Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Morgan Tsvangirai inhumé dans son village natal

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Afrin: une guerre sans images

En savoir plus

LE DÉBAT

Offensive sur Afrin en Syrie : Damas, Ankara, un nouveau rapport de force ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Gabriel Attal : "Les propos de Laurent Wauquiez sont indignes et pas au niveau du chef d'un grand parti d'opposition"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Guillaume Larrivé : "On voit que la meute est en marche aux ordres de l'Élysée"

En savoir plus

FOCUS

RD Congo : la Chine à l'assaut du cobalt

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Isabelle Carré écrivaine se dévoile dans "Les Rêveurs"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Sandales, tunique rouge et colliers à fleurs" pour Justin Trudeau en Inde

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump Junior en Inde : un voyage d’affaires très politique

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 27/01/2014

La France tente de draguer les touristes chinois avec des visas express

© FRANCE 24

À l'occasion des 50 ans de l'établissement des relations diplomatiques entre la France et la Chine, Paris lance une opération visant à délivrer un visa de tourisme aux Chinois en seulement 48 heures. Une mesure qui devrait se généraliser à terme.

Vu de Pékin, la France est souvent perçue comme une citadelle imprenable à cause de sa politique de visas. Paris, qui veut changer cette image, a promis d'alléger la procédure pour accueillir 50 000 étudiants chinois en 2015. Et à l'occasion des 50 ans de l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays, las autorités françaises ont lancé une opération visant à délivrer un visa de tourisme aux Chinois en seulement 48 heures, contre une dizaine de jours normalement. 

Une procédure raccourcie et surtout simplifiée : plus besoin de fournir ses données bancaires ou encore son livret de famille, une simple photocopie suffit. Une mesure qui devrait se généraliser dans les prochains jours. "Avec cette nouvelle politique, parmi tous les pays européens, la France sera mon premier choix. C'est vraiment beaucoup plus pratique", explique à FRANCE 24 Liu Xuefang, une manager chinoise qui vient d’obtenir son précieux sésame.
 
Attirer les touristes dépensiers
.
L’objectif pour Paris est de rendre la France plus attractive que ses voisins européens, alors même que les Chinois sont de plus en plus nombreux à partir en vacances. En effet, près de 80 millions de Chinois voyagent désormais chaque année. Des touristes parmi les plus dépensiers au monde, alors pas question pour le gouvernement français de laisser filer cette manne financière.
 
"Les Chinois sont les bienvenus en France, nous voulons davantage d'investisseurs avec des projets pour notre pays qui créent des emplois, davantage d'étudiants chinois brillants dans nos universités et dans nos écoles", souligne Emmanuel Lenain, consul général de France à Shanghaï.  Et d’ajouter avec franchise : "Nous voulons davantage de touristes chinois curieux de notre pays et surtout dépensiers".
 
Une ouverture à sens unique ?
 
Toutefois, la France attend toujours un geste de bonne volonté de la part de Pékin. Après les incidents autour de la flamme olympique à Paris en 2008, le gouvernement chinois avait durci sa politique envers les Français. Faute de pouvoir renouveler leur visa, beaucoup vivraient dans l'illégalité en Chine. "Récemment avec mes problèmes de visas, je cherchais à me régulariser au plus vite, explique sous le sceau de l’anonymat Pauline, qui vit et travaille à Pékin avec un visa étudiant. J'ai donc contacté une agence qui m'a dit que c'était difficile en ce moment pour les Européens et particulièrement pour les Français. On m'a dit en souriant que si j'étais Italienne cela aurait été un peu plus simple."
 
Face à l'afflux de Français dans les grandes villes comme Pékin, Canton ou Shanghaï, la Chine elle aussi chercherait à protéger son marché du travail. "Les critères sont appliqués de façon beaucoup plus stricte et c'est probablement lié à des problèmes de volume de candidats, décrypte pour FRANCE 24 Fabien Guérin, directeur général de Talent Fishers Consulting, un cabinet de consultants spécialisé dans les ressources humaines. C'est-à-dire que l'administration doit faire face à un nombre de candidats beaucoup plus important, et à compétence égale, a priori les entreprises devront préférer choisir un Chinois car sa candidature aura plus de chance d'être validée par les autorités."
 
Récemment cependant, le gouvernement chinois a promis de réduire le délai de renouvellement des visas à une semaine, au moins pour les étrangers résidant à Shanghaï dans un premier temps.

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/02/2018 RD Congo

RD Congo : la Chine à l'assaut du cobalt

La République démocratique du Congo produit 60% du cobalt dans le monde. Un minerai devenu éminemment stratégique, puisqu'il est utilisé pour la fabrication des batteries de...

En savoir plus

19/02/2018 Allemagne

En Allemagne, une baisse significative de la délinquance juvénile

Lutter contre la délinquance des jeunes en leur trouvant un travail ? L'Allemagne, où le chômage touche 8 % seulement des moins de 25 ans, tient peut-être là une solution.

En savoir plus

16/02/2018 Éthiopie

Éthiopie-Djibouti : la renaissance de la ligne de chemin de fer

En Afrique de l'Est, il est désormais possible de prendre le train entre Addis-Abeba, en Éthiopie, et Djibouti, depuis l'inauguration de cette nouvelle ligne de chemin de fer,...

En savoir plus

15/02/2018 EUROPE

Italie : le retour à la terre des jeunes diplômés

La jeunesse italienne citadine n'hésite plus à quitter le stress de la ville pour partir vivre à la campagne. Le nombre de jeunes diplômés qui se lancent dans l'aventure agricole...

En savoir plus

14/02/2018 guerre

Irak : la trop lente reconstruction de Tikrit en ruines

Quelle enveloppe le monde va-t-il confier à l'Irak pour sa reconstruction ? Alors que le pays a estimé ses besoins à 88 milliards de dollars, les bailleurs internationaux réunis...

En savoir plus