Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : la CPI annonce l'ouverture d'un examen préliminaire

En savoir plus

TECH 24

Sex-tech : les technologies de l'intime

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Maudite courbe : comment faire baisser le chômage en France ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Clinton vs Trump : le match des programmes économiques

En savoir plus

#ActuElles

Laurence Rossignol : "Tout sexisme est insupportable"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses de la Fashion Week parisienne

En savoir plus

FOCUS

Venezuela : État déliquescent et lynchages de rue

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jean Todt : "Être compétitif, c'est aussi être responsable"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand jeu" de Céline Minard pour échapper au désordre du monde

En savoir plus

Retour dans les pays qui ont marqué l’actualité, les villes traumatisées par la guerre, une catastrophe naturelle ou un désastre industriel. Le dimanche à 22h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

BILLET RETOUR

BILLET RETOUR

Dernière modification : 03/03/2014

Shishmaref, un village à la dérive

© Valérie Defert

Posé sur une île à l'extrémité de l'Alaska, Shishmaref est devenu le symbole du réchauffement climatique. Depuis dix ans, ce village s'effondre. Avec la fonte des glaces, les eaux montent et, petit à petit, la mer grignote la côte. Un cauchemar pour les 600 Esquimaux qui vivent ici. Si rien n'est fait, Shishmaref pourrait bientôt être rayé de la carte. Et la culture inuite, vieille de 4 000 ans, risque de disparaître. Nos reporters se sont rendus sur place.

La ville la plus proche est à une heure de vol de Shishmaref. En descendant du petit avion à hélices, nous découvrons un village presque à l’abandon. Encerclés par la mer des Tchouktches et les vents glacés du pôle Nord, nous avons l’impression de débarquer dans un village fantôme... Pendant les quelques petites heures de jour, nous croisons des silhouettes qui chevauchent des quads tonitruants… L’île fait deux kilomètres de long sur 500 mètres de large.

Nous sommes en novembre, mais il y a très peu de neige et la banquise ne s’est pas encore formée. Des carcasses de motoneiges à l’abandon jonchent le sol autour des maisons. Il n’y a ni eau courante, ni gaz. Les habitants vivent principalement d’auto-subsistance, dans la tradition de la culture inuite. À Shishmaref, un chasseur sait pêcher et un pêcheur chasser.

Mais depuis plusieurs années, la vie des ces Esquimaux est bouleversée. Le réchauffement climatique a complètement chamboulé les cycles de la nature. Résultat : nous sommes au début de l’hiver et les habitants chassent le phoque sur le lagon, au lieu de pêcher sous la banquise. Le cercle polaire se trouve à 20 kilomètres, mais les animaux, attirés par les courants froids plus au Nord, se font plus rares.

Une île qui rétrécit de 20 mètres chaque année

Avec la hausse des températures, les orages se multiplient, la glace fond, les eaux montent et les vagues grignotent le permafrost - ce mélange de sable et de glace sur lequel est bâti le village. Une vingtaine de maisons ont déjà été englouties… Avec l'érosion, l’île rétrécit de près de vingt mètres chaque année.

Et les prédictions des scientifiques sont encore plus pessimistes. En trente ans, la température en Alaska a augmenté de trois degrés. Résultat : 183 des 200 villages esquimaux sont menacés par le réchauffement climatique. Certains, comme Shishmaref, pourraient disparaître dès 2017.

En 2003, un projet de déménagement du village a été enclenché avec l’aide du gouvernement fédéral américain. Dix ans plus tard, rien n’a bougé. Avec les coupes budgétaires subséquentes à la crise économique, personne ne peut payer les 500 millions de dollars nécessaires au déménagement de tout le village. Parmi les dix sites sélectionnés pour reloger les 600 Esquimaux, aucun n’est viable… Tous se trouvent sur une couche de permafrost.

La solution la moins coûteuse serait de déménager le village près d’une grande ville, comme Nome ou Anchorage. Une solution rejetée en bloc par les habitants, qui souhaitent préserver leur style de vie et la culture inuite à tout prix… Même au prix de leur vie.

Par Sébastien VUAGNAT , Valérie DEFERT

COMMENTAIRE(S)

Les archives

29/09/2016 Abkhazie

Vidéo : l’Abkhazie, le pays qui n’existe (presque) pas

Aux yeux du monde, c’est un pays qui n’existe pas. Ou presque. Si l’Abkhazie a fait sécession de la Géorgie et déclaré son indépendance il y a près d’un quart de siècle, son...

En savoir plus

09/09/2016 Mali

Vidéo : Tombouctou, la "perle du désert" ternie par les fous de Dieu

Depuis sa libération par les forces françaises début 2013 des griffes des jihadistes, Tombouctou, la "Cité aux 333 saints", lutte toujours contre l’insécurité et le terrorisme....

En savoir plus

02/09/2016 Guatemala

Guatemala : les familles des disparus de la guerre civile luttent contre l'oubli

"Où sont-ils?" Telle est la question scandée tous les 21 juin au Guatemala, lors de la Journée nationale des disparitions forcées. Pendant la guerre civile (1960-1996), 45 000...

En savoir plus

15/07/2016 Chine

Cinquante ans après la Révolution culturelle en Chine

"La Grande révolution culturelle prolétarienne" avait débuté le 16 mai 1966 avec une déclaration officielle, ouvrant la voie à une décennie qui allait bouleverser de façon...

En savoir plus

23/06/2016 Ouganda

Dix ans après le départ de la LRA, les Ougandais toujours traumatisés

Pendant 20 ans, jusqu'en 2006, le nord de l’Ouganda a vécu au rythme d'exactions commises par l’Armée de résistance du Seigneur. Là-bas, plus de 100 000 personnes ont été...

En savoir plus