Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

EUROPE

Hollande à Cameron : "La révision des traités européens n'est pas la priorité"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/01/2014

Lors de leur premier sommet bilatéral, le Premier ministre britannique et le président français ont annoncé des projets de coopérations militaires mais ont affiché leurs divergences à propos de la révision des traités européens voulue par Londres.

Lors du sommet franco-britannique organisé vendredi 31 janvier sur la base militaire de Brize Norton, près d'Oxford, le président français et le Premier ministre britannique ont affiché leurs divergences sur l’Europe. David Cameron a maintenu sa position, appelant à une révision des traités de l’Union européenne d’ici 2017. "Nous voulons ces changements, nous voulons cette renégociation, cette renégociation impliquera des changements dans le traité", a-t-il martelé. Une volonté que François Hollande ne partage pas : "Ce n’est pas la priorité", a-t-il sèchement rétorqué.

La France "souhaite que la zone euro puisse être davantage coordonnée, intégrée et s'il y a des modifications de textes, elles ne nous paraissent pas aujourd'hui de l'ordre de l'urgence", a déclaré François Hollande. Il a par ailleurs déclaré "respecter parfaitement" le choix de David Cameron d’organiser un référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l’UE d’ici la fin 2017, en cas de réélection en 2015, ajoutant tout de même qu’on ne pouvait pas "faire peser sur l'Europe le choix britannique".

Renforcement de l’aide britannique en Afrique

Par ailleurs, le chef du gouvernement conservateur britannique a annoncé que la Grande-Bretagne allait renforcer son aide apportée à la France au Mali et en Centrafrique sous la forme d'un soutien logistique aérien. "Nous avons discuté du soutien vital que les Français apportent aux pays de l'Union africaine au Mali et en Centrafrique […] Je veux rendre hommage au leadership courageux et déterminé de François sur ces questions", a-t-il dit, ajoutant "soutenir totalement ces efforts".

"Nous avons été l'un des premiers pays à proposer notre aide et aujourd'hui j'offre de nouveaux vols logistiques et un soutien en matière de réapprovisionnement en carburant des avions dans les airs", a-t-il annoncé. "Nous pensons tous les deux que la communauté internationale devrait faire plus pour soutenir les pays africains afin d'éviter des conflits incontrôlables", a-t-il fait valoir.

Drone de combat et missiles franco-britanniques

Enfin, les deux chefs d’État se sont entendus pour poursuivre et renforcer des projets militaires conjoints. Parmi ces deniers, la commande commune, pour près de 500 millions de livres (un peu plus de 600 millions d'euros), de missiles anti-navire léger (ANL) destinés à équiper les hélicoptères des marines des deux pays. D’autre part, un accord a été conclu sur un futur drone de combat (FCAS) franco-britannique, pour lequel les deux pays se sont engagés à cofinancer une étude de faisabilité sur deux ans d'un coût total de 120 millions de livres (145 millions d'euros). L'étude est confiée au groupe français Dassault Aviation et au britannique BAE Systems. Un contrat de 10 millions de livres (12 millions d'euros) a également été conclu pour développer en commun des véhicules sous-marins détecteurs de mines.

"Nous allons rester à la pointe des technologies de défense", a ainsi déclaré David Cameron. Le groupe Dassault a pour sa part salué "une avancée majeure en matière de coopération aéronautique militaire franco-britannique". Ces accords sont destinés à effectuer des économies dans les dépenses de défense en développant une mutualisation de moyens militaires.

Avec AFP

Première publication : 31/01/2014

  • SOMMET FRANCE - ROYAUME-UNI

    Hollande et Cameron discutent du futur drone franco-britannique

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Les députés britanniques se prononcent pour la tenue d'un référendum sur l'UE

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Royaume-Uni : Cameron resserre l'étau autour des migrants des pays de l’Est

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)