Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

FRANCE

La "théorie du genre" fait mouche à la Manif pour tous

© AFP

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 03/02/2014

La Manif pour tous a rassemblé, dimanche 2 février, des dizaines de milliers de personnes. Parmi les revendications classiques, les manifestants ont notamment dénoncé l’enseignement supposé de la "théorie du genre" dans les écoles.

Les rues de Paris ont (re)pris les couleurs de la Manif pour tous, dimanche 2 février, devant l’École militaire, à deux pas du Champ-de-Mars. Une vague rose et bleu ciel, désormais classique de la mobilisation initiée il y a un an contre le mariage gay, s’est formée à la mi-journée en un cortège qui a relié le 6e arrondissement de Paris à la place Denfert Rochereau, dans le 14e.

Les discours sont rodés, la présidente de la Manif pour tous, Ludivine de la Rochère, les ressasse depuis des mois : opposition ferme à la gestation pour autrui, à la procréation médicalement assistée pour les couples de femmes – ces dispositions ne sont pas prévues dans la loi Taubira autorisant le mariage entre personnes du même sexe, mais les manifestants redoutent de les voir légalisées. Également dans la ligne de mire de la très chic leader de l’association : le "lobby LGBT (Lesbiennes, gays, bi et trans)", et la fameuse "théorie du genre", dont l’objectif serait de prôner dans les écoles une "indifférenciation sexuelle".

© FRANCE 24 / Tony todd



Et c’est bien ce dernier point qui chagrine particulièrement les manifestants en ce dimanche ensoleillé. "Cette question n’a rien à faire à l’école", s’insurge Ludivine de la Rochère, fustigeant l’ "ABCD de l’égalité", un outil proposé à l’essai par le ministère de l’Éducation nationale dans quelques centaines d’établissements scolaires pour lutter contre les stéréotypes filles-garçons. "Un manuel pour apprendre à ne pas parler de la différence des sexes, à nier des réalités biologiques", estime la présidente de la Manif pour tous.

La rumeur a la peau dure

Ce sujet provoque des remous depuis quelques jours. Lundi 27 janvier, des dizaines de parents d’élèves ont retiré leurs enfants de l’école pour protester contre "l’enseignement obligatoire de la théorie des genres dès la primaire", suivant les conseils de Farida Belghoul, figure de proue des anti-racistes dans les années 80, et désormais proche de l’association d’extrême droite Égalité et réconciliation. Selon elle, l’école serait en passe d’imposer une éducation sexuelle – avec exercices pratiques – dès la maternelle et d’enseigner aux enfants qu’ils "ne naissent pas fille ou garçon mais décideraient de le devenir". La rumeur a notamment fait mouche auprès des familles de confession musulmane.

Le ministre de l’Éducation, Vincent Peillon, a fermement démenti ces informations dès le lendemain. Mais le doute s’est insinué dans les esprits. Dimanche 2 février, la "théorie du genre" était sur toutes les lèvres, notamment sur celles de membres d’associations musulmanes venues également battre le pavé. "L’État se charge d’instruire les enfants, pas de les éduquer, l’éducation relève de la famille", explique Camel Bechikh, membre du collectif de "musulmans patriotes" et président de Fils de France, avant de poursuivre : "La manière qu’a l’État de prendre possession des futurs citoyens me semble très autoritaire et très totalisante. Quand j’emmène mes enfants à l’école, j’attends qu’on leur apprenne l’histoire et la géographie, pas qu’on leur inculque la notion du bien et du mal, ça ça relève de moi en tant que père".

Une prise de position à laquelle adhère également Driss Samir, du collectif Les musulmans pour l’enfance : "L’État n’a pas à s’immiscer dans l’éducation sexuelle des enfants. L’Éducation nationale est là pour l’instruction, pour qu’ils puissent avoir un métier. L’éducation sexuelle ne les aidera pas à avoir un métier. La sexualité, c’est à moi de leur inculquer, si j’en ai envie. Je ne veux pas qu’ils apprennent à se toucher." L’homme a retiré ses enfants de l’école, le 27 janvier, est s’est dit prêt à "recommencer si besoin". Peu importe que Farida Belghoul fricote avec l’extrême droite, "c’est son problème" et d’ailleurs, "personne ne sait vraiment si c’est le cas".

"Mais où va-t-on ?"

La mention de l’extrême droite provoque des soupirs exaspérés chez les manifestants. "Vous n’avez que ce mot là à la bouche, vous, les journalistes. Vous êtes bien à la solde du gouvernement", siffle un homme grisonnant agitant frénétiquement un drapeau rose. À ses côtés, Najib Guarraz, qui se qualifie de "citoyen musulman", tient une bannière "Les Français musulmans disent non au mariage homosexuel". "Farida Belghoul est une femme formidable, elle ne fait que défendre sa famille", martèle-t-il. L’homme, 54 ans, est remonté comme un coucou : "Je suis ici pour montrer à tout le monde que je ne suis pas d’accord avec 'la théorie du genre', que je ne suis pas d’accord avec le mariage homosexuel, on est en train de tout détruire. La famille, les enfants, l’école, la société… Ils [le gouvernement, NDLR] sont en train de tout faire partir en fumée. Je n’accepterai jamais qu’on enseigne à mes fils qu’ils ne sont peut-être pas vraiment des garçons. Mais où va-t-on ? Si ça passe, je plie bagage et je retourne au Maroc".

Derrière lui, un homme aux yeux bleu d’acier l’écoute attentivement. "Moi, je suis parti en Suisse il y a 18 ans, et je ne regrette absolument pas, hurle-t-il pour se faire entendre parmi les sifflets stridents des manifestants. Je ne remets les pieds que pour venir lutter contre la décadence". Selon la préfecture de police, quelque 80 000 personnes luttaient à ses côtés à Paris. Les organisateurs affirment quant à eux qu’ils étaient 500 000.

Première publication : 02/02/2014

  • FRANCE

    "Théorie du genre" : Farida Belghoul, de l'anti-racisme au conspirationnisme

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Théorie du genre" : les parents des élèves absents seront convoqués

    En savoir plus

  • FRANCE

    Collectif Racine : des frontistes "à la conquête" du monde enseignant

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)