Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

La Thaïlande en crise attend un jugement crucial sur les élections

AFP

Le gouvernement thaïlandais qui fait face depuis près de trois mois à un mouvement de rue réclamant son départ attendait vendredi une décision de justice cruciale pour la tenue ou non des élections du 2 février que ses opposants ont promis d'empêcher.Des manifestants réclamant la chute du gouvernement thaïlandais défilent à Bangkok, le 24 janvier 2014

Le gouvernement thaïlandais qui fait face depuis près de trois mois à un mouvement de rue réclamant son départ attendait vendredi une décision de justice cruciale pour la tenue ou non des élections du 2 février que ses opposants ont promis d'empêcher.Des manifestants réclamant la chute du gouvernement thaïlandais défilent à Bangkok, le 24 janvier 2014

Le gouvernement thaïlandais qui fait face depuis près de trois mois à un mouvement de rue réclamant son départ attend vendredi une décision de justice cruciale pour la tenue ou non des élections du 2 février que ses opposants ont promis d'empêcher.

La Première ministre Yingluck Shinawatra est depuis l'automne sous la pression de manifestants qui réclament son départ, mais aussi la fin de l'influence de sa famille en politique, en particulier de son frère Thaksin qu'ils haïssent.

Les protestataires, qui veulent remplacer le gouvernement par un "conseil du peuple" non élu, accusent l'ancien chef de gouvernement renversé par un coup d'Etat militaire en 2006 de continuer à diriger le pays à travers sa soeur malgré son exil pour échapper à la prison pour malversations financières.

Ils rejettent également les législatives anticipées qui ont toutes les chances d'être remportées une nouvelle fois par le parti Puea Thai au pouvoir, tandis que le principal parti d'opposition, le Parti démocrate, les boycotte.

Certaines circonscriptions, en particulier dans le sud, bastion Démocrate, n'ont aucun candidat, les manifestants ayant bloqué l'enregistrement des candidatures, ce qui pourrait empêcher la nomination d'un nouveau gouvernement, quels que soient les résultats.

Le meneur des manifestants Suthep Thaugsuba a de son côté menacé jeudi de "fermer toutes les routes" menant aux bureaux de vote, ne faisant aucun cas de l'état d'urgence désormais en place à Bangkok.

Au milieu de cette crise politique qui a déjà fait neuf morts, la commission électorale a demandé à la Cour constitutionnelle de reporter le scrutin.

La commission a également demandé aux juges de dire clairement qui avait le pouvoir de reporter le vote, elle-même ou le gouvernement qui refuse de le faire.

La même Cour avait infligé un coup au gouvernement en novembre en jugeant que la tentative d'élus du Puea Thai de réformer la Constitution pour faire du sénat une assemblée entièrement élue était inconstitutionnelle.

Des dizaines de députés de Puea Thai sont menacés par une interdiction de politique pour cinq ans dans cette affaire.

La Cour avait chassé du pouvoir deux Premiers ministres pro-Thaksin en 2008.

"Le statut de la Cour constitutionnelle est très controversé", a commenté Sunai Phasuk, de Human Rights Watch, notant qu'elle était "un produit du coup d'Etat de 2006".

Ce putsch accompagné par des manifestations des "chemises jaunes" royalistes anti-Thaksin avait précipité la Thaïlande dans une série de crises à répétition faisant descendre en masse dans la rue les partisans ou les opposants du milliardaire qui reste malgré son exil le facteur de division de la société.

Première publication : 24/01/2014