Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

6 policiers poursuivis pour homicide involontaire: les habitants de Baltimore exultent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : A la rencontre de l'homme qui a recueilli les témoignages

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Viols présumés en Centrafrique : des zones d'ombre dans l'affaire

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Séisme au Népal : l'aide humanitaire internationale pressée par le temps

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centrafrique : des soldats français soupçonnés de viols sur des enfants

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : une enquête s'est ouverte à Bangui

En savoir plus

FOCUS

Liban : la prison de Roumieh, un fief pour les jihadistes de l'EI

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"En France, les PME ont du mal à grandir"

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Le pain, une tradition française

En savoir plus

Afrique

Vingt journalistes d'Al-Jazira devant la justice égyptienne

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/01/2014

L'Égypte juge depuis mercredi 20 journalistes de la chaîne qatarie. On reproche à certains d'avoir propagé de "fausses nouvelles" et à d'autres d'appartenir à une organisation terroriste.

Vingt journalistes d’Al-Jazira, dont quatre étrangers, sont jugés depuis mercredi 29 janvier en Égypte. Sur les 20 accusés, seuls huit d’entre eux sont détenus, les 12 autres étant recherchés par les autorités.

Les journalistes étrangers, parmi lesquels on compte deux Britanniques, un Australien et un Néerlandais, sont notamment accusés d'avoir diffusé "de fausses nouvelles", a indiqué mercredi le ministère public.

La justice égyptienne reproche aux seize autres, des Égyptiens, d'appartenir à une "organisation terroriste" et d'avoir "porté atteinte à l'unité nationale et la paix sociale", peut-on lire dans un communiqué émanant du parquet.

Sanglante répression des partisans de Morsi

Le parquet n'a pas révélé l'identité de ceux qui sont derrière les barreaux. Mais trois journalistes de la chaîne qatarie, l'Australien Peter Greste, l'Égypto-Canadien Mohamed Adel Fahmy et l'Égyptien Baher Mohamed, avaient été arrêtés le 29 décembre dans un hôtel du Caire.

Le parquet les avait accusés d'entretenir des liens avec les Frères musulmans, considérés par les autorités, dirigées de facto par l'armée, comme une organisation terroriste.

Après la destitution du président islamiste Mohamed Morsi le 3 juillet par l'armée, les nouvelles autorités se sont lancées dans une sanglante répression contre ses partisans.

"Terroristes"

La façon dont Al-Jazira avait couvert la répression n'a pas été du goût du pouvoir alors en place. Les responsables politiques ont accusé la chaîne de prendre fait et cause pour les Frères musulmans.

En les déclarant "terroristes", le gouvernement a de fait placé les centaines de milliers de membres de la confrérie sous le coup d'articles du code pénal qui prévoient la peine de mort pour ses dirigeants et cinq années de prison pour toute personne participant à leurs manifestations.

Avec AFP

Première publication : 29/01/2014

  • ÉGYPTE

    La police égyptienne arrête deux journalistes d'Al-Jazira

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Égypte : l'antenne locale d'Al-Jazira et la télé des Frères musulmans fermées

    En savoir plus

  • MÉDIAS

    Égypte : Al-Jazira, victime collatérale de la chute de Morsi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)