Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Des soldats russes sur le pied de guerre à la frontière ukrainienne

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

  • Le président colombien rétablit le maire de Bogota dans ses fonctions

    En savoir plus

Moyen-Orient

Hassan Rohani joue la carte de l'ouverture à Davos

© AFP

Vidéo par Nay NAAYEM

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 23/01/2014

Le président iranien Hassan Rohani a prononcé, ce jeudi, un discours d'ouverture très applaudi par quelque 2 500 dirigeants du monde politique et des affaires réunis à Davos, en Suisse, dans le cadre du 43e Forum économique mondial.

Invité vedette du Forum économique de Davos, le président iranien Hassan Rohani a, une nouvelle fois, joué la carte de la séduction en prononçant un discours très applaudi aux accents de modération et d’ouverture. Devant quelque 2 500 dirigeants du monde politique et des affaires, il a fait l’éloge de la coopération, qui, a-t-il précisé, est la priorité de son gouvernement, dans le but de hisser l’Iran parmi les grandes nations émergentes. Il a notamment invité les chefs d’entreprises, des grands groupes pétroliers en particulier, à se rendre dans son pays, dont il a vanté les potentialités économiques et les "vastes ressources énergétiques".

Focus sur l’Europe

"Aucun pays ne peut résoudre ses problèmes, seul. Nous sommes tous dans le même bateau", a-t-il souligné. Partant de ce principe et soucieux de rassurer ses auditeurs, Hassan Rohani a longuement plaidé pour une normalisation des relations avec les pays voisins et les Européens, dans le but de relancer les investissements dans le pays.

"Grâce à la mise en œuvre de l’accord de Genève et ses mesures subséquentes, les relations de l'Iran avec l'Europe seront normalisées", a-t-il indiqué, visiblement très confiant sur ce dossier. Élu en juin 2013, Hassan Rohani prône des "relations constructives" avec l’Occident, matérialisées par l’accord signé en novembre à Genève sur le programme nucléaire de Téhéran. "L'Iran n'a jamais désiré avoir une bombe atomique, et à l'avenir non plus", a-t-il rappelé.

 
Il a également expliqué que la République islamique "est prête à s'engager dans une coopération constructive pour promouvoir la sécurité énergétique mondiale, en puisant dans ses vastes ressources pétrolières et gazières".
 
"Aucune inimitié n'était éternelle, aucune amitié non plus"
 
Concernant les rapports entre Téhéran et Washington, il a estimé que les relations entre les deux pays "ont abordé une nouvelle phase au cours de ces derniers mois", rappelant que "pour la première fois, des politiciens des deux pays ont entamé des négociations, échangés des points de vue et pris des décisions afin de régler les différences en matière de problème nucléaire".
 
Quelques minutes avant de prononcer son discours très attendu, il avait indiqué qu'il était possible de surmonter plus de trente ans d'inimitié avec les États-Unis à condition que les deux pays fassent un effort. Interrogé par la radiotélévision suisse il a estimé qu'"aucune inimitié n'était éternelle, aucune amitié non plus. Nous devons transformer les animosités en amitié".

Première publication : 23/01/2014

Comments

COMMENTAIRE(S)