Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • Le camp Bouteflika crie victoire, l'opposant Ali Benflis dénonce des fraudes

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est une nouvelle souche

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

La Corée du Nord s'agite avant des manoeuvres entre la Corée du Sud et les Etats-Unis

AFP

La Corée du Nord a appelé vendredi la Corée du Sud à la

La Corée du Nord a appelé vendredi la Corée du Sud à la "réconciliation" tout en exigeant la fin des exercices militaires avec les Etats-Unis, une condition inacceptable annonçant une possible provocation, selon les experts.Photo non datée fournie le 24 janvier 2014 par l'agence nord-coréenne Kcna du leader Kim Jong-Un visitant un site historique au Mont Madu, à Anju

La Corée du Nord a appelé vendredi la Corée du Sud à la "réconciliation" tout en exigeant la fin des exercices militaires avec les Etats-Unis, une condition inacceptable annonçant une possible provocation, selon les experts.

Dans une lettre ouverte envoyée sur ordre de son numéro un Kim Jong-Un pour promouvoir "la réconciliation et l'unité", la Corée du Nord a souhaité l'arrêt de toutes les hostilités avec Séoul.

"Ce qui est important pour (...) améliorer les relations entre le Nord et le Sud c'est de prendre une décision courageuse afin d'arrêter toutes les actions militaires hostiles", a indiqué la lettre émanant de la Commission Nationale de Défense (NDC), la principale institution militaire de Corée du Nord.

La semaine passée, la NDC a fait une série de propositions appelant la Corée du sud à annuler ses manoeuvres militaires conjointes avec les États-Unis, prévues en février, et à mettre un terme à la surenchère d'insultes entre les deux pays.

Séoul a rejeté ces offres les taxant de "fallacieux" exercice de propagande, et averti que Pyongyang pourrait au contraire préparer le terrain à une nouvelle provocation visant à déclencher une confrontation entre les deux Corée.

"Il est regrettable que les autorités sud-coréennes campent sur une attitude incorrecte et une position négative, a réagi la NDC dans la lettre ouverte.

Le Sud "ne devrait pas mettre en doute (notre proposition) sans réfléchir, mal interpréter et rejeter précipitamment notre sérieuse et sincère proposition", a-t-elle ajouté.

Pyongyang ne demande pas à ce que la Corée du Sud mette un terme à ses manoeuvres ordinaires mais lui demande de "stopper ses exercices en vue d'une guerre avec l'appui de forces extérieures", selon ce courrier.

La semaine dernière, les Nord-Coréens avaient annoncé "un holocauste défiant l'imagination" si les exercices avaient bien lieu.

"Les motivations cachées de l'ennemi"

Le ministère sud-coréen de l'Unification, responsable des relations intercoréennes, a fait savoir qu'il réagirait vendredi dans la journée. Le ministère de la Défense a de son côté mis en garde contre les "motivations cachées de l'ennemi".

Traditionnellement, la température monte dans la péninsule coréenne quelque temps avant les manoeuvres américano-sud-coréennes que Pyongyang condamne comme un entraînement à l'invasion du nord.

L'an dernier a été marqué par de fortes tensions, la Corée du nord menaçant de réaliser des tirs nucléaires préventifs alors que des bombardiers nucléaires américains effectuaient des entraînements au dessus de la péninsule.

De nombreux experts doutent de la sincérité des dernières déclarations nord-coréennes, notant que par le passé, les mains tendues de Pyongyang à Séoul ont souvent précédé des provocations militaires.

Par ailleurs le régime nord-coréen sait pertinemment qu'il ne peut demander à la Corée du Sud, compte tenu des tensions persistantes sur la péninsule, de renoncer à ses entraînements avec les forces américaines.

Pour Kim Yong-Hyun, de l'université Dongguk à Séoul, le Nord cherche simplement à faire porter au Sud la responsabilité d'une éventuelle confrontation.

La Corée du Nord "veut faire croire au monde que le Sud refuse le dialogue alors que le Nord s'efforce d'améliorer les relations" entre les deux pays séparés depuis la guerre (1950-1953), analyse-t-il.

La présidente sud-coréenne Park Geun-Hye se dit disposée à rencontrer Kim Jong-Un au moment opportun mais insiste sur l'abandon par Pyongyang de son programme nucléaire.

La Corée du Nord, qui menace à l'envi les Etats-Unis et nombre de ses voisins en Asie de guerre totale, a procédé l'an dernier à son troisième essai nucléaire souterrain, défiant les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies.

Première publication : 24/01/2014