Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Economie

Satya Nadella, le très discret nouveau patron de Microsoft

© Microsoft

Vidéo par Anna MOREAU

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 04/02/2014

Microsoft a nommé, mardi, Satya Nadella au poste de directeur général du groupe à la place de Steve Ballmer. Autre changement majeur : Bill Gates quitte la présidence du conseil d'administration pour devenir "conseiller technologique".

Il n'est que le troisième directeur général de Microsoft en 39 ans d'existence du groupe. Satya Nadella a été désigné, mardi 4 février, pour remplacer Steve Ballmer à la tête du géant américain de l'informatique. Ce choix était attendu et met fin à plusieurs mois de tergiversation au sein du conseil d'administration pour trouver un nouveau patron à Microsoft. Steve Ballmer avait, en effet, annoncé en août 2013 qu'il abandonnait les rênes du groupe.

C'est donc finalement le candidat en interne qui a été privilégié. Satya Nadella, un Indien de 46 ans, était jusqu'à présent en charge des activités à destination des entreprises et de l'informatique dématérialisée (cloud). Avant lui, les candidatures d'Alan Mulally, le PDG de Ford, ou encore de Stephen Elop, l'ancien dirigeant de Nokia, avaient été évoquées. Satya Nadella ne jouit certes pas de la même renommée internationale que les deux autres candidats malheureux. Le nouveau patron de Microsoft a même la réputation de quelqu'un de discret et de peu charismatique. Une rupture avec le style flamboyant de Steve Ballmer.

Un énigmatique "conseiller technologique"

La nomination de Satya Nadella s'explique surtout par son expérience en interne. Il travaille, en effet, depuis 20 ans pour Microsoft et en connaît parfaitement les arcanes. Réputé pour être un excellent ingénieur, le premier dirigeant d'origine indienne de Microsoft est aussi le candidat de Bill Gates. Le fondateur et premier PDG de la multinationale américaine est, d'ailleurs, lui aussi concerné par le changement d'organigramme. Bill Gates quitte le poste stratégique de président du conseil d'administration pour occuper celui plus énigmatique de "conseiller technologique".

Ce nouveau rôle pourrait indiquer que l'influence de Bill Gates sur Microsoft devrait dorénavant être moins forte. Mais de l'avis général, il n'en est rien. "C'est Satya Nadella qui lui a demandé de prendre ce poste pour l'épauler pendant la phase de transition", souligne le site technologique américain The Verge. Le poste de "conseiller technologique" devrait pousser le charismatique fondateur de Microsoft à s'impliquer davantage dans la définition des nouveaux produits du groupe. Bill Gates lui-même a reconnu qu'avec le changement de direction il allait "passer plus de temps à Microsoft".

Ce retour en première ligne de l'inventeur de Windows est important pour le groupe. Satya Nadella a l'expérience des activités à destination des professionnels, mais ne s'est pas encore frotté aux produits pour le grand public, comme les smartphones ou la console de jeu Xbox. C'est pourtant là que la concurrence est la plus féroce pour Microsoft et le soutien et les idées de Bill Gates pourraient s'avérer déterminants pour Satya Nadella.

Première publication : 04/02/2014

  • JEU VIDÉO

    La Xbox One, la console à tout faire de Microsoft débarque en France

    En savoir plus

  • TÉLÉPHONIE

    Microsoft fait main basse sur Nokia

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Le DG de Microsoft, Steve Ballmer, prendra sa retraite dans les 12 mois

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)