Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le bras de fer entre Madrid et la Catalogne fait réagir la toile

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : le risque de la radicalisation

En savoir plus

POLITIQUE

Florian Philippot quitte le Front National: Marine Le pen fragilisée ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Malala : "J’ai demandé à Macron d’investir 300 millions $ dans l’éducation des filles"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Maria Callas par Maria Callas

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : la haine des extrémistes bouddhistes envers les Rohingyas

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Vertige catalan"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Malgré les protestations, le Ceta entre en vigueur

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Emmanuel Macron face à la rue, acte 2"

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 31/01/2014

L'appel au secours des familles de djihadistes belges partis en Syrie

© FRANCE 24

De plus en plus de jeunes Européens se rendent en Syrie pour faire le djihad. En Belgique, ils seraient 200 à 300 à combattre les forces de Bachar al-Assad. Souvent mineurs, ils partent à l’insu de leurs parents.

À l’instar de nombreux Européens, les djihadistes belges sont de plus en plus nombreux à tenter de rejoindre la Syrie, afin de faire la "guerre sainte" contre le régime de Bachar al-Assad. De l’aveu même du ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, quelque 200 ressortissants du royaume sont actuellement présents sur le sol syrien, tandis qu'une vingtaine d’entre eux ont été tués dans les combats.

Souvent mineurs et inexpérimentés, ces djihadistes partent à l’insu de leurs parents en laissant tout derrière eux. Aujourd'hui certaines familles à bout de force osent occuper le terrain médiatique et demander au gouvernement belge de les aider.
 
"Nos enfants ont été manipulés ils n’ont pas été de leur propre volonté […], ce sont des enfants belges. Ce sont des Belges, pas des terroristes", expliquait récemment à FRANCE 24 une mère de famille, qui manifestait aux côtés d’autres parents devant le Parlement européen de Bruxelles.
 
"On s'est réveillé un matin et son lit était vide"
 
FRANCE 24 a recueilli le témoignage de plusieurs parents, soutenus moralement par le collectif des parents concernés, et qui ont accepté de se confier. Parmi eux, Samira raconte l’histoire de sa fille Nora. Âgée de 19 ans, elle est partie combattre en Syrie il y a huit mois. "On s'est réveillé un matin et son lit était vide. C'était un dimanche, explique Samira. Elle me disait toujours 'je ne sers à rien ici, j'ai envie d'aider, j'ai envie d'aider'".
 
Nora s’est rendue en Syrie pour y rejoindre son mari, tué quinze jours après leurs retrouvailles. Malgré cet évènement, elle est restée au front. Comme au jour du départ de sa fille, qu’elle décrit sérieuse, gaie, et surtout très croyante, Samira reste impuissante face à un tel choix.
 
"Même si je pars dans un pays en guerre, je ferais en sorte d'être bien. Maman, tu voulais mon bonheur, j'ai trouvé le bonheur, et quand je ne serais plus là, j'espère que tu diras 'je suis fière de ma fille'. Je t'aime, j'aime Allah. Je t'aime, j'aime Allah avant tout", est-il écrit dans une lettre envoyée par la jeune femme et restituée à la mère par la police. Samira n’espère qu’une chose : que sa fille revienne saine et sauve.
 
Dimitri, un ancien militaire, a connu cette joie. Son fils Yayoun, âgé de 18 ans, est récemment rentré après huit mois de djihad en Syrie. Il a pris conscience que ce n'était pas sa guerre. Rapatrié par une ONG française, il ne constitue pas un danger pour la société, selon son père.  "Il n'est pas traumatisé, pas plus qu’il ne s'est radicalisé", assure Dimitri, qui s’est rendu par trois fois en Syrie, seul, pour tenter de ramener son fils en Belgique.
 
Un retour impossible?
 
Toutefois, Yayoun a fait 37 jours de prison à son retour en Belgique. Il vit aujourd’hui dans l’attente de son procès pour participation à des activités d'un groupe terroriste. Il lui est interdit de sortir après 19 heures, de retourner à la mosquée et de parler aux médias. Son père estime que les autorités belges ont tort de stigmatiser ainsi les candidats au retour de leur djihad, car une telle politique est susceptible de les encourager à rester sur place, plutôt que de rentrer pour se faire interpeller.
 
Un avis que partagent d’autres parents, qui veulent favoriser le retour de leurs enfants. "Il vaut mieux prévoir un encadrement très strict et serré, un processus de déradicalisation, et un suivi de ces personnes pour éviter qu’éventuellement des activités menées en Syrie soient importées en Europe. Et il y a un réel enjeu dans son ensemble" argue, de son côté, Alexis Deswaef, avocat des familles et du collectif des parents concernés.
 
De son côté, le ministère de l'Intérieur indique que les ressortissants n'ayant pas commis de faits répréhensibles peuvent revenir en Belgique.
 
Malgré les mesures de démantèlement en cours des multiples filières de recrutement en Europe, le nombre de djihadistes européens ne cesse d'augmenter. La Belgique n’est pas le seul pays concerné. Ils seraient 250 Français à combattre le régime de Bachar al-Assad, et 270 Allemands. Un phénomène qui inquiète les gouvernements de ces pays qui craignent qu’à leur retour, une fois aguerris, ils ne passent à l’action.

 

COMMENTAIRE(S)

Les archives

21/09/2017 Birmanie

Vidéo : la haine des extrémistes bouddhistes envers les Rohingyas

Nos correspondants en Asie du Sud-Est ont enquêté en Birmanie au cœur des factions bouddhistes ultranationalistes, à l’origine des persécutions que subissent les Rohingyas depuis...

En savoir plus

20/09/2017 Asie - pacifique

Pakistan : les universités, nouveaux viviers du terrorisme ?

Au Pakistan, ces dernières années, un nombre croissant d'étudiants d'institutions prestigieuses ont participé à des attentats terroristes. Ils représentent des recrues de choix...

En savoir plus

19/09/2017 Amériques

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

Il y a un peu plus d'un an, en août 2016, les yeux du monde entier étaient tournés vers Rio de Janeiro, première ville d'Amérique latine à accueillir des Jeux olympiques. Une...

En savoir plus

18/09/2017 Asie - pacifique

Violences contre les Rohingyas : les camps du Bangladesh dépassés par l'afflux de réfugiés

À la frontière entre la Birmanie et le Bangladesh, l'exode des Rohingyas se poursuit. En moins d'un mois, ils sont plus de 400 000 à avoir franchi cette frontière pour fuir les...

En savoir plus

15/09/2017 Côte d'Ivoire

Côté d'Ivoire : des milices pour contrer la violence des "microbes"

En Côte d’Ivoire, on les appelle les "microbes". Tiré d'un film sur les favelas de Rio, ce nom désigne des jeunes de 10 à 25 ans organisés en gangs ultra-violents. Armés de...

En savoir plus