Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Nos reporters retournent dans les pays qui ont marqué l’actualité. Comment vit-on dans les villes traumatisées par une guerre, une catastrophe naturelle ou un désastre industriel ?... Un dimanche sur deux, à 20h40.

BILLET RETOUR

BILLET RETOUR

Dernière modification : 03/03/2014

Shishmaref, un village à la dérive

© Valérie Defert

Posé sur une île à l'extrémité de l'Alaska, Shishmaref est devenu le symbole du réchauffement climatique. Depuis dix ans, ce village s'effondre. Avec la fonte des glaces, les eaux montent et, petit à petit, la mer grignote la côte. Un cauchemar pour les 600 Esquimaux qui vivent ici. Si rien n'est fait, Shishmaref pourrait bientôt être rayé de la carte. Et la culture inuite, vieille de 4 000 ans, risque de disparaître. Nos reporters se sont rendus sur place.

La ville la plus proche est à une heure de vol de Shishmaref. En descendant du petit avion à hélices, nous découvrons un village presque à l’abandon. Encerclés par la mer des Tchouktches et les vents glacés du pôle Nord, nous avons l’impression de débarquer dans un village fantôme... Pendant les quelques petites heures de jour, nous croisons des silhouettes qui chevauchent des quads tonitruants… L’île fait deux kilomètres de long sur 500 mètres de large.

Nous sommes en novembre, mais il y a très peu de neige et la banquise ne s’est pas encore formée. Des carcasses de motoneiges à l’abandon jonchent le sol autour des maisons. Il n’y a ni eau courante, ni gaz. Les habitants vivent principalement d’auto-subsistance, dans la tradition de la culture inuite. À Shishmaref, un chasseur sait pêcher et un pêcheur chasser.

Mais depuis plusieurs années, la vie des ces Esquimaux est bouleversée. Le réchauffement climatique a complètement chamboulé les cycles de la nature. Résultat : nous sommes au début de l’hiver et les habitants chassent le phoque sur le lagon, au lieu de pêcher sous la banquise. Le cercle polaire se trouve à 20 kilomètres, mais les animaux, attirés par les courants froids plus au Nord, se font plus rares.

Une île qui rétrécit de 20 mètres chaque année

Avec la hausse des températures, les orages se multiplient, la glace fond, les eaux montent et les vagues grignotent le permafrost - ce mélange de sable et de glace sur lequel est bâti le village. Une vingtaine de maisons ont déjà été englouties… Avec l'érosion, l’île rétrécit de près de vingt mètres chaque année.

Et les prédictions des scientifiques sont encore plus pessimistes. En trente ans, la température en Alaska a augmenté de trois degrés. Résultat : 183 des 200 villages esquimaux sont menacés par le réchauffement climatique. Certains, comme Shishmaref, pourraient disparaître dès 2017.

En 2003, un projet de déménagement du village a été enclenché avec l’aide du gouvernement fédéral américain. Dix ans plus tard, rien n’a bougé. Avec les coupes budgétaires subséquentes à la crise économique, personne ne peut payer les 500 millions de dollars nécessaires au déménagement de tout le village. Parmi les dix sites sélectionnés pour reloger les 600 Esquimaux, aucun n’est viable… Tous se trouvent sur une couche de permafrost.

La solution la moins coûteuse serait de déménager le village près d’une grande ville, comme Nome ou Anchorage. Une solution rejetée en bloc par les habitants, qui souhaitent préserver leur style de vie et la culture inuite à tout prix… Même au prix de leur vie.

Par Sébastien VUAGNAT , Valérie DEFERT

COMMENTAIRE(S)

Les archives

26/09/2014 Cambodge

Billet Retour à Phnom Penh

De 1975 à 1979, tout un peuple a été contraint aux travaux forcés par ses dirigeants. Massacres, exécutions, persécutions… les Cambodgiens ont vécu le troisième génocide du XXe...

En savoir plus

21/11/2014 Liban

Liban : Beyrouth, entre souvenir et amnésie

Au Liban, le sujet de la guerre civile (1975-1990) reste encore tabou à Beyrouth, 25 ans après la fin du conflit. Nos reporters sont retournés dans la capitale libanaise, à la...

En savoir plus

07/11/2014 Inde

Inde : Bhopal, dans l'ombre de la catastrophe industrielle

Dans la nuit du 2 au 3 décembre 1984, l'explosion d'une usine de produits chimiques à Bhopal, dans le nord de l'Inde, provoque la mort de milliers de personnes.

En savoir plus

24/10/2014 Norvège

Norvège : vivre après le massacre d’Utoya

Le 22 juillet 2011, la Norvège est sous le choc : un tireur fou vient d'abattre 69 personnes, et d'en blesser une centaine d'autres, sur la petite île norvégienne d’Utoya, qui...

En savoir plus

10/10/2014 Irlande

Belfast, les "Troubles" en héritage

Quinze ans après la signature d'un accord de paix, la capitale nord-irlandaise a connu une profonde mutation, mais les divisions persistent entre communautés catholique et...

En savoir plus