Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Cinéma : "Félicité", portrait d'une guerrière du quotidien à Kinshasa

En savoir plus

FACE À FACE

Valls votera Macron : le ralliement de trop pour "En Marche" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump contre la planète"

En savoir plus

FOCUS

Italie : la maire populiste de Rome, Virginia Raggi, à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amis Britanniques, vous nous manquez déjà. Ou pas"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Daily Mail traite le Brexit par-dessus la jambe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Richard Ferrand : "Les amours tardives sont rarement désintéressées"

En savoir plus

LE DÉBAT

Conférence annuelle de l'AIPAC : quel avenir pour les relations israélo-américaines ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Macron enfile des perles depuis le début de la campagne"

En savoir plus

Amériques

Cuba gèle les fonds bancaires étrangers liés au terrorisme

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/01/2014

Cuba a annoncé que les fonds des banques étrangères, qui opèrent dans le pays et qui sont liées au terrorisme, seraient gelés. Une mesure qui vise tout particulièrement Al-Qaïda et les Taliban.

Le gouvernement cubain a promulgué, vendredi 24 janvier, une loi qui prévoit le gel "sans préavis" des fonds de banques étrangères opérant sur l’île et qui auraient un lien avéré avec le terrorisme, notamment Al-Qaïda et les Taliban.

"Seront gelés de manière immédiate et sans préavis les fonds ou autres actifs dérivés ou générés, qui appartiennent ou sont contrôlés directement ou indirectement par des personnes ou des entités liées à Al-Qaïda et aux Taliban", affirme le décret publié au Journal officiel.

Cette mesure vise également "les personnes ou entités" identifiées comme "terroristes" par les Nations unies, ou "à la demande de coopération de pays tiers", précise le texte, ratifié vendredi par le président cubain Raul Castro.

Les sanctions seront applicables aussi bien aux institutions financières étrangères qui exercent à Cuba sous licence de la banque centrale et à leurs bureaux de représentation qu’aux "particuliers et aux personnes juridiques".

La résolution explique que ces sanctions visent à concrétiser "l'engagement [du pays, NDLR] dans la lutte contre le blanchiment d'argent, le financement du terrorisme et la prolifération des armes". À Cuba, où le système bancaire est sous la surveillance rapprochée des autorités, onze banques étrangères sont en activité.

Ce décret, qui marque l’alignement juridique du système cubain sur les normes internationales, intervient alors que le pouvoir a engagé une vaste réforme visant à attirer les investissements étrangers. Un défi essentiel au redressement économique de l’île.

Avec AFP

Première publication : 24/01/2014

  • CUBA

    Le gouvernement autorise l’importation de véhicules étrangers

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Poignée de main historique entre Barack Obama et Raul Castro

    En savoir plus

  • CUBA

    Fusion des deux monnaies : "l'économie cubaine devait se réinventer"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)