Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque Mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

  • Justice : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison

    En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Kobané résiste à l'EI, le Premier ministre irakien se rend à Téhéran

    En savoir plus

  • Quand les virus mortels fascinent Hollywood

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 au Qatar se jouera en hiver, tranche Blatter

    En savoir plus

  • Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque Mondiale, appelle à la mobilisation

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maîtres de Sanaa

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

Moyen-Orient

Les mésaventures d'un rappeur libanais pris pour un kamikaze

© Capture d'écran Twitter

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 23/01/2014

Un rappeur libanais à la barbe foisonnante a été arrêté et brièvement détenu mercredi dans la banlieue sud de Beyrouth, au lendemain d'un attentat à la voiture piégée. Les forces de sécurité croyaient avoir affaire à un terroriste.

Au Liban, la barbe foisonnante ne fait pas le kamikaze. C’est la leçon tirée des mésaventures d’Hussein Charafeddine, un rappeur libanais au crâne rasé et à la barbe généreuse, arrêté et brièvement détenu mercredi 22 janvier dans la banlieue sud de Beyrouth. Sur les dents en raison de la vague d’attentats à la voiture piégée et d’attaques-suicides qui vise la banlieue sud de la capitale libanaise depuis quelques mois, les forces de l’ordre ont cru avoir affaire à un terroriste.

D’autant plus qu’il a été appréhendé à Haret Hreik, un fief du Hezbollah visé par deux attentats depuis le début de l’année, le dernier en date ayant eu lieu le 21 janvier. Soit la veille de son arrestation.

Une photo sur laquelle le chanteur, connu sous le pseudonyme de Double A the Preacherman, apparaît menotté et flanqué de deux gendarmes, a rapidement été diffusée par certains médias locaux qui l’ont décrit comme un salafiste. Ce n'est qu'une fois le cliché repris sur les réseaux sociaux que les fans de son groupe funk-hop, "the Banana Cognacs", ont fait état de la méprise et multiplier les appels à le libérer.

"Notre frère Double A n’est pas un terroriste. Son seul crime est d'être d’un super rappeur, un ami et un frère. Libérez Double A !", ont-ils posté sur le compte Facebook du groupe de Hussein Charafeddine. Sur Twitter, en signe de soutien, le hashtag #BeardedNotATerrorist (un barbu n’est pas un terroriste, NDLR) a également fait son apparition.
 
N’étant porteur d’aucun engin explosif, aucune charge n’a été retenue contre l’artiste, qui a été remis en liberté. Une fois libre, Hussein Charafeddine a écrit sur sa page FaceBook, qu’"un cap avait été franchi en matière d’ignorance".
 
 

 

Première publication : 23/01/2014

COMMENTAIRE(S)