Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

FOCUS

Côte d'Ivoire : plongeon dans le trafic illicite et très lucratif des faux médicaments

En savoir plus

EUROPE

L’opposant ukrainien enlevé va être assigné à résidence

© capture d'écran FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/02/2014

Dmytro Boulatov, un opposant ukrainien enlevé le 22 janvier et relâché jeudi soir, va être assigné à résidence pour organisation présumée de troubles massifs. Selon une ONG, 33 autres manifestants sont portés disparus.

Le cauchemar de Dmytro Boulatov se poursuit. Cet opposant au président ukrainien Viktor Ianoukovitch qui affirme avoir été enlevé, battu et torturé pendant une semaine va être assigné à résidence pour organisation présumée de troubles massifs.

Une accusation qui aurait dû conduire ce père de trois enfants âgé de 35 ans directement en détention provisoire, mais compte tenu de son état de santé, le juge d'instruction a demandé au tribunal de l'assigner à résidence.

"Crucifié et visage tailladé"

Les autorités ont lancé leur avis de recherche le 24 janvier, mais Dmytro Boulatov avait déjà disparu depuis 48 heures. Il a finalement été retrouvé, dans la soirée du 30 janvier, après avoir été abandonné dans une forêt de la banlieue de Kiev par ses ravisseurs inconnus. Le ministère de l'Intérieur, qui a ouvert une enquête contre X pour enlèvement, a affirmé, vendredi, ne pas exclure "la mise en scène de l'enlèvement [...] afin de provoquer une réaction négative dans la société".

"Ils m'ont crucifié, m'ont coupé une oreille et tailladé le visage, ils m'ont roué de coups sur tout le corps. Mais, Dieu merci, je suis vivant", a déclaré, au lendemain de sa libération, Dmytro Boulatov, ayant du sang coagulé sur son visage, des blessures sur ses mains et des vêtements imprégnés de sang.

Cette nouvelle affaire de passage à tabac relance les inquiétudes sur le sort des opposants disparus. À ce jour, 33 personnes ayant pris part aux manifestations contre le pouvoir manquent à l’appel, selon l'ONG SOS Euromaïdan qui répertorie ces cas, sans qu'il soit possible de vérifier ce chiffre.

John Kerry rencontre l'opposition

John Kerry et l'opposition ukrainienne doivent se rencontrer

Sur le front diplomatique, le secrétaire d'État américain, John Kerry, doit rencontrer, dans la journée, les principaux leaders de l'opposition, dont l'ex-champion de boxe Vitali Klitschko. Une manifestation de soutien sans précédent de la part de Washington. La rencontre aura lieu à Munich, en Allemagne.

À Kiev, pouvoir et opposition restent engagés dans un bras de fer à l'issue des plus incertaines, l'armée demandant désormais des "mesures d'urgence" au président Viktor Ianoukovitch pour ramener l'ordre.

Avec AFP

Première publication : 01/02/2014

  • UKRAINE

    Kiev annonce une amnistie, l'opposition dénonce un chantage

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Crispations diplomatiques autour de la crise ukrainienne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)