Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Du neuf dans un nouveau monde"

En savoir plus

Economie

Washington déçu par la visite des patrons français en Iran

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/02/2014

Le secrétaire d'État américain, John Kerry, a qualifié de "malvenu" le déplacement de plus d'une centaine de patrons français en Iran pendant trois jours. Il s'en est plaint directement à son homologue français, Laurent Fabius.

Elle avait beau n'avoir qu'un caractère "exploratoire", la visite des patrons français en Iran n'a pas du tout été du goût des États-Unis. Mercredi 5 février, le chef de la diplomatie américaine a appelé directement le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, pour lui dire tout le mal qu'il pensait de cette initiative du Medef.

Pour John Kerry, ce deplacement de trois jours au pays des Mollah est "malvenu" et pourrait donner l'impression qu'il y a une normalisation de la place de l'Iran dans le concert des nations. Téhéran "ne peut être considéré comme un marché ouvert, parce que l'allégement des sanctions est tout à fait provisoire, tout à fait limité et tout à fait ciblé", a indiqué, mercredi, Wendy Sherman, la sous-secrétaire d'État aux Affaires politiques.

La délégation française était la plus importante depuis "une décennie" à se rendre en Iran, avait souligné le quotidien britannique "Financial Times". Près de 116 patrons ont ainsi pu rencontrer des officiels du régime et des chefs d'entreprises. Et le gratin du CAC 40 était du voyage avec notamment Total, L'Oréal, Orange ou encore Alstom.

Le Medef, grand organisateur de cette mission, avait trouvé le moment judicieux pour mettre un pied économique en Iran. Une partie des sanctions internationales qui pèsent sur le pays a été temporairement levé depuis le 20 janvier. La perspective de l'ouverture d'un marché de plus de 80 millions d'habitants, dans un pays riche en matières premières, a de quoi aiguiser les appétits économiques.

Et les autres pays ?

Conscient du caractère sensible de ce voyage d'affaires, le Quai d'Orsay avait tenté de déminer le terrain. "C'est une initiative du Medef qui se rend à Téhéran à titre exploratoire", avait souligné le ministère des Affaires étrangères lors de son point presse du 31 janvier 2014. En clair, il ne s'agissait que de nouer des contacts en prévision d'un futur économiquement plus radieux pour l'Iran.

Le Medef a également tenté de défendre son initiative. "Nous avons respecté la convention de Genève, signée en novembre dernier. Il y a d'autres délégations de pays européens qui se sont rendus en Iran", a souligné Pierre Gattaz, le président de l'organisation patronale française.

Des contacts ont, en effet, été noué entre, l'Iran et les milieux économiques allemands, autrichiens et italiens, rappelle ainsi le quotidien britannique "The Guardian". Une délégation de patrons allemands doit d'ailleurs se rendre à Téhéran fin février, et un déplacement de dirigeants néerlandais est prévu pour le mois de mars. Reste à savoir si les remontrance de John Kerry contre les patrons français vont affecter ces différentes missions européennes.

Première publication : 05/02/2014

  • COMMERCE

    Les patrons français tâtent le terrain en Iran

    En savoir plus

  • IRAN

    Hassan Rohani joue la carte de l'ouverture à Davos

    En savoir plus

  • IRAN

    L'UE suspend une série de sanctions économiques contre Téhéran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)