Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

Afrique

Un gouvernement d’indépendants en passe d’être nommé en Tunisie

© AFP/Mehdi Jomaâ a la charge de former un gouvernement d'indépendants.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/01/2014

Le ministre tunisien de l'Industrie, Mehdi Jomaâ, doit présenter samedi au président Moncef Marzouki un gouvernement apolitique. La nouvelle Constitution sera soumise à un vote d'adoption à l'Assemblée dimanche.

Un gouvernement d'indépendants doit être présenté, samedi 25 janvier, en Tunisie, à la veille du vote d'adoption de la nouvelle Constitution, en cours d'élaboration depuis plus de deux ans. Deux avancées qui doivent résoudre une profonde crise politique et achever la "transition démocratique" engagée avec la révolution de 2011.

Le ministre sortant de l'Industrie, Mehdi Jomaâ, va présenter au président Moncef Marzouki ce cabinet apolitique en fin d’après-midi. Ce gouvernement remplacera ainsi celui dominé par le parti islamiste Ennahda, qui a accepté de quitter le pouvoir afin de mettre un terme aux troubles politiques provoqués par l'assassinat, fin juillet, du député d'opposition Mohamed Brahmi.

Le vote de la Constitution a été reporté à dimanche pour permettre aux députés d'adopter ce samedi une réforme de la motion de censure censée garantir une certaine stabilité politique. Cette nouvelle disposition doit en effet rendre plus difficile pour l’Assemblée constituante (ANC) de limoger le gouvernement de Mehdi Jomaâ, qui doit entrer en fonction la semaine prochaine et conduire le pays vers des élections en 2014.

Constitution de compromis

Les députés de l’ANC ont déjà approuvé la nouvelle loi fondamentale article par article du 3 au 23 janvier, si bien qu'elle devrait obtenir l'assentiment de la majorité requise des deux tiers des 217 élus. Les partis ont négocié, après moult disputes et controverses, des compromis sur les articles problématiques, notamment ceux traitant de l'islam. La Constitution sera promulguée lundi à moins qu'une seconde lecture soit nécessaire. Si cette dernière échoue également, un référendum sera organisé.

La Constitution consacre un régime avec un exécutif bicéphale où le Premier ministre aura le rôle dominant mais où le chef de l'État dispose d'importantes prérogatives en matière de défense et de politique étrangères notamment.

L'islam n'y a pas été inscrit comme source de droit, mais les références à la religion sont nombreuses, laissant une place importante à l'interprétation. Ainsi, la Tunisie y est défini comme "un État libre, indépendant et souverain, l'islam est sa religion". Si "la liberté de croyance et de conscience" est garantie, l'État s'engage aussi à "interdire toute atteinte au sacré".

Adoption de la nouvelle Constitution : "Les députés se disent très confiants"

Sur le plan des droits humains, les grandes libertés y sont inscrites, même si des ONG de défense des droits de l'Homme s'inquiètent de dispositions souvent vagues. L'objectif de parité homme-femme dans les assemblées élues, une disposition exceptionnelle dans le monde arabe, y a été inclue.

"Espoirs de la révolution"

"C'est une Constitution progressiste, répondant aux espoirs de la révolution", a estimé le président de l'ANC, Mustapha Ben Jaafar, reconnaissant qu'il "peut y avoir des améliorations". Le chef d'Ennahda, Rached Ghannouchi, a lui jugé que cette Constitution fera "de la Tunisie la première démocratie arabe".

Ce n'est "probablement pas la plus belle, ni la plus équilibrée, ni la plus révolutionnaire des Constitutions, mais [c'est] certainement un grand pas vers un avenir à bâtir", a pour sa part jugé la députée Selma Mabrouk sur son site internet.

Les travaux de l'ANC ne sont pas pour autant finis. Les députés doivent encore adopter dans les jours à venir une législation électorale, alors que la commission chargée d'organiser les élections, cruciales pour achever la transition et permettre l'entrée en vigueur de la Loi fondamentale, vient tout juste d'être formée. Les partis militent pour la tenue d'élections en 2014, mais aucun calendrier précis n'a été avancé.

Avec AFP
 

Première publication : 25/01/2014

  • TUNISIE

    "Le vote de la Constitution n'est qu'une étape, la Tunisie n'est pas encore sauvée"

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    En Tunisie, les juges vent debout contre la "domestication" de la justice

    En savoir plus

  • VIDÉO - TUNISIE

    Trois ans après la révolution, les jeunes Tunisiens entre espoir et déception

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)