Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

EUROPE

"Cette loi est faite pour qu’aucune femme ne puisse avorter en Espagne"

© Adeline Percept / FRANCE 24 / Les manifestants devant l'ambassade de France à Madrid

Texte par Adeline PERCEPT

Dernière modification : 23/01/2014

Pour protester contre le projet de loi du gouvernement espagnol visant à restreindre le droit à l’avortement, des féministes espagnoles ont symboliquement demandé l’asile à la France. Reportage.

"L’interruption volontaire de grossesse est un droit en Espagne. Je l’ai obtenu et cinq ans plus tard, on me le retire ? Franchement je n’arrive pas à y croire !" Natalia, 25 ans, assistante médicale, a revêtu sa blouse blanche comme la plupart des manifestants. Elle attend patiemment son tour pour entrer dans l’ambassade de France à Madrid afin d’y remettre un formulaire de "demande d’asile sanitaire et juridique".

Une centaine de professionnels espagnols de la santé, pour la plupart travaillant dans des cliniques abortives, ont ainsi répondu à l’appel de la plateforme féministe "Decidir nos hace libre" ("Décider nous rend libre") et ont symboliquement demandé l’asile à la France jeudi 23 janvier. "Si l’avant-projet de loi du gouvernement Rajoy est voté tel quel, ce texte va mettre tous les professionnels qui pratiquent l’avortement dans une insécurité juridique intenable, d’où cette demande d’accueil symbolique en France", explique Ampar Pineda.

"La loi du gouvernement Rajoy est un retour en arrière"

Ampar a le visage grave des jours où il faut lutter. Elle en a l’expérience. Elle est l’une des pionnières du féminisme en Espagne et a lutté 40 ans pour en arriver à la liberté d’avorter accordée par la loi du gouvernement Zapatero en 2010. À ses côtés, Maité Andreu, elle aussi médecin, distribue des formulaires de demande d’asile aux manifestants : "La nouvelle loi du gouvernement Rajoy est un retour en arrière, un retour aux années du franquisme. On retire aux femmes le droit de décider, et à nous, les professionnels, le droit de les aider".

Selon les dispositions que le gouvernement veut introduire, une femme ne pourra avorter qu’en cas de viol ou de danger grave pour la santé psychique ou mentale de la mère. Elle devra passer par un long parcours avant de pouvoir avorter sans commettre un délit : deux rendez-vous d’information sur les conséquences de l’avortement, deux certificats médicaux émanant de professionnels n’ayant pas de lien avec la clinique abortive, puis sept jours de réfléxion… "Avec le délai d’avortement, fixé à 12 semaines, je vous le dis : c’est impossible ! Cette loi est tout simplement faite pour qu’aucune femme ne puisse avorter en Espagne", résume Ampar. Pour Natalia, "une femme qui veut avorter avorte de toute façon". Cette jeune professionnelle explique : "Celles qui pourront se le permettre iront à l’étranger, en France par exemple. Celles qui ne le peuvent pas avorteront dans la clandestinité".

Si le gouvernement Rajoy a une majorité absolue (et habituellement disciplinée) au Parlement, les féministes espagnoles ont l’opinion publique de leur côté : 78% des Espagnols désapprouvent tout ou partie de l’avant-projet de loi selon un sondage publié par le quotidien "El Pais". La plateforme "Décider nous rend libre" va multiplier les actions dans les semaines qui viennent. Des manifestations sont prévues notamment les 1er et 8 février à Madrid. Elles marquent le début d’un bras de fer pour tenter de faire échouer cet avant-projet de loi que le gouvernement de Mariano Rajoy veut soumettre aux députés avant l’été.

Première publication : 23/01/2014

  • AVORTEMENT

    Espagne : trois Femen s'invitent à l'Assemblée pour défendre le droit à l'IVG

    En savoir plus

  • FRANCE

    Droit à l'avortement : l'Assemblée supprime la notion de "détresse"

    En savoir plus

  • L'ENTRETIEN

    Vallaud-Belkacem sur France 24 : "En France, le droit à l'IVG est en permanence remis en question"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)