Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

Afrique

Génocide rwandais : Simbikangwa "disait que les Tutsis devaient mourir"

© FRANCE 24 | Clémentine Nakure, l'un des témoins-clés du procès Simbikangwa.

Vidéo par Thaïs BROUCK

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/02/2014

Vingt ans après le génocide au Rwanda, le premier procès historique d'un ex-officier rwandais s'est ouvert mardi à la cour d'assises de Paris. FRANCE 24 est partie à la rencontre de deux de ses victimes présumées, et d'un tueur repenti, à Kigali.

Près de 20 ans après le début du génocide rwandais, le premier procès historique d'un ancien officier rwandais s'est ouvert mardi 4 février à la cour d'assises de Paris, qui le juge au nom de la "compétence universelle" prévue par des accords avec le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Dans le boxe des accusés : Pascal Simbikangwa, 54 ans, ancien directeur des services de renseignement de la présidence rwandaise, paraplégique depuis un accident de la circulation en 1986. Cet ex-officier comparaît pour complicité de génocide et de crimes contre l'humanité. Il est accusé d'avoir incité, organisé et aidé les massacres qui firent quelque 800 000 morts, principalement Tutsi et Hutu modérés, en 100 jours entre avril et juillet 1994, notamment en fournissant des armes aux miliciens opérant aux barrages dressés dans le centre-ville de Kigali. Le prévenu, qui nie en bloc, risque la perpétuité.

Au Rwanda, peu nombreux sont ceux qui ont accepté d’apporter leur témoignage pour les besoins du procès. Clémentine Nakure est l’une des rares femmes à avoir accepté de parler du rôle de Pascal Simbikangwa lors du génocide. En août 1993, cette commerçante voyageait vers le nord du pays. Elle affirme avoir été enlevée sans raison par les hommes de main de l’ancien capitaine. Encore sous le choc, elle assure avoir subi des coups pendant près d'une heure.

"Lorsque je suis arrivée dans le bureau de Simbikangwa, il avait un pistolet et une massue. Il m'a accusée de travailler pour les services de renseignement du FPR [Front patriotique rwandais, parti majoritairement constitué de Tutsis]. Je lui ai répondu : ‘je ne sais même pas de quoi tu parles’. À chaque réponse, il me frappait avec la crosse du pistolet. À chaque fois que je lui répétais ‘Pardonne-moi, je ne suis pas une espionne’, il continuait de me frapper encore et encore."

"Escadron de la mort"

À l’époque, les journalistes aussi essuyaient les foudres du régime hutu. Certains des articles les plus critiques sont aujourd’hui conservés au Centre de formation et de recherches coopératives (Iwacu), à Kigali. Ancien rédacteur en chef, Sam Gody est l’un des témoins-clés des agissements de l’ex-capitaine. Il dit avoir été emprisonné et torturé pendant quatre jours après avoir publié un édito désignant Simbikangwa comme le chef des escadrons de la mort.

"Le quatrième jour, le capitaine Simbikangwa m'a convoqué une quatrième fois dans son bureau. Il m'a alors dit : ‘Je te donne la grâce mais à une condition. Tu peux écrire n'importe quoi sur le président de la République, tu peux écrire n'importe quoi sur les ministres, sur le MNRD [Mouvement révolutionnaire national pour le développement, parti du président Juvénal Habyarimana], mais tu ne dois plus jamais parler de l'escadron de la mort’."

"C'était quelqu'un d'important, un capitaine"

Pascal Simbikangwa aurait supervisé les barrages de Kiyovu, dans le centre-ville de la capitale rwandaise, où étaient arrêtés ou exécutés les Tutsis. Des milliers de personnes y ont laissé la vie. "C'était quelqu'un d'important, un capitaine. Il tournait en voiture et donnait les ordres, toutes les instructions, témoigne Emmanuel, un ancien milicien Interahamwe qui affirme avoir obéi aux ordres de l’ex-capitaine. Il disait que les Tutsis devaient mourir. Il écumait tous les quartiers de la ville pour nous donner ses instructions."

Après neuf années de prison, Emmanuel a refait sa vie. Il est chauffeur de moto-taxi, mais les souvenirs des massacres sont plus vivaces que jamais à l'approche du 20ème anniversaire du génocide.

Première publication : 05/02/2014

  • JