Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le succès des meubles en open source

En savoir plus

SUR LE NET

La France tente de contrer la propagande djihadiste

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Grèce, la victoire de Syriza doit-elle inquiéter les Européens ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Union Africaine, est-ce vraiment une union ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande, le "Hitler" d'Al Watan Al An

En savoir plus

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

Tous les jours, le regard des internautes sur l’actualité et un point tout en image sur ce qui fait le buzz sur la toile. Du lundi au vendredi, à 8h20.

SUR LE NET

SUR LE NET

Dernière modification : 30/01/2014

USA : réactions au discours sur l'état de l'Union

Au sommaire de cette édition : la Toile américaine réagit au discours du président Obama sur l’état de l’union ; un site russe dénonce la corruption dans l’organisation des J.O de Sotchi ; et des soldats suédois reprennent une chorégraphie de Grease.

USA : RÉACTIONS AU DISCOURS SUR L’ÉTAT DE L’UNION

Le discours de Barack Obama sur l’état de l’Union a été très suivi par les internautes américains. D’après le service politique de Twitter, cette allocution prononcée devant le Congrès a en effet généré 1 700 000 messages sur le site de microblogging.

Et parmi les passages qui ont provoqué le plus de réactions, c’est la référence du président américain à la série à succès « Mad Men », pour défendre l’égalité salariale entre les hommes et les femmes, qui a suscité le plus de commentaires, avec plus de 33 000 tweets envoyés à la minute à ce moment-là.

Vient ensuite son appel à une hausse du salaire minimum à 10 dollars et 10 centimes de l’heure, malgré la farouche opposition des élus républicains. Une question sur laquelle les démocrates tentent d’obtenir le soutien de l’opinion publique en faisant campagne sur les réseaux sociaux autour des mots-clefs #RaiseTheWage. Une expression reprise par de nombreux Américains, comme ces serveurs de restaurants, pour témoigner de leurs difficultés à joindre les deux bouts.

Pour défendre sa politique, Barack Obama s’est d’ailleurs engagé à répondre aux internautes qui souhaitent l’interroger après son discours. Des questions posées sur les réseaux sociaux avec le hashtag #AskObama2014 et auxquelles le président répondra vendredi prochain lors d’un chat organisé sur le service Google Hangouts avec des citoyens des quatre coins du pays.

 

RUSSIE : UN SITE DÉNONCE LA CORRUPTION À SOTCHI 

À un peu plus d’une semaine de l’inauguration des JO d’hiver, la ville russe de Sotchi est sous le feu des projecteurs. Comme on peut le voir sur ces images récemment mises en ligne par Google et DigitalGlobe, la station balnéaire a subi une profonde métamorphose pour pouvoir accueillir l’événement. Mais derrière ce prestige de façade, l’organisation des Jeux Olympiques est entachée de forts soupçons de corruption.

C’est notamment ce que révèle cette carte interactive de la corruption à Sotchi créée par l’opposant russe Alexeï Navalny. Un outil qui détaille les coûts réels de chaque infrastructure et qui explique que les Jeux 2014 auraient coûté plus de 45 milliards de dollars aux citoyens russes. Un chiffre bien éloigné de celui annoncé par Vladimir Poutine qui estime, lui, les dépenses engendrées par les JO à six milliards et demi de dollars.

Selon le site, une dizaine d'infrastructures auraient ainsi coûté beaucoup plus chers que prévu. Par exemple, le stade olympique Fisht, construit pour plus de 500 millions de dollars, a vu son prix être multiplié par 14 par rapport aux estimations initiales. Une différence que les militants anti-corruption expliquent par les importants pots-de-vin versés aux responsables russes, qui auraient en outre privilégié leurs proches dans l’attribution de nombreux chantiers.

Et ce n’est d’ailleurs pas la première fois que des accusations de corruption planent sur Sotchi. En mai dernier, un rapport rédigé par l’opposant russe Boris Nemtsov présentait l’organisation des Jeux comme « une escroquerie monstrueuse » dans laquelle 25 à 30 milliards de dollars auraient été détournés. Et les constructions seraient en outre loin d’être toutes terminées, comme le montrent ces photos récemment publiées par un internaute, alors que le coup d’envoi des jeux olympiques approche à grands pas.

