Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • En direct : en Écosse, le "non" à l'indépendance donné gagnant

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

Asie - pacifique

La campagne présidentielle afghane endeuillée par un double meurtre

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/02/2014

L'ouverture officielle de la campagne présidentielle en Afghanistan, dimanche 2 février, a été marquée la veille par le meurtre de deux membres de l'équipe d'Abdullah Abdullah, considéré comme le favori du scrutin. L'acte n'a pas été revendiqué.

Alors qu’onze candidats afghans se sont officiellement lancés dimanche 2 février dans la course à la présidentielle pour succéder au président Hamid Karzaï, deux membres de l'équipe d'Abdullah Abdullah, ancien ministre et favori du scrutin, ont été abattus à Hérat, dans l’ouest de l’Afghanistan.

"Des hommes armés ont tué le Dr Hamdard, qui était le chef de notre équipe de campagne à Hérat, de même qu'un autre membre de l'équipe", a déclaré à l'AFP le porte-parole de M. Abdullah, Sayed Fazel Sangcharaki. "Des hommes armés ont ouvert le feu sur eux en plein milieu de la rue", avant de prendre la fuite, a-t-il déclaré.

Onze candidats se sont lancés dans la course à la présidentielle

"Menaces" avant les meurtres

"Ce qui vient d'arriver, au début même de la campagne électorale, est un mauvais signe, qui montre que les forces de sécurité sont incapables d'assurer la sécurité de la campagne ou qu'elles ne prennent pas leur travail au sérieux", a estimé le porte-parole de M. Abdullah, accusant les autorités afghanes ne pas avoir suffisamment protégé l'équipe de Hérat, grande ville de l'ouest afghan.

Une source proche de l'ancien ministre Abdullah a par ailleurs indiqué à l'AFP, sous le couvert de l'anonymat, que l'équipe de campagne du candidat avait reçu des "menaces" la semaine dernière.

L'attaque n'avait pas été revendiquée samedi soir et aucun porte-parole des Taliban, qui mènent une insurrection sanglante dans le pays depuis leur éviction du pouvoir en 2001, n'était joignable.

Ces meurtres font resurgir le spectre de la précédente élection présidentielle, en 2009, un scrutin chaotique marqué par des fraudes et des violences.

Une élection test

La course à la présidentielle, dont le premier tour aura lieu le 5 avril prochain, avait déjà été endeuillée par l'assassinat, à la mi-septembre, du chef de la Commission électorale indépendante pour la province de Kunduz (nord) par les rebelles talibans.

Cette élection fait figure de test pour la stabilité et l'avenir du pays, après notamment 12 ans d'intervention occidentale marquée par des dizaines de milliards de dollars d'aide.

Elle survient alors que l'Afghanistan, en proie à des violences persistantes, aborde une période d'incertitude à l'approche du retrait, à la fin de l'année, des 58 000 soldats de la force internationale l'Otan.

Considéré comme un des favoris du scrutin, M. Abdullah était arrivé en deuxième position au premier tour en 2009, avec plus de 30 % des voix. Il s'était retiré du second tour après avoir dénoncé, comme nombre d'observateurs, des fraudes massives, entraînant de facto la réélection de M. Karzaï.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 02/02/2014

  • AFGHANISTAN

    Kaboul : un restaurant fréquenté par des étrangers cible d'un attentat meurtrier

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    L'Afghanistan lance son premier recensement depuis 1979

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Le président Karzaï reporte la signature de l'accord de sécurité avec Washington

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)