Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • Le camp Bouteflika crie victoire, l'opposant Ali Benflis dénonce des fraudes

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

"Bambi Galaxy", l'odyssée pop de Florent Marchet

AFP

Orfèvre de la pop, Florent Marchet embarque l'auditeur dans une odyssée nourrie par la philosophie des sciences et une réflexion sur

Orfèvre de la pop, Florent Marchet embarque l'auditeur dans une odyssée nourrie par la philosophie des sciences et une réflexion sur "la place de l'homme dans l'univers" avec son nouvel album "Bambi Galaxy", publié lundi.Le chanteur Florent Marchet au Trianon à Paris le 9 novembre 2004

Orfèvre de la pop, Florent Marchet embarque l'auditeur dans une odyssée nourrie par la philosophie des sciences et une réflexion sur "la place de l'homme dans l'univers" avec son nouvel album "Bambi Galaxy", publié lundi.

"Quand j'étais enfant, dans les années 80, l'an 2000 était un point de mire extrêmement important. On fantasmait beaucoup autour de ça, on n'avait pas peur de la modernité, c'était au contraire quelque chose de très présent dans la musique, les films. Aujourd'hui, on a du mal à se projeter dans 50-60 ans, on est très effrayé", note Florent Marchet.

Depuis ses débuts, le musicien est considéré par la critique comme un des fleurons de la pop française. Mais ses albums ne se résument pas à la musique.

"Rio Baril" (2007) auscultait la vieille France ankylosée, "Frère Animal" (2008) la violence du monde du travail, "Courchevel" (2010) la bourgeoisie.

"Bambi Galaxy" (Pias Le Label) va plus loin, fruit d'un "travail introspectif intense et essentiel", lié à la naissance de ses deux enfants, dit-il.

"Forcément, on se projette davantage dans l'avenir et on n'est plus la personne la plus importante de sa vie. D'où ces réflexions : quelle est ma place ? Pourquoi ne suis-je pas complètement heureux ? Qu'est-ce qui fait que cette société et son fonctionnement m'agressent plus que tout ?", confie-t-il.

"Cet album, c'est un personnage qui cherche sa place dans la société actuelle. Il ne se sent pas à l'aise et va chercher d'autres propositions de vie, avec plus ou moins de succès", poursuit le musicien.

Au fil des chansons, son personnage cherche le bonheur dans les psychotropes ("Que font les anges"), les sectes ("Space Opéra"), le sexe ("Héliopolis"), jusqu'à entamer un voyage sans retour dans l'espace avec femme et enfants (l'angoissante odyssée "Apollo 21").

Finalement, il trouve la sérénité grâce à la science, en "réalisant que le plus beau voyage c'est de participer au mouvement de l'univers" ("Ma particule élémentaire").

Force poétique de la science

"C'est l'idée que la vie déborde à chaque fois, que quand on cesse de vivre, les cordes continuent d'exister et vont faire des choses peut-être bien plus merveilleuses que ce qu'on était", explique Florent Marchet, en référence à la théorie des cordes.

"L'univers élégant" de Brian Greene, ouvrage de vulgarisation de cette théorie qui réconcilie l'infiniment grand et l'infiniment petit a été un des livres de chevet du musicien pendant la conception de l'album.

Il s'est aussi plongé dans Stephen Hawking, a visionné des documentaires scientifiques, exploré la façon dont la science-fiction a utilisé cette matière.

"Pendant longtemps, j'associais à tort la science à quelque chose de non introspectif, alors que c'est le monde où il y a la plus grande force poétique", estime-t-il.

"On n'a pas eu les voitures volantes, les week-ends sur la Lune qu'on nous promettait dans les années 80, mais on vit une des plus grandes révolutions scientifiques de toute l'évolution de l'humanité et on a l'impression que les hommes ne sont pas concernés par ça. Il suffit de dire +boson de Higgs+ pour faire fuir toute une assemblée", note-t-il.

Pour traduire cette réflexion en musique, le musicien a joué avec le rétro-futurisme, "le monde robotique tel qu'on l'imaginait dans les années 50-60", la musique atonale de György Ligeti et le minimalisme de Terry Riley.

"J'avais envie d'empiler les sons, de ne jamais être naturaliste, mais l'idée ce n'était pas de chercher à être moderne", dit-il.

"Qu'est-ce que la musique du futur ? Je me suis posé la question. La musique de Ligeti, que Kubrick a utilisé dans +2001, l'Odyssée de l'espace+, était censée être ce que tout le monde allait écouter dans son salon en 2000. C'est très loin d'être le cas. Mais elle est devenue intemporelle", note-t-il.

Première publication : 24/01/2014