Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Valls à la chasse aux milliards

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le retour de Wade à Dakar : La polémique enfle

En savoir plus

DÉBAT

Plan d'économies de Valls : la France sur la voie de la stabilité ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Plan d'économies de Valls : la France sur la voie de la stabilité ? (Partie 1)

En savoir plus

SUR LE NET

Ukraine : une carte de visite détournée sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes : toujours les mêmes ?

En savoir plus

FOCUS

Copenhague veut gérer la distribution de cannabis

En savoir plus

DÉBAT

Fatah / Hamas : Peut-on croire à la réconciliation ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Économies : le plan Valls fait débat au sein de la majorité

En savoir plus

  • Les frères ennemis Hamas et Fatah scellent leur réconciliation

    En savoir plus

  • Pour Tony Blair, le véritable ennemi de l’Occident est l’islam radical

    En savoir plus

  • Deux policiers tués à Nairobi dans un attentat à la voiture piégée

    En savoir plus

  • Thomas Piketty, l'économiste français superstar aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue des champions : avantage pour le Real Madrid vainqueur du Bayern Munich

    En savoir plus

  • Djihadistes français en Syrie : le réveil tardif de la France

    En savoir plus

  • RD Congo : plus de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Erdogan présente ses condoléances aux petits-enfants d'Arméniens tués en 1915

    En savoir plus

  • Cinéma : “Noor”, le transsexuel pakistanais qui voulait redevenir un homme

    En savoir plus

  • Un entraîneur de foot français porte plainte contre l’émir du Qatar

    En savoir plus

  • Ces islamistes du Mujao qui considèrent la France comme leur ennemie

    En savoir plus

  • Le mariage pour tous fête son premier anniversaire

    En savoir plus

  • Le patron du Facebook russe s’exile pour échapper à l'œil de Moscou

    En savoir plus

  • Pourquoi Kiev peine à relancer son offensive anti-séparatiste

    En savoir plus

  • La Game Boy, pop star des années 90, fête ses 25 ans

    En savoir plus

  • Le Brésil organise un sommet de l'Internet pour l'ère post-Snowden

    En savoir plus

  • En images : scènes de guerre urbaine à Copacabana

    En savoir plus

  • Paris dévoile sa feuille de route économique jusqu'en 2017

    En savoir plus

"Manif pour tous" à Paris contre un gouvernement "familiphobe"

AFP

Des dizaines de milliers de partisans de la Manif pour tous, remontés contre une supposée

Des dizaines de milliers de partisans de la Manif pour tous, remontés contre une supposée "théorie du genre" et défendant leur vision de la famille traditionnelle contre la "familiphobie" du gouvernement sont attendus dimanche à Paris et à Lyon.Des participants à "La Manif pour tous" défilent le 15 décembre 2013 à Versailles

Des dizaines de milliers de partisans de la Manif pour tous, remontés contre une supposée "théorie du genre" et défendant leur vision de la famille traditionnelle contre la "familiphobie" du gouvernement sont attendus dimanche à Paris et à Lyon.

Après s'être mobilisés en masse depuis novembre 2012 contre le mariage homosexuel, les partisans de la Manif pour tous ont un nouveau combat: l'ouverture redoutée de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et la gestation pour autrui (GPA).

Dans le viseur des manifestants, le futur projet de loi sur la famille qui doit être présenté en avril en Conseil des ministres. Celui-ci ne prévoit pourtant aucun de ces projets.

Mais la mobilisation vise à "avertir le gouvernement le plus tôt possible de notre refus de l'ouverture de la PMA aux couples de femmes et de la GPA car tout enfant a besoin d'un père et d'une mère", a expliqué mercredi Ludovine de la Rochère, présidente de la Manif pour tous.

L'ABCD de l'égalité, visant à lutter contre les stéréotypes entre filles et garçons à l'école, a aussi déclenché les foudres de l'association. "Pas touche à nos stéréotypes de genre!", s'insurge la Manif pour tous dans une affiche représentant un petit garçon épée à la main et une petite fille déguisée en fée.

Elle réclame le retrait "immédiat" de cette expérimentation du ministère de l'Education en oeuvre dans dix académies. Cette semaine, de nombreux parents ont préféré ne pas conduire leurs enfants à l'école pour marquer leur opposition à ce programme.

"Pas étonnée de la légitime inquiétude des parents", la Manif pour tous estime que l'Etat "n?a pas à s?immiscer dans des sujets aussi intimes que celui de l'identité sexuelle et à imposer des préoccupations d?adultes aux enfants".

"Aucun débordement"

Une semaine après la forte mobilisation contre le gouvernement, baptisée "Jour de Colère", et les débordements qui ont suivi - 19 policiers blessés, 226 gardes à vue - , le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a prévenu samedi qu'il ne tolèrerait "aucun débordement" de la part des manifestants.

La Manif pour tous a mobilisé un millier de bénévoles pour assurer l'accueil, un service de sécurité de plusieurs centaines de personnes et plusieurs dizaines d'agents privés.

Saisie par la préfecture de police (PP) de Paris, la juge des référés a annulé samedi la présence d'huissiers dans le cortège, auparavant obtenue par la Manif pour Tous qui craignait "des interpellations en nombre (...) à l'aveugle contre d'honnêtes citoyens".

La PP s'est félicitée de la décision de la juge, soulignant que "les policiers étaient furieux d'être mis en cause".

"Il y a une incompréhension totale entre le travail de préparation réalisé cette semaine avec eux pour définir le parcours et la défiance exprimée vis-à-vis des policiers par cette requête", a expliqué à l'AFP la PP, dénonçant "un double langage".

La Manif pour tous, par la voix de son secrétaire général, Cédric du Rieu, a pour sa part "pris acte que la préfecture de police ne veut pas jouer la carte de la transparence" et prévu de mandater "par elle même des huissiers".

Frigide Barjot, exclue du mouvement après des tensions internes et qui a depuis créé L'Avenir pour Tous, ne participera pas à la manifestation dimanche. Dans un manifeste, elle a déploré samedi une "radicalisation idéologique" constatée lors de manifestations récentes.

Première publication : 02/02/2014