 

LE FAUX DU JOUR

Cette photo a bouleversé de nombreux internautes depuis son apparition sur la Toile début janvier. Une image largement partagée en ligne sur laquelle on peut voir ce qui semble être un orphelin syrien endormi à proximité des tombes de ses parents. C’est du moins ce qu’affirment des utilisateurs des réseaux sociaux qui voient dans cette scène l’illustration de la folie meurtrière du régime de Bachar al-Assad. Or il s’avère qu’il s’agit d’une mise en scène réalisée avec son neveu par Abdul Aziz al Otaibi, un photographe saoudien, dans le cadre d’une démarche artistique. Un cliché qui a en réalité été pris en Arabie Saoudite et non pas en Syrie.

 

TOUTE LA LITTÉRATURE NORVÉGIENNE ACCESSIBLE EN LIGNE

Accéder gratuitement à la quasi-totalité des livres écrits en Norvège depuis la fin du 17ème siècle, ce sera bientôt possible pour les internautes du pays. La bibliothèque nationale norvégienne a en effet récemment lancé « Bokhylla », une plateforme dont l’objectif est de mettre à disposition des citoyens tous les ouvrages tombés dans le domaine public mais aussi ceux encore protégés par le droit d’auteur. Un service rendu possible grâce à des accords très progressistes passés avec les éditeurs et les auteurs mais qui sera uniquement accessible aux internautes se connectant depuis la Norvège.

 

TENDANCE DU JOUR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

#PharellsHat est le hashtag qu’utilisent de très nombreux internautes depuis dimanche pour se moquer de l’étonnant chapeau que portait le producteur et chanteur américain Pharell Williams lors de la cérémonie des Grammys. Un couvre-chef qui semble avoir stimulé l’imagination des utilisateurs des réseaux sociaux qui multiplient les photomontages décalés mettant en scène Williams. Des créations qui s’amusent, entre autres, de la ressemblance de l’artiste avec des personnages de dessins animés ou encore avec des membres de la police montée canadienne.

 

VIDÉO DU JOUR

Déployée en Afghanistan, une unité de soldats suédois a malgré tout trouvé le temps de réaliser une chorégraphie endiablée reproduisant une scène de la comédie musicale Grease. Un hommage musclé à John Travolta que les internautes pourront admirer dans son intégralité sur YouTube.

Par Electron Libre

COMMENTAIRE(S)

Les archives

31/01/2015 Réseaux sociaux

Le succès des meubles en open source

L'actualité internationale du web et vue par le web : les derniers buzz et un tour d'horizon complet des tendances sur les réseaux sociaux.

En savoir plus

30/01/2015 Réseaux sociaux

La France tente de contrer la propagande djihadiste

Au sommaire de cette édition : la France lance un site pour contrer la propagande djihadiste sur Internet; un officiel vénézuélien est accusé de narcotrafic par les Etats-Unis;...

En savoir plus

29/01/2015 Réseaux sociaux

Mexique : réactions à l'annonce de la mort de 43 étudiants

Au sommaire de cette édition : les internautes mexicains réagissent à l’annonce de la mort de 43 étudiants; le décès d’une manifestante au Caire indigne la Toile égyptienne; et...

En savoir plus

28/01/2015 Réseaux sociaux

La Toile japonaise réclame la libération de Kenji Goto

Au sommaire de cette édition : la Toile japonaise se mobilise pour la libération d’un otage détenu par Daech; en Australie, la fête nationale est au cœur d’un vif débat en ligne;...

En savoir plus

27/01/2015 Réseaux sociaux

La beauté noire à l'heure du web 2.0

La beauté noire s’affirme sur le net. Les blogs, chaînes YouTube consacrés aux soins du corps et des cheveux afro se multiplient. Une revanche pour une beauté trop souvent...

En savoir plus