Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ottawa : histoire d'une photo

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attaque d'Ottawa : Stephen Harper caché dans un placard

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Tempête au Parti socialiste : "PS, cela ne veut pas dire PlayStation"

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

UE : la tension monte sur les budgets

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Toumani Diabaté, le maître de la kora, invité du Journal de l’Afrique

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : une déception pour la gauche ?

En savoir plus

Afrique

Centrafrique : André Nzapayeké nommé Premier ministre de transition

© AFP/ Élection du président de transition, le 20 janvier à Bangui.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/01/2014

André Nzapayeké a été nommé Premier ministre de la Centrafrique, selon un décret présidentiel lu à la radio nationale. Âgé de 62 ans, il occupe la vice-présidence de la Banque de développement des États de l'Afrique centrale (BDEAC).

Au lendemain de sa prise de fonction officielle, la nouvelle présidente de transition, Catherine Samba-Panza, a nommé samedi 25 janvier André Nzapayeké, 62 ans, de confession chrétienne, au poste de Premier ministre. Le décret de nomination a été lu vers 16h30 (heure de Bangui) sur l'antenne de Radio Centrafrique.

Peu connu du grand public, André Nzapayeké a été secrétaire général de la Banque africaine de développement (BAD) entre 2010 et 2012. Il est actuellement vice-président de la Banque de développement des États de l'Afrique centrale (BDEAC).

"Sortir la Centrafrique de l’ornière"

C'est lui qui aura la lourde tâche de former un nouveau gouvernement - sans doute d'ici à la fin de la semaine prochaine - chargé de ramener la paix dans un pays plongé dans le chaos et qui connaît depuis deux jours un regain de pillages et de violences entre chrétiens et musulmans.

"Je pense que le moment est venu pour nous tous Centrafricains de tous bords pour qu’on s’assoie à table, qu’on retrousse nos manches et que l’on essaye de sortir notre pays de l’ornière", a déclaré André Nzapayeké à RFI. "Je pense que je vais, dès le premier jour qui vient, commencer à prendre contact avec l’armée nationale déjà, les groupes armés et les autres groupes qui sont encore sceptiques", a ajouté le nouveau Premier ministre.

Depuis décembre, date du début de l'intervention militaire française aux côtés de forces africaines de la Misca, les violences ont fait plus de 2 000 morts et un million de déplacés, selon l'ONU. La présence sur le terrain de 1 600 soldats français et de 5 000 militaires africains n'a pas permis pour l'heure d'apaiser les tensions. L'Union européenne (UE) a annoncé l'envoi de 500 militaires qui seront basés dans les environs de Bangui et devraient rester sur place pendant six mois avant de passer le relais aux forces africaines.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 25/01/2014

  • Le journal de l'Afrique

    Catherine Samba-Panza, première femme à la tête de la Centrafrique

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Reportage : les musulmans de Bangui se disent abandonnés par la force française

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    "Musulmans et chrétiens peuvent vivre ensemble" en Centrafrique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)