Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

FOCUS

Côte d'Ivoire : plongeon dans le trafic illicite et très lucratif des faux médicaments

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 28/01/2014

Paris cherche à apaiser ses relations avec Ankara

© AFP

François Hollande doit achever mardi une visite officielle en Turquie, une première pour un président français depuis 1992. Son principal objectif : apaiser une relation bilatérale qui s'est grandement détériorée ces dernières années. Reportage.

 

Le potentiel économique de la Turquie continue à faire de ce pays un partenaire privilégié d'une Europe au ralenti. Mais la France reste à la traîne en matière d'échanges avec ce pays émergeant. En visite officielle en Turquie les 27 et 28 janvier, François Hollande entend relancer les échanges économiques franco-turcs, tout juste renaissants, après plusieurs années de tensions diplomatiques marquées par des accrochages houleux, notamment sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy.
 
Ce dernier était le chef de file des Européens farouchement opposés à l'adhésion turque à l’Union européenne. Un affront qu’Ankara n’a pas oublié. C’est également sous l’ère Sarkozy qu’une crise diplomatique a été déclenchée par le vote d’une loi française qui entendait pénaliser la négation du génocide arménien. En 1915, alors que l'Empire ottoman vit ses dernières heures, la communauté arménienne est victime de déportations massives et de massacres de grande ampleur.
 
Si la Turquie moderne, née sur les cendres de cet empire, refuse catégoriquement de reconnaître ces évènements, la France, qui abrite une importante diaspora arménienne reconnaît officiellement ce génocide.
 
En Turquie, même ceux qui sont en faveur de la question arménienne, et dont la vie est menacée du fait de leur positionnement, s'oppose malgré tout aux lois votées par les Parlements étrangers sur le dossier arménien. "Lorsqu'une loi de ce genre est discutée en France ou ailleurs, cela sert dans un sens les intérêts des nationalistes turcs, qui expliquent que le monde entier est contre la Turquie pour défendre un mensonge", confie à FRANCE 24, Rober Koptaş, le rédacteur en chef du journal Agos. Il y a sept ans, son prédécesseur Hrant Dink avait été assassiné en pleine rue par un nationaliste turc.
 
Le monde des affaires pénalisé
 
Résultat, la position française sur l’adhésion turque à l’UE et sur le génocide arménien a fait une victime collatérale : le monde des affaires. Un boycott avait ainsi visé les entreprises françaises implantées en Turquie, après le vote de la loi réprimant la négation du génocide arménien, même si les tensions s'étaient apaisées après l'invalidation de cette loi par le Conseil constitutionnel. Toujours est-il qu’entre 2009 et 2012, la part de marché française en Turquie a chuté de 6% à 3%.
 
La situation semble néanmoins s’inverser depuis quelques temps, et Paris, avec la visite de François Hollande, - une première pour un chef d’État français depuis 1992 -, entend enfoncer le clou. À l’instar de Remi Asencio, un jeune entrepreneur, de plus en plus de jeunes français viennent à la conquête de ce pays émergeant, dont la France reste le 8e partenaire économique.
 
"Aujourd'hui pour moi la Turquie, ça représente, économiquement parlant, peut-être pas un eldorado, mais en tous cas un pays dans lequel on peut encore faire énormément de choses", explique-t-il à FRANCE 24.
 

 

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

09/12/2016 Afrique

Côte d'Ivoire : plongeon dans le trafic illicite et très lucratif des faux médicaments

En Côte d’Ivoire, 30 à 40% des médicaments sont achetés dans la rue. Réputés peu chers, ils sont au mieux inefficaces, au pire toxiques, voire mortels pour ceux qui les...

En savoir plus

08/12/2016 Moyen-Orient

Vidéo : avec "La Division d'or", à la conquête de Mossoul

Nous vous proposons un reportage exclusif de nos reporters en Irak, Matthieu Mabin et Noreddine Bezziou, qui ont suivi les forces antiterroristes irakiennes au plus près des...

En savoir plus

07/12/2016 Ghana

Au Ghana, la présidentielle s’annonce serrée

Alors que les Ghanéens sont appelés aux urnes ce mercredi pour la présidentielle, le chef de l’État sortant, John Dramani Mahama, qui brigue un second mandat se dit "très...

En savoir plus

06/12/2016 Asie - pacifique

Corée du Sud : la rue en passe de faire chuter la présidente Park Geung-Hye

Depuis plus d'un mois, des centaines de milliers de Coréens manifestent pour réclamer la démission de la présidente Park Geung-Hye. Cette dernière est soupçonnée d'avoir aidé son...

En savoir plus

05/12/2016 Italie

Italie : la région désertée de Basilicate reprend vie grâce aux migrants

Depuis janvier 2016, près de 170 000 migrants ont débarqué sur les côtes de la péninsule italienne. Contrairement à d'autres, la région de Basilicate, dans le sud de l’Italie,...

En savoir plus