Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

EUROPE

L’Espagne et l’Europe se mobilisent pour soutenir le droit à l’IVG

© AFP

Vidéo par Julien SAUVAGET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/02/2014

Les défenseurs du droit à l’IVG ont manifesté, samedi, à Madrid mais aussi en France et au Royaume-Uni pour dénoncer un projet de loi, approuvé par le gouvernement de Mariano Rajoy, réduisant à néant le droit à avorter en Espagne.

Ils sont venus de toute l’Espagne mais aussi de France ou encore du Royaume-Uni. Les défenseurs de l’IVG ont manifesté, samedi 1er février à Madrid, par milliers contre le projet de loi espagnol supprimant quasiment le droit à avorter.

"C'est une énorme mobilisation. Nous sommes venus dire au gouvernement que nous sommes nombreux à refuser que nous retournions 40 ans en arrière", a affirmé Begona Piñero de l'association Las Comadres des Asturies (nord de l'Espagne), à l'origine de la manifestation et d'un "train pour la liberté" parti de Gijon (nord).

Une délégation s’est rendue au Congrès des députés pour remettre un manifeste intitulé "Droit à décider : je décide", a expliqué Puy Zaton, du collectif "Décider nous rend libres", qui regroupe plus de 300 associations. "La maternité se protège par l'information, l'éducation, la santé pour tous, l'accès à des salaires justes et des emplois dignes et à des postes de responsabilité", écrit le collectif dans ce manifeste.

"Avortement libre" criaient les manifestants dont certains portaient un gilet violet, la couleur symbole des manifestations féministes, et qui étaient aux abords du Congrès.

"Gallardon, démission", a alors crié la foule, visant le ministre de la Justice, Alberto Ruiz Gallardon, qui a porté le projet.

Le texte actuel, voté sous l'ancien gouvernement socialiste, autorise l'avortement jusqu'à 14 semaines de grossesse pour toutes les femmes sans justification et jusqu'à 22 semaines en cas de malformation du fœtus ou de grave danger physique ou psychique pour la mère. Mais le gouvernement de Mariano Rajoy a approuvé un projet de loi qui supprime l'avortement en Espagne sauf en cas de danger prouvé pour la vie ou la santé physique ou psychologique de la femme, ou après un viol ayant fait l'objet d'une plainte préalable.

Mobilisation à Paris et à Londres

Ailleurs en Europe, des manifestations ont également été organisées, notamment en France et au Royaume-Uni. Plusieurs milliers de femmes et d'hommes sont ainsi descendus dans les rues de Paris et de plusieurs villes de France pour défendre le droit "fondamental" à l'avortement en Espagne. Selon le Planning Familial, une des associations organisatrices, les participants étaient 40 000 en France, dont 30 000 à Paris.

Plusieurs femmes portaient des aiguilles à tricoter sur la tête pour rappeler les risques des avortements clandestins. "Plus jamais la mort d'une femme pour un refus d'avortement", scandaient les manifestants.

Des rassemblements ont également eu lieu dans une vingtaine de villes de province, dont Bordeaux, Marseille, Montpellier, Nantes, Strasbourg et Toulouse, selon le Planning familial.

Avec AFP

Première publication : 01/02/2014

  • REPORTAGE

    "Cette loi est faite pour qu’aucune femme ne puisse avorter en Espagne"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Droit à l'avortement : l'Assemblée supprime la notion de "détresse"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Plusieurs milliers de manifestants anti-avortement défilent à Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)