Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Doutes sur l'identité du second bourreau de Daesh

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Franck Baudino, médecin et PDG de Health 4 Development (H4D)

En savoir plus

POLITIQUE

"L’islam n’est pas organisé en France"

En savoir plus

POLITIQUE

Affaire Fillon - Jouyet : "dommage" que les Français ne puissent pas entendre les enregistrements

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : les revendications des militaires entendues par le pouvoir

En savoir plus

FOCUS

En Iran, un éventuel accord sur le nucléaire divise la population

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Pierre Cardin, 92 ans, éternel créateur du futur

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : l'offensive d'Obama face à l'immigration

En savoir plus

EUROPE

Sous pression de l’UE, Malte amende son projet de "vente" de la citoyenneté

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/01/2014

La Valette a finalement décidé d’amender son projet de loi controversé de "vente" de sa citoyenneté, comme le souhaitait Bruxelles. Ce projet, qui visait à favoriser les investissements à Malte, est désormais assorti d’une obligation de résidence.

Confrontées à la grogne du Parlement et de la Commission européens, les autorités maltaises ont décidé de modifier un projet de loi, qui visait à "vendre" la citoyenneté aux non-Européens. Ce projet est désormais assorti d'une clause de résidence d’au minimum 12 mois dans le pays, ont annoncé, mercredi 29 janvier, La Valette et Bruxelles.

Suite à la polémique, des membres du gouvernement maltais ont présenté à des responsables de la Commission européenne de "nouveaux amendements" aux articles prévus dans ce projet de loi. Le texte comprend toujours l’octroi de la nationalité maltaise à toute personne prête à verser 1,15 million d'euros, dont une partie à investir dans l'immobilier, précise un communiqué publié à Bruxelles.

"Les amendements prévoient notamment [la nécessité de démontrer, NDLR] un lien réel avec Malte à travers l'introduction d'un statut de résident, comme préalable à la possibilité d'acquérir la naturalisation maltaise", explique le document.

"La citoyenneté n’est pas à vendre"

"Nul certificat de naturalisation ne sera délivré à moins que le demandeur n'apporte la preuve qu'il ou elle a résidé à Malte pendant une période d'au moins 12 mois précédant immédiatement la délivrance du certificat de naturalisation", poursuit le texte.

La Commission européenne a, pour sa part, "salué l'annonce des amendements concernant la condition de résidence faite de bonne foi et dans un esprit de coopération sincère. Les deux parties ont exprimé leur satisfaction d'être arrivées à s'entendre sur ce sujet."

La polémique autour de ce projet de loi était née mi-janvier. À l’époque, la commissaire européenne chargée de la Justice, Viviane Reding, avait déclaré : "La citoyenneté n’est pas à vendre."

Avec AFP

Première publication : 30/01/2014

  • MALTE

    Victoire historique du Parti travailliste maltais aux législatives

    En savoir plus

  • MALTE

    Malte, dernier pays d'Europe à autoriser le divorce

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)