Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

EUROPE

Kiev promet d'amender les lois anti-protestation

© AFP

Vidéo par Julien FANCIULLI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/01/2014

Viktor Ianoukovitch a déclaré que les lois anti-protestation votées la semaine dernière, à l'origine de la radicalisation de la contestation, seraient amendées. Un remaniement du gouvernement sera également annoncé mardi.

Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a annoncé, vendredi 24 janvier, que des amendements seraient présentés au Parlement pour modifier les lois anti-protestation votées la semaine précédente. Les députés seront amenés à se prononcer mardi prochain à l’occasion d’une session extraordinaire.

"Nous adopterons des modifications de ces lois et nous réglerons cette question", a déclaré le président ukrainien. Alors qu'il s'était préalablement entretenu avec le commissaire européen à l'élargissement, Stefan Füle, Viktor Ianoukovitch a en outre indiqué qu'un remaniement gouvernemental serait annoncé lors de cette session.

"Nous allons prendre une décision lors de cette session [mardi]", a expliqué Viktor Ianoukovitch. "Le président signera un décret et remaniera le gouvernement pour trouver une équipe ministérielle la plus professionnelle possible", a-t-il précisé.

Radicalisation du mouvement d’opposition

Ces marques d’ouverture ont été accompagnées d’une mise en garde à l’opposition, puisque Ianoukovitch a prévenu qu’il emploierait "tous les moyens légaux" à sa disposition s'il ne trouvait pas de solution à la crise.

Depuis le 21 novembre dernier, le pays est plongé dans une grave crise politique. Le vote des lois anti-protestation, la semaine passée, ont fait basculer la capitale ukrainienne dans la violence, suite à la radicalisation du mouvement d’opposition.

Le texte contesté par l’opposition prévoit des peines de prison de 15 jours pour l'installation de tentes ou d'estrades dans des endroits publics et jusqu'à cinq ans d’emprisonnement pour tout individu participant au blocage des bâtiments officiels.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 24/01/2014

  • WEBDOCUMENTAIRE

    Vents contraires sur l'Ukraine

    En savoir plus

  • EN IMAGES

    Ukraine : l'opposition demande une trêve pendant les négociations

    En savoir plus

  • CRISE UKRAINIENNE

    Ukraine : "Les manifestants sont à bout"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)