" où il incarne François Pignon, au Théâtre des Nouveautés, à Paris, l'humoriste s'est dit "bouleversé" par la polémique autour de son ancien complice.

"Dieudonné, c'est le porte-parole de tous ces gens qui veulent hurler leur rage et leur colère. Malheureusement, dans tout ce tas de gens, il y a beaucoup de racistes", a-t-il dit avec tristesse.

"Si j'étais sociologue, je me pencherais là-dessus et je me dirais que la société française va mal. Peut-être parce qu'on est en temps de crise et que des rancoeurs, des jalousies, du racisme ressortent", a-t-il ajouté.

"Toute cette histoire m'a bouleversé. Il nous a pris tous en otage, et moi en particulier", a-t-il souligné, tout en se disant opposé à l'interdiction "des spectacles en règle générale, parce que de toute façon, ça fait de l'artiste un martyre, et puis ça donne encore plus aux gens envie d'aller le voir".

"Il faut interdire le fait qu'on soit raciste et méprisant, pour un peuple, les juifs, mais interdire des spectacles, non. Moi, je suis pour la liberté d'expression", a-t-il expliqué.

L'humoriste avait réagi début janvier aux propos antisémites de Dieudonné par un court sketch diffusé sur Canal+, où il rappelait "quand on a débuté avec Dieudonné, on était le symbole même de l'antiracisme, à tel point que j'avais oublié que j'étais Noir et qu'il était juif! On s'en foutait à l'époque de tout ça, maintenant c'est un problème pour tout le monde... Dommage, moi j'aimais bien être Noir".

Première publication : 23/01/2014