Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le japonais SoftBank veut investir 50 milliards aux Etats-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Angel Merkel, la stabilité dans la tourmente ?"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La France, championne des inégalités scolaires"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Alep : la guerre vue à travers les tweets d'une enfant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Cazeneuve, ce "frère"

En savoir plus

LE DÉBAT

Manuel Valls quitte Matignon : dernier remaniement en France

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Rebsamen : "Un président sortant ne doit pas se soumettre à une primaire"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Rebsamen : "La clé, c'est d'avoir un seul candidat de la gauche"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Entreprises et droits de l'homme : les affaires avant tout ?

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 29/01/2014

Trois ans après la chute de Moubarak, que reste-t-il de la révolution ?

© Marc DAOU

Qu'en est-il de la révolution du Nil trois ans après la chute de Moubarak ? Les correspondants de FRANCE 24 en Égypte ont rencontré certains révolutionnaires, dont les trajectoires ont été très différentes depuis 2011. Reportage.

Un peu moins de trois ans après la chute d'Hosni Moubarak, que reste-t-il de la révolution égyptienne ? Depuis la destitution du président islamiste Mohamed Morsi par les militaires en juillet dernier, l'Égypte semble revenir en arrière. La nouvelle constitution, tout juste adoptée, donne de grands pouvoirs à l'armée, toute contestation du régime est fermement réprimée et de nombreux opposants sont arrêtés.

Qu'en pensent ceux qui ont fait tomber l'an "raïs", en 2011 ? Les correspondants de FRANCE 24 en Égypte, Kathryn Stapley et Pierrick Leurent, ont rencontré certains d'entre eux. Précisément trois hommes unis dans leurs idéaux de liberté, mais dont les trajectoires ont été très différentes depuis 2011.

L’activiste Wael Abbas, un bloggeur influent et un infatigable militant pour la démocratie, reste une épine dans le pied des autorités actuelles. "Ce qu'il s'est passé récemment [la destitution de Morsi, NDLR], c'est un coup militaire, c'est clair, tonne-t-il. L'armée a des intérêts économiques, politiques, même au niveau international et des intérêts qu'ils veulent préserver et maintenir en place"

Wael Abbas dénonce "un coup d'arrêt" aux libertés de la presse et d'expression. "On n'a rien vu de tel depuis les années 1960", regrette-t-il. "J'espérais que nous pourrions faire tomber Moubarak et son régime tout entier, et que la révolution gouvernerait le pays, pas un conseil militaire, pas les islamistes ou l'une des alternatives affreuses, arrivées durant les années qui ont suivi la révolution", poursuit-il.

Youssof Salhen, aujourd’hui porte-parole des "Étudiants contre le Coup" n'avait que 18 ans en 2011. "Je ne pourrai jamais oublier ces jours-là, en particulier quand Hosni Moubarak a renoncé au pouvoir. C'était une fête incroyable place Tahrir", confie-t-il, nostalgique. Désormais, il se bat pour le retour au pouvoir du seul président civil jamais élu démocratiquement, Mohamed Morsi. "L'Égypte est sous l'occupation de sa propre armée maintenant. Son boulot, c'est de protéger et de servir le pays, pas de le diriger, le contrôler ou même le posséder !", affirme-t-il à FRANCE 24.

"Ce sont les partis politiques qui gouverneront"
 
Enfin, Shihab Wagih est devenu un homme politique au sein du parti libéral "Free Egyptians", fondé après la révolution. "Ce que nous voulions tous, c'était construire une nouvelle Égypte. Une Égypte fondée sur la démocratie et la liberté", souligne-t-il. 
 
Il se montre toutefois moins sévère à l'égard de l’armée égyptienne, qui a repris le pays en main. "C'est un malentendu de dire que si le Général Sissi [qui a depuis le tournage du reportage été élevé au grade de maréchal et obtenu le feu vert de ses pairs pour se présenter à l'élection présidentielle, NDLR] accède au pouvoir, le pays sera entre les mains des militaires, justifie-t-il. L'armée a-t-elle beaucoup de pouvoirs aujourd'hui ? Oui, mais au bout du compte, l'armée ne dirigera pas le pays, ce sont les partis politiques qui gouverneront".
 
Qu'ils fassent désormais partie du système ou qu'ils soient contre le régime, les anciens révolutionnaires Shihab, Wael et Youssof partagent finalement le même objectif : mener l'Égypte sur la route de la démocratie.

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

06/12/2016 Asie - pacifique

Corée du Sud : la rue en passe de faire chuter la présidente Park Geung-Hye

Depuis plus d'un mois, des centaines de milliers de Coréens manifestent pour réclamer la démission de la présidente Park Geung-Hye. Cette dernière est soupçonnée d'avoir aidé son...

En savoir plus

05/12/2016 Italie

Italie : la région désertée de Basilicate reprend vie grâce aux migrants

Depuis janvier 2016, près de 170 000 migrants ont débarqué sur les côtes de la péninsule italienne. Contrairement à d'autres, la région de Basilicate, dans le sud de l’Italie,...

En savoir plus

02/12/2016 EUROPE

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

Dimanche, les électeurs autrichiens sont de nouveau appelés aux urnes pour élire leur président. Deux candidats sont en lice : Norbert Hofer affilié au FPÖ, le parti d’extrême...

En savoir plus

01/12/2016 Irak

Vidéo : en Irak, avec les milices chiites à l’assaut de Tal Afar

Nos reporters en Irak ont suivi des milices chiites qui combattent aux côtés de l’armée irakienne pour reprendre la ville de Tal Afar, à l'ouest de Mossoul, à l’organisation État...

En savoir plus

30/11/2016 État d'urgence

État d’urgence en France : des assignés à résidence clament leur innocence

En France, depuis l'entrée en vigueur de l'état d'urgence il y a un peu plus d'un an suite aux attentats du 13 novembre, plus de 400 personnes ont été assignées à résidence....

En savoir plus