Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Gauche : quelle recomposition ?

En savoir plus

POLITIQUE

Trump président des États-Unis : le populisme au pouvoir

En savoir plus

FOCUS

France : de nouvelles inititatives solidaires en faveur des sans-abris

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Asli Erdogan, les maux de la Turquie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May attendue à Davos ce jeudi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des troupes sénégalaises et nigérianes aux frontières de la Gambie

En savoir plus

LE DÉBAT

Lanceurs d'alerte : un risque, à quel prix ? (partie 2)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jean-Pascal Tricoire : "la mondialisation doit être plus inclusive"

En savoir plus

LE DÉBAT

Lanceurs d'alerte : un risque, à quel prix ? (partie 1)

En savoir plus

Asie - pacifique

Un des leaders de la contestation abattu à Bangkok

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/01/2014

Suthin Taratin, un des meneurs des manifestations qui se déroulent en Thaïlande depuis plus de deux mois a été tué par balles, dimanche, lors d’affrontements à Bangkok.

L’opposition thaïlandaise vient de perdre l’un de ses chefs de file. Meneur de la contestation qui fait rage en Thaïlande depuis plus de deux mois, Suthin Taratin a été tué par balles, dimanche 26 janvier, lors de heurts à Bangkok, a annoncé la police thaïlandaise.

L’opposition indique qu’il a été abattu alors qu'il parlait à la foule depuis un pick-up près d'un bureau de vote. Des bousculades ont été rapportées au même moment entre opposants et partisans du gouvernement de Yingluck Shinawatra.

Suthin Taratin appartenait à la Dhamma Army, un des groupes les plus jusqu'au-boutistes de la mouvance anti-gouvernementale. Sa mort porte à dix le nombre de victimes depuis le début de la crise.

Un porte-parole de la police a précisé à Reuters que les heurts s'étaient produits près d'un temple du quartier de Bang Na. "Au moins cinq autres personnes ont été blessées", a ajouté Piya Utayo. À l'hôpital Vibharam de Bangkok, des responsables ont dit avoir pris en charge six blessés.

Chaos autour des bureaux de vote

Ce regain de tension est à mettre en perspective avec l’ouverture des premiers bureaux de vote à Bangkok en vue des élections législatives anticipées qui doivent avoir lieu le week-end prochain. Alors que l’opposition rejette vivement le scrutin, les urnes ont commencé à être mises à disposition des citoyens pour leur permettre un vote anticipé si besoin. Sur les 49 millions d’électeurs inscrits que compte la Thaïlande, 2,16 millions ont opté pour le vote anticipé.

D'après le ministre des Affaires étrangères, Surapong Tovichakchaikul, l'accès à 45 des 50 bureaux de vote ouverts dans la capitale était impossible. Le vote anticipé est perturbé dans dix des 76 provinces du pays, a-t-il ajouté.

"Des manifestants ont stoppé les électeurs. Dans de nombreux quartiers de Bangkok, ils ont utilisé la force pour interdire aux gens d'aller voter. Il s'agit d'un délit très grave", a-t-il dénoncé à la télévision.

Yingluck Shinawatra, qui a dissous le Parlement pour tenter d'apaiser les manifestants, refuse, quant à elle, de démissionner pour laisser sa place à un "Conseil du peuple" réclamé par les manifestants. La Première ministre doit rencontrer la Commission électorale mardi, et pourrait être contrainte d'annoncer un report du scrutin.

Avec Reuters et AFP

Première publication : 26/01/2014

  • THAÏLANDE

    Le gouvernement thaïlandais décrète l'état d'urgence à Bangkok

    En savoir plus

  • THAÏLANDE

    Une bombe explose lors d'une manifestation anti-gouvernementale à Bangkok

    En savoir plus

  • THAÏLANDE

    L'opposition thaïlandaise lance l'opération "paralysie à Bangkok"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)