Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Débat Trump vs Clinton : les réactions sur la toile

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Débat Juncker - Schulz : "Quel avenir pour l'Europe ?"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les attentats ne suffisent pas à expliquer les chiffres du chômage"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les propos de Patrick Buisson ne me touchent pas"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le mouvement "Buy Black" prend de l’ampleur

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Mabanckou, écrivain du monde

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Trump ou Clinton : qui est le plus crédible sur l'économie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep, symbole de la faiblesse américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Fance : le chômage repart à la hausse

En savoir plus

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 27/01/2014

La France tente de draguer les touristes chinois avec des visas express

© FRANCE 24

À l'occasion des 50 ans de l'établissement des relations diplomatiques entre la France et la Chine, Paris lance une opération visant à délivrer un visa de tourisme aux Chinois en seulement 48 heures. Une mesure qui devrait se généraliser à terme.

Vu de Pékin, la France est souvent perçue comme une citadelle imprenable à cause de sa politique de visas. Paris, qui veut changer cette image, a promis d'alléger la procédure pour accueillir 50 000 étudiants chinois en 2015. Et à l'occasion des 50 ans de l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays, las autorités françaises ont lancé une opération visant à délivrer un visa de tourisme aux Chinois en seulement 48 heures, contre une dizaine de jours normalement. 

Une procédure raccourcie et surtout simplifiée : plus besoin de fournir ses données bancaires ou encore son livret de famille, une simple photocopie suffit. Une mesure qui devrait se généraliser dans les prochains jours. "Avec cette nouvelle politique, parmi tous les pays européens, la France sera mon premier choix. C'est vraiment beaucoup plus pratique", explique à FRANCE 24 Liu Xuefang, une manager chinoise qui vient d’obtenir son précieux sésame.
 
Attirer les touristes dépensiers
.
L’objectif pour Paris est de rendre la France plus attractive que ses voisins européens, alors même que les Chinois sont de plus en plus nombreux à partir en vacances. En effet, près de 80 millions de Chinois voyagent désormais chaque année. Des touristes parmi les plus dépensiers au monde, alors pas question pour le gouvernement français de laisser filer cette manne financière.
 
"Les Chinois sont les bienvenus en France, nous voulons davantage d'investisseurs avec des projets pour notre pays qui créent des emplois, davantage d'étudiants chinois brillants dans nos universités et dans nos écoles", souligne Emmanuel Lenain, consul général de France à Shanghaï.  Et d’ajouter avec franchise : "Nous voulons davantage de touristes chinois curieux de notre pays et surtout dépensiers".
 
Une ouverture à sens unique ?
 
Toutefois, la France attend toujours un geste de bonne volonté de la part de Pékin. Après les incidents autour de la flamme olympique à Paris en 2008, le gouvernement chinois avait durci sa politique envers les Français. Faute de pouvoir renouveler leur visa, beaucoup vivraient dans l'illégalité en Chine. "Récemment avec mes problèmes de visas, je cherchais à me régulariser au plus vite, explique sous le sceau de l’anonymat Pauline, qui vit et travaille à Pékin avec un visa étudiant. J'ai donc contacté une agence qui m'a dit que c'était difficile en ce moment pour les Européens et particulièrement pour les Français. On m'a dit en souriant que si j'étais Italienne cela aurait été un peu plus simple."
 
Face à l'afflux de Français dans les grandes villes comme Pékin, Canton ou Shanghaï, la Chine elle aussi chercherait à protéger son marché du travail. "Les critères sont appliqués de façon beaucoup plus stricte et c'est probablement lié à des problèmes de volume de candidats, décrypte pour FRANCE 24 Fabien Guérin, directeur général de Talent Fishers Consulting, un cabinet de consultants spécialisé dans les ressources humaines. C'est-à-dire que l'administration doit faire face à un nombre de candidats beaucoup plus important, et à compétence égale, a priori les entreprises devront préférer choisir un Chinois car sa candidature aura plus de chance d'être validée par les autorités."
 
Récemment cependant, le gouvernement chinois a promis de réduire le délai de renouvellement des visas à une semaine, au moins pour les étrangers résidant à Shanghaï dans un premier temps.

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

27/09/2016 États-Unis

Vidéo : aux États-Unis, le mouvement "Buy Black" prend de l’ampleur

Aux États-Unis, et notamment à Atlanta, la ville de Martin Luther King Jr., le mouvement "Buy Black" (Acheter Noir) est en plein essor. Inspiré du mouvement des droits civiques,...

En savoir plus

26/09/2016 Libye

Percée d'Haftar : France 24 filme la déroute d'une milice libyenne

Parties filmer une milice soutenue par le gouvernement de Tripoli qui contrôlait alors plusieurs infrastructures pétrolières dans le nord-est de Libye, les équipes de France 24...

En savoir plus

23/09/2016 Royaume-Uni

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

Qui, de Jeremy Corbin ou d’Owen Smith, sera le prochain leader du parti travailliste britannique ? Réponse le 24 septembre. Ce jour-là, le Labour, réuni en congrès annuel à...

En savoir plus

22/09/2016 Vietnam

Le Vietnam en pleine mutation

Au Vietnam, si l'opposition politique reste muselée, l'économie décolle. Ces dernières années, le régime communiste s’est ouvert au capitalisme et aux investisseurs étrangers. Le...

En savoir plus

21/09/2016 Espagne

Pacte anti-corruption en Espagne : un grand ménage dans la classe politique?

La corruption des élus espagnols divise les partis politiques. Elle est l’une des principales causes du blocage institutionnel que connait l’Espagne. Personne ne veut s’associer...

En savoir plus