Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

EUROPE

Kiev annonce une amnistie, l'opposition dénonce un chantage

© Mehdi Chebil / FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/01/2014

La loi d’amnistie votée mercredi par les députés ukrainiens n’obtiendra pas le soutien de l’opposition, ont annoncé ses dirigeants. Ils dénoncent un chantage et refusent de céder à l'évacuation de plusieurs bâtiments publics.

L’opposition ukrainienne a annoncé, mercredi 29 janvier, son refus de soutenir la loi d’aministie des protestataires, que le Parlement avait adopté plus tôt dans la journée afin de sortir le pays de la grave crise politique qu’il traverse depuis fin novembre.

Ce vote d’amnistie, provoqué notamment par la prise de position russe, a été adopté en dépit de l’abstention de l’opposition, qui s’est insurgée contre certaines conditions imposées par le pouvoir.

Les abstentionnistes ont notamment pointé du doigt la partie du texte portant sur l’évacuation de certains bâtiments publics occupés à Kiev par les protestataires.

La Russie dans l’expectative

Un bras de fer qui embarasse Kiev, alors que la Russie a prévenu qu’elle pourrait revoir son soutien économique au pays en fonction de la tournure des événements.

Le président russe Vladimir Poutine a, en effet, déclaré qu’il allait "attendre la formation du nouveau gouvernement ukrainien", avant toute mise en œuvre des accords conclus en décembre sur le versement d’une aide de 15 milliards de dollars.

Fin décembre, Moscou a déjà versé 3 milliards de dollars à Kiev, en proie à une crise économique importante.

Avec AFP


Première publication : 30/01/2014

  • DIPLOMATIE

    Crispations diplomatiques autour de la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • REPORTAGE EN UKRAINE

    "Personne ne quittera les barricades tant que Ianoukovitch sera au pouvoir"

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Poutine s'élève contre l'ingérence de l'UE en Ukraine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)