Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Nouvelle journée de raids israéliens sur Gaza

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

Economie

Goldman Sachs fait trembler le gouvernement danois

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 31/01/2014

Six ministres ont démissionné du gouvernement danois, jeudi, à la suite de la finalisation d’un accord qui prévoit de céder à Goldman Sachs 19 % des parts de Dong, une entreprise nationale au rôle stratégique dans ce pays scandinave.

Le gouvernement danois vacille et une partie de la population en rend la banque d’investissement américaine Goldman Sachs responsable. Six ministres du Parti populaire socialiste ont démissionné jeudi 30 janvier du gouvernement de coalition de Helle Thorning-Schmidt. L’exécutif ne vole pas encore en éclat pour autant car le Parti populaire socialiste a précisé que malgré ces démissions son groupe parlementaire continuerait à soutenir le gouvernement.

La cause de cette hécatombe politique : les ministres démissionnaires voulaient protester contre la vente à Goldman Sachs d’une partie de la société publique Dong pour huit milliards de couronnes danoises (un milliard d’euros). Cette entreprise, détenue jusqu’à présent à 80% par l’État, est considérée comme le fleuron national de l’économie verte. Elle gère depuis 1972 l’intégralité des ressources gazières de la partie danoise de la mer du Nord.

Cette entreprise, dont Goldman Sachs a acquis 19 %, est donc stratégique pour ce petit pays scandinave. Pour Poul Nyrup Rasmussen, l’ancien Premier ministre danois, cette arrivée du géant américain de la finance dans le capital de Dong est tout simplement une “catastrophe” qui “[le] blesse presque physiquement”. Il a qualifié la banque américaine de “partenaire louche” qui risquait de faire “perdre au Danemark sa position de leader mondial dans le green business”.

Luxembourg et Îles Caïmans

La population aussi a essayé de se mobiliser contre ce partenariat avec Goldman Sachs. Une pétition en ligne a ainsi recueilli plus de 200 000 signatures, ce qui représente près de 5% de la population danoise. “Tout le monde a été surpris par l’ampleur prise par cette affaire. Nous comprenons que pratiquement tout le monde déteste Goldman Sachs, mais on peut difficilement faire des affaires en disant : ‘Vous avez fait la meilleure offre, mais vous ne pouvez pas gagner’”, a expliqué un officiel danois sous couvert d’anonymat au quotidien britannique “Financial Times”.

Il faut dire que le montage mis en place par Goldman Sachs pour racheter les parts de Dong n’a pas calmé les esprits. La banque a, en effet, acquis 19 % de l’entreprise danoise grâce à un fonds créé à cet effet au Luxembourg et détenu par des actionnaires domiciliés aux Îles Caïmans et dans le Delaware (États-Unis). Cette multiplication des paradis fiscaux a provoqué l’ire des Danois qui se demandent quelles sont les réelles intentions de Goldman Sachs dans cette affaire. La banque a eu beau affirmer qu’elle considérait son investissement comme un engagement à long terme, l’argument n’a pas rassuré les Danois hostiles à cette transaction.

D’autant plus que l’accord trouvé avec le gouvernement danois procure à Goldman Sachs un droit de veto. Dong devra donc obtenir l’aval de son nouveau partenaire américain pour changer de PDG, faire des acquisitions importantes ou vendre des actions. Là encore, les opposants à cette transaction craignent que les intérêts du Danemark seront, du coup, moins bien défendus.

Première publication : 31/01/2014

  • INDE

    New Delhi accuse Goldman Sachs d'ingérence politique

    En savoir plus

  • MATIÈRES PREMIÈRES

    Comment la banque Goldman Sachs transforme l'aluminium en or

    En savoir plus

  • FINANCE

    Goldman Sachs : une culture d'entreprise "toxique", accuse un ex-dirigeant

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)