Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Moyen-Orient

Hassan Rohani joue la carte de l'ouverture à Davos

© AFP

Vidéo par Nay NAAYEM

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 23/01/2014

Le président iranien Hassan Rohani a prononcé, ce jeudi, un discours d'ouverture très applaudi par quelque 2 500 dirigeants du monde politique et des affaires réunis à Davos, en Suisse, dans le cadre du 43e Forum économique mondial.

Invité vedette du Forum économique de Davos, le président iranien Hassan Rohani a, une nouvelle fois, joué la carte de la séduction en prononçant un discours très applaudi aux accents de modération et d’ouverture. Devant quelque 2 500 dirigeants du monde politique et des affaires, il a fait l’éloge de la coopération, qui, a-t-il précisé, est la priorité de son gouvernement, dans le but de hisser l’Iran parmi les grandes nations émergentes. Il a notamment invité les chefs d’entreprises, des grands groupes pétroliers en particulier, à se rendre dans son pays, dont il a vanté les potentialités économiques et les "vastes ressources énergétiques".

Focus sur l’Europe

"Aucun pays ne peut résoudre ses problèmes, seul. Nous sommes tous dans le même bateau", a-t-il souligné. Partant de ce principe et soucieux de rassurer ses auditeurs, Hassan Rohani a longuement plaidé pour une normalisation des relations avec les pays voisins et les Européens, dans le but de relancer les investissements dans le pays.

"Grâce à la mise en œuvre de l’accord de Genève et ses mesures subséquentes, les relations de l'Iran avec l'Europe seront normalisées", a-t-il indiqué, visiblement très confiant sur ce dossier. Élu en juin 2013, Hassan Rohani prône des "relations constructives" avec l’Occident, matérialisées par l’accord signé en novembre à Genève sur le programme nucléaire de Téhéran. "L'Iran n'a jamais désiré avoir une bombe atomique, et à l'avenir non plus", a-t-il rappelé.

 
Il a également expliqué que la République islamique "est prête à s'engager dans une coopération constructive pour promouvoir la sécurité énergétique mondiale, en puisant dans ses vastes ressources pétrolières et gazières".
 
"Aucune inimitié n'était éternelle, aucune amitié non plus"
 
Concernant les rapports entre Téhéran et Washington, il a estimé que les relations entre les deux pays "ont abordé une nouvelle phase au cours de ces derniers mois", rappelant que "pour la première fois, des politiciens des deux pays ont entamé des négociations, échangés des points de vue et pris des décisions afin de régler les différences en matière de problème nucléaire".
 
Quelques minutes avant de prononcer son discours très attendu, il avait indiqué qu'il était possible de surmonter plus de trente ans d'inimitié avec les États-Unis à condition que les deux pays fassent un effort. Interrogé par la radiotélévision suisse il a estimé qu'"aucune inimitié n'était éternelle, aucune amitié non plus. Nous devons transformer les animosités en amitié".

Première publication : 23/01/2014

COMMENTAIRE(S)