Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

  • En direct : le président sortant Bouteflika a voté en fauteuil roulant

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

Amériques

La justice ordonne de débrancher une femme enceinte morte cérébralement

© Capture d'écran Facebook

Vidéo par Ludovic DE FOUCAUD

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/01/2014

La justice texane a ordonné qu'une femme enceinte en état de mort cérébrale, maintenue artificiellement en vie conformément à la loi de l'État, soit débranchée. Selon les avocat de la famille, le fœtus est "distinctement anormal".

Un juge du comté de Tarrant a ordonné vendredi 24 janvier qu'une jeune femme enceinte et morte cérébralement soit débranchée conformément aux vœux de sa famille et contre celui de l'hôpital du Texas (sud) qui la traitait.

Marlise Munoz , la jeune femme de 33 ans doit être débranchée d'ici lundi 17 heures (23h00 GMT), selon le jugement.

La loi texane

Le sort tragique de la jeune femme avait fait récemment la Une des journaux américains alors que famille et hôpital se disputaient sur la conduite à suivre.

Marlise Munoz, une femme de 33 ans alors enceinte de 14 semaines, s'était effondrée chez elle en pleine nuit le 26 novembre dernier, victime vraisemblablement d'une embolie pulmonaire alors qu'elle s'était levée pour s'occuper de son fils aîné, âgé de 15 mois.

Hospitalisée au John Peter Smith (JPS) Hospital de Fort Worth, elle y avait été prononcée en état de mort cérébrale mais gardée artificiellement en vie car enceinte, comme le veut la loi du Texas.

Un fœtus "anormal"

Le très conservateur Texas est l'un des 12 États ayant adopté une réglementation stricte obligeant la poursuite du maintien en vie, quelle que soit l'avancée d'une grossesse. Mercredi, les avocats de la famille avaient fait savoir que le fœtus qu'elle portait, aujourd'hui de 22 semaines, était "distinctement anormal", ce que la famille craignait depuis l'accident.

"Même à ce stade précoce, les extrémités du bas du corps sont déformées à tel point qu'on ne peut déterminer le sexe", avaient précisé les avocats, en expliquant que le fœtus avait été "privé d'oxygène durant une période indéterminée (lors de l'embolie de sa mère).

Vendredi, l'hôpital a fait savoir dans un communiqué "qu'il était sensible à l'impact potentiel que pouvait avoir cette décision de justice sur les parties en présence et allait consulter le bureau du procureur".

L'association Compassion et Choix, qui milite en faveur du droit à vouloir mourir, a indiqué que "cette histoire tragique va bien au-delà d'un cauchemar vécu par une famille".


Avec AFP

Première publication : 25/01/2014

  • ÉTATS-UNIS

    Le discours fleuve d’une sénatrice pour sauver le droit à l’avortement au Texas

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)