Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 27/01/2014

La France tente de draguer les touristes chinois avec des visas express

© FRANCE 24

À l'occasion des 50 ans de l'établissement des relations diplomatiques entre la France et la Chine, Paris lance une opération visant à délivrer un visa de tourisme aux Chinois en seulement 48 heures. Une mesure qui devrait se généraliser à terme.

Vu de Pékin, la France est souvent perçue comme une citadelle imprenable à cause de sa politique de visas. Paris, qui veut changer cette image, a promis d'alléger la procédure pour accueillir 50 000 étudiants chinois en 2015. Et à l'occasion des 50 ans de l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays, las autorités françaises ont lancé une opération visant à délivrer un visa de tourisme aux Chinois en seulement 48 heures, contre une dizaine de jours normalement. 

Une procédure raccourcie et surtout simplifiée : plus besoin de fournir ses données bancaires ou encore son livret de famille, une simple photocopie suffit. Une mesure qui devrait se généraliser dans les prochains jours. "Avec cette nouvelle politique, parmi tous les pays européens, la France sera mon premier choix. C'est vraiment beaucoup plus pratique", explique à FRANCE 24 Liu Xuefang, une manager chinoise qui vient d’obtenir son précieux sésame.
 
Attirer les touristes dépensiers
.
L’objectif pour Paris est de rendre la France plus attractive que ses voisins européens, alors même que les Chinois sont de plus en plus nombreux à partir en vacances. En effet, près de 80 millions de Chinois voyagent désormais chaque année. Des touristes parmi les plus dépensiers au monde, alors pas question pour le gouvernement français de laisser filer cette manne financière.
 
"Les Chinois sont les bienvenus en France, nous voulons davantage d'investisseurs avec des projets pour notre pays qui créent des emplois, davantage d'étudiants chinois brillants dans nos universités et dans nos écoles", souligne Emmanuel Lenain, consul général de France à Shanghaï.  Et d’ajouter avec franchise : "Nous voulons davantage de touristes chinois curieux de notre pays et surtout dépensiers".
 
Une ouverture à sens unique ?
 
Toutefois, la France attend toujours un geste de bonne volonté de la part de Pékin. Après les incidents autour de la flamme olympique à Paris en 2008, le gouvernement chinois avait durci sa politique envers les Français. Faute de pouvoir renouveler leur visa, beaucoup vivraient dans l'illégalité en Chine. "Récemment avec mes problèmes de visas, je cherchais à me régulariser au plus vite, explique sous le sceau de l’anonymat Pauline, qui vit et travaille à Pékin avec un visa étudiant. J'ai donc contacté une agence qui m'a dit que c'était difficile en ce moment pour les Européens et particulièrement pour les Français. On m'a dit en souriant que si j'étais Italienne cela aurait été un peu plus simple."
 
Face à l'afflux de Français dans les grandes villes comme Pékin, Canton ou Shanghaï, la Chine elle aussi chercherait à protéger son marché du travail. "Les critères sont appliqués de façon beaucoup plus stricte et c'est probablement lié à des problèmes de volume de candidats, décrypte pour FRANCE 24 Fabien Guérin, directeur général de Talent Fishers Consulting, un cabinet de consultants spécialisé dans les ressources humaines. C'est-à-dire que l'administration doit faire face à un nombre de candidats beaucoup plus important, et à compétence égale, a priori les entreprises devront préférer choisir un Chinois car sa candidature aura plus de chance d'être validée par les autorités."
 
Récemment cependant, le gouvernement chinois a promis de réduire le délai de renouvellement des visas à une semaine, au moins pour les étrangers résidant à Shanghaï dans un premier temps.

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

23/06/2016 Royaume-Uni

Brexit : l'immigration, un thème majeur de la campagne

C'est le grand jour pour les Britanniques, qui votent pour ou contre la sortie de leur pays de l'Union européenne. La campagne, d'un côté comme de l'autre, a été mouvementée,...

En savoir plus

22/06/2016 Royaume-Uni

Vidéo : Brexit, le paradoxe écossais

Les derniers sondages d'opinion indiquent qu'une large majorité - les deux tiers - des Écossais vont voter pour rester au sein de l'UE, lors du referendum du 23 juin. Si la...

En savoir plus

21/06/2016 Mayotte

Mayotte, un département français dans l'impasse

Département français depuis 2011, Mayotte se trouve dans l'impasse. Des grèves qui tournent à l'émeute, une immigration clandestine que l'État n'arrive pas à endiguer,...

En savoir plus

20/06/2016 Immigration

Hendaye, terre d'asile

En cette journée internationale des réfugiés, lundi 20 juin, France 24 vous emmène à Hendaye, dans le Pays Basque. À la frontière avec l’Espagne, la ville a un long passé...

En savoir plus

17/06/2016 Belgique

Vidéo : la Belgique, un État défaillant ?

La réputation de la Belgique n'a pas cessé de se dégrader. Ratages dans la lutte anti-jihadiste, luttes intestines entre Wallons et Flamands, infrastructures publiques...

En savoir plus