Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 29/01/2014

Trois ans après la chute de Moubarak, que reste-t-il de la révolution ?

© Marc DAOU

Qu'en est-il de la révolution du Nil trois ans après la chute de Moubarak ? Les correspondants de FRANCE 24 en Égypte ont rencontré certains révolutionnaires, dont les trajectoires ont été très différentes depuis 2011. Reportage.

Un peu moins de trois ans après la chute d'Hosni Moubarak, que reste-t-il de la révolution égyptienne ? Depuis la destitution du président islamiste Mohamed Morsi par les militaires en juillet dernier, l'Égypte semble revenir en arrière. La nouvelle constitution, tout juste adoptée, donne de grands pouvoirs à l'armée, toute contestation du régime est fermement réprimée et de nombreux opposants sont arrêtés.

Qu'en pensent ceux qui ont fait tomber l'an "raïs", en 2011 ? Les correspondants de FRANCE 24 en Égypte, Kathryn Stapley et Pierrick Leurent, ont rencontré certains d'entre eux. Précisément trois hommes unis dans leurs idéaux de liberté, mais dont les trajectoires ont été très différentes depuis 2011.

L’activiste Wael Abbas, un bloggeur influent et un infatigable militant pour la démocratie, reste une épine dans le pied des autorités actuelles. "Ce qu'il s'est passé récemment [la destitution de Morsi, NDLR], c'est un coup militaire, c'est clair, tonne-t-il. L'armée a des intérêts économiques, politiques, même au niveau international et des intérêts qu'ils veulent préserver et maintenir en place"

Wael Abbas dénonce "un coup d'arrêt" aux libertés de la presse et d'expression. "On n'a rien vu de tel depuis les années 1960", regrette-t-il. "J'espérais que nous pourrions faire tomber Moubarak et son régime tout entier, et que la révolution gouvernerait le pays, pas un conseil militaire, pas les islamistes ou l'une des alternatives affreuses, arrivées durant les années qui ont suivi la révolution", poursuit-il.

Youssof Salhen, aujourd’hui porte-parole des "Étudiants contre le Coup" n'avait que 18 ans en 2011. "Je ne pourrai jamais oublier ces jours-là, en particulier quand Hosni Moubarak a renoncé au pouvoir. C'était une fête incroyable place Tahrir", confie-t-il, nostalgique. Désormais, il se bat pour le retour au pouvoir du seul président civil jamais élu démocratiquement, Mohamed Morsi. "L'Égypte est sous l'occupation de sa propre armée maintenant. Son boulot, c'est de protéger et de servir le pays, pas de le diriger, le contrôler ou même le posséder !", affirme-t-il à FRANCE 24.

"Ce sont les partis politiques qui gouverneront"
 
Enfin, Shihab Wagih est devenu un homme politique au sein du parti libéral "Free Egyptians", fondé après la révolution. "Ce que nous voulions tous, c'était construire une nouvelle Égypte. Une Égypte fondée sur la démocratie et la liberté", souligne-t-il. 
 
Il se montre toutefois moins sévère à l'égard de l’armée égyptienne, qui a repris le pays en main. "C'est un malentendu de dire que si le Général Sissi [qui a depuis le tournage du reportage été élevé au grade de maréchal et obtenu le feu vert de ses pairs pour se présenter à l'élection présidentielle, NDLR] accède au pouvoir, le pays sera entre les mains des militaires, justifie-t-il. L'armée a-t-elle beaucoup de pouvoirs aujourd'hui ? Oui, mais au bout du compte, l'armée ne dirigera pas le pays, ce sont les partis politiques qui gouverneront".
 
Qu'ils fassent désormais partie du système ou qu'ils soient contre le régime, les anciens révolutionnaires Shihab, Wael et Youssof partagent finalement le même objectif : mener l'Égypte sur la route de la démocratie.

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

23/09/2016 Royaume-Uni

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

Qui, de Jeremy Corbin ou d’Owen Smith, sera le prochain leader du parti travailliste britannique ? Réponse le 24 septembre. Ce jour-là, le Labour, réuni en congrès annuel à...

En savoir plus

22/09/2016 Vietnam

Le Vietnam en pleine mutation

Au Vietnam, si l'opposition politique reste muselée, l'économie décolle. Ces dernières années, le régime communiste s’est ouvert au capitalisme et aux investisseurs étrangers. Le...

En savoir plus

21/09/2016 Espagne

Pacte anti-corruption en Espagne : un grand ménage dans la classe politique?

La corruption des élus espagnols divise les partis politiques. Elle est l’une des principales causes du blocage institutionnel que connait l’Espagne. Personne ne veut s’associer...

En savoir plus

20/09/2016 Réfugiés

Vidéo : à Grande-Synthe, des ateliers de cuisine pour les migrants

À Grande-Synthe, dans le nord de la France, se trouve le premier camp humanitaire aux normes internationales sur le territoire français. Dans ce camp, près de 1 500 personnes,...

En savoir plus

19/09/2016 Attentat de Nice

Vidéo : deux mois après l’attentat du 14 juillet, les Niçois encore sous le choc

À l'occasion de l'hommage national aux victimes du terrorisme rendu lundi aux Invalides à Paris, nos reporters se sont rendus à Nice, endeuillée par l’attentat du 14 juillet....

En savoir plus