Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"La bataille des sexes" : l’égalité homme-femme en jeu

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le sort incertain des militaires transgenres

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Chancelière ch. partenaire, et plus si affinités"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement américain tente de bloquer la fusion AT&T - Warner Bros

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La chancelière chancelle"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Allemagne : le crépuscule d'Angela Merkel ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Robert Mugabe lâché par son parti

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : fin du règne pour l'indéboulonnable Merkel ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : fin du règne pour l'indéboulonnable Merkel ? (partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 27/01/2014

"Paris est plus que jamais la City of Love"

Dans la revue de presse internationale, ce lundi, la presse du monde entier se moque de la France après la fin du feuilleton Hollande/Trierweiler; le scepticisme de Syriens quant aux négociations de Genève; et le succès du vin français en Chine.

Les journaux du monde entier se font un malin plaisir à se moquer de la France, ou plutôt de la fin de ce feuilleton Hollande/Trierweiler. Exemple, le New York Post et son titre très osé. Valérie Trierweiler marche avec un sac à la main. Titre : "Pack your Baguettes, First Lady is French Toast". C’est évidemment un jeu de mot : sur pack your Bags, faites vos valises Valérie, chère Valérie. La Première Dame en France, c’est fini. En Français, difficile de trouver le même champs lexical du pain (French toast, c’est le pain perdu).

Des jeux de mots, les journalistes étrangers aiment en user, voir en abuser dans cette affaire.Exemple en Irlande, où le Sunday independent titre, "Hollande et ses femmes, une fin à LE SCANDALE", comme ils croient que nous l’appelons ici en France. La journaliste écrit : "François "Flamby" Hollande a fini pour le dire : la vie en rose (en français dans le texte, c’est fini pour lui et Valérie Trierweiler". Et elle critique le président français pour son manque de tact dans la façon de l’annoncer. Un simple coup de téléphone à l’agence France presse qui met fin à la relation. Cela a même choqué Karl Lagerfeld, raconte le journal. Pour le couturier, "on ne traite une femme avec qui on a passé plusieurs années de cette manière". La France, était connue pour les nombreuses affaires extraconjugales de ses présidents, écrit encore Ifa Dre : Valérie Giscard d’Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac… Mais c’est la première fois qu’un chef d’Etat se débarrasse de sa partenaire "de manière aussi peu diplomatique", poursuit-elle. Avant de conclure, "entre une Valérie Trierweiler qui quitte l’Elysée, et une Julie Gayet qui attend devant le perron, une chose est sûre, Paris est plus que jamais la City of Love", la ville des amoureux.

Valérie Trierweiler qui effectue actuellement son dernier déplacement officiel en Inde, un voyage au profit d’Action contre la faim. Et dans le Daily Mail, on apprend qu’elle est accompagnée, donc pour la dernière fois de directeur de cabinet, Patrice Biancone. Plus étonnant, le journal qui cite une source à l’Elysée, explique que Patrice Biancone fait surtout parti du voyage pour "contrôler" l’ex-première dame, afin qu’elle ne "nuise pas encore plus à la réputation du chef de l’Etat". La séparation, d’après le journal, semble avoir été beaucoup plus brutale que ne le raconte la presse française. Valérie Trierweiler aurait refusé de signer un papier juridique confirmant leur séparation. C’est donc "une ex-première dame méprisée" qui quitte l’Elysée, titre le tabloïd.

Un départ qui pose la question de l’avenir du statut de première dame en France. Et c’est l’International New York Times qui pose cette question. Le journal explique que contrairement aux Etats Unis, où la première dame a une vraie mission au moins depuis Eleanor Roosevelt, en France, ce n’est pas le cas. Les femmes de présidents n’ont jamais réussi à trouver leur place. Certains veulent désormais tout simplement supprimer le rôle de première dame. Un statut qui coûte cher à l’Etat et qui n’apporte rien aux citoyens Français, conclut le journal.

On passe à un tout autre sujet : la crise syrienne et les négociations de Genève. Et dans Guardian, l’écrivaine syrienne Rime Allaf se montre très sceptique à l’égard de ces négociations. Selon elle, il s’agit d’un long processus qui risque tout simplement de maintenir le statu quo dans le pays indéfiniment et de donner beaucoup de temps à Bachar al-Assad. Le processus pourrait pour cette raison faire plus de mal que de bien au pays.

Car sur place, la tragédie continue… Plusieurs récits récents sont là pour un témoigner. Et notamment ce témoignange, dans le Daily Telegraph, d’une syrienne d’origine palestinienne, dont la famille est actuellement prise au piège dans le camp de réfugiés de Yarmouk, près de Damas. Elle raconte, comme là bas, les gens meurent de faim. Des 200 000 habitants, il n’en reste plus que 20 000. La plupart ont fui. Certains sont morts. Les habitants font face aux tirs de snipers, aux bombardements. Il n’y a plus d’électricité, ni d’eau potable. Sa famille vit dans un appartement éventré par une bombe. Par chance, ses parents n’ont pas été blessés.

Pour terminer on s’intéresse au vin français qui semble passionner… la Chine.
La Chine qui aime le vin français, nous apprend l’International New York times. En témoigne le nombre d’étudiants chinois dans les écoles d’œnologie française qui ne fait que croitre depuis plusieurs années. Un phénomène qui a d’abord suscité la méfiance des Français avec des propos parfois anti-chinois. Mais selon le NY times, le fait que des étudiants venus de Pékin ou de Shanghai viennent à Bordeaux ou Dijon pour apprendre les techniques de fabrication du vin, et repartent ensuite pour construire des vignobles en Asie doit être une chance pour la France. Car même s’il y a du vin chinois, l’original, le vin français n’en deviendra que plus populaire. Actuellement, il représente déjà près de 50% des ventes en Chine, un marché en pleine expansion.

Par Christophe DANSETTE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

21/11/2017 Allemagne

"Chancelière ch. partenaire, et plus si affinités"

Au menu de cette revue de presse internationale, mardi 21 novembre, les réactions à la crise politique en Allemagne. Un communiqué de l’agence russe de météorologie reconnaissant...

En savoir plus

21/11/2017 Revue de presse française

"La chancelière chancelle"

Au menu de cette revue de presse française, mardi 21 novembre, la réaction à la crise politique en Allemagne. Ses conséquences pour l’Europe, et pour le projet de refondation de...

En savoir plus

20/11/2017 sécurité

"Mugabe veut mourir sur scène"

Au menu de cette revue de presse internationale, lundi 20 novembre, le refus de Robert Mugabe de quitter le pouvoir malgré la pression de ses compatriotes, de l’armée, et de son...

En savoir plus

20/11/2017 Revue de presse française

"Angela Merkel, le camouflet"

Au menu de cette revue de presse française, lundi 20 novembre, l’échec des tractations menées par Angela Merkel pour former un nouveau gouvernement. Emmanuel Macron face à la...

En savoir plus

17/11/2017 COP23

Environnement : "Non, il n'est pas trop tard"

Dans cette revue de presse française du 17 novembre : il n'est pas trop tard pour sauver la planète, c'est le cri d'alarme - et du cœur - de Libération. Au programme aussi : le...

En savoir plus