Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Nuits de violences à Ferguson et 15e sommet de la Francophonie à Dakar

En savoir plus

DÉBAT

Débat en France sur un État palestinien et l'accord sur le nucléaire iranien

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La francophonie, belle et bien vivante !

En savoir plus

#ActuElles

Quarante ans d'IVG : un droit fondamental à défendre

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - Google : le géant du Net bientôt scindé en deux ?

En savoir plus

FOCUS

Bien qu'ébranlée, la protestation citoyenne se poursuit à Hong Kong

En savoir plus

TECH 24

Oculus Rift : la vie des autres

En savoir plus

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Djilali Benchabane, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique

En savoir plus

Amériques

Le Pérou récupère des territoires maritimes concédés au Chili au XIXe siècle

© AFP

Vidéo par Anna MOREAU

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/01/2014

Après plus d’un siècle de discorde, la Cour internationale de justice a mis fin à une querelle maritime entre le Chili et le Pérou. Lima s’est vu attribuer une zone maritime de 22 000 kilomètres carrés que revendiquait jusqu’alors le Chili.

La Cour internationale de justice (CIJ) a mis fin, lundi 27 janvier, à une querelle territoriale de près d’un siècle entre le Pérou et le Chili, en attribuant à Lima une zone maritime sous souveraineté chilienne riche en ressources halieutiques.

Cette décision, qui faisait suite à une demande du Pérou auprès de la CIJ en 2008, a constitué un "motif de satisfaction" pour le président péruvien Ollanta Humala, tandis que son homologue chilien Sebastian Piñera a fait part de son "regret" suite à ce jugement, qui marque la perte de droits maritimes chiliens hérités de la guerre du Pacifique (1879-1883).

La décision de la CIJ induit une révision de la frontière maritime entre les deux pays et accorde quelque 22 000 kilomètres carrés au Pérou. Ces territoires se trouvent entre 80 et 200 milles marins au large du continent sud-américain. Cette décision "change l'histoire du Pérou", a estimé Ollanta Humala.

Respecter la décision de la CIJ quelle qu'elle soit

La réclamation du Pérou portait sur la souveraineté d’une zone poissonneuse de l'océan Pacifique de 38 000 kilomètres carrés sous contrôle chilien ainsi que sur une zone de 27 000 km2, considérée par Santiago comme appartenant aux eaux internationales.

"Nous avons gagné plus de 70 % du total de notre demande", a expliqué le président péruvien dans une allocution à la nation, tandis qu’à Lima, des centaines de Péruviens attendaient la décision, retransmise sur des écrans géants installés dans le centre historique de la capitale. Le Chili et le Pérou s’étaient engagés à respecter la décision de la CIJ, quelle que soit sa teneur.

Mercredi 29 janvier, Piñera et Humala doivent se retrouver à La Havane, en marge du sommet de la Communauté d'États d'Amérique latine et des Caraïbes (Celac).

"C'est très important car cela montre la volonté des deux présidents de mener [ce sujet] à bien, avec de bonnes manières", a estimé la ministre péruvienne des Affaires étrangères, Eda Rivas.

Sebastian Piñera voyagera accompagnée de Michelle Bachelet, élue récemment présidente du Chili, et de son futur ministre des Affaires étrangères, Heraldo Muñoz. Bachelet doit prendre les rênes du Chili le 11 mars 2014.

Avec AFP


Première publication : 28/01/2014

  • CHILI

    De nouveau élue, Michelle Bachelet promet de "grandes transformations"

    En savoir plus

  • ENVIRONNEMENT

    La ruée vers l’or : le lourd tribut payé par le Pérou à la crise financière

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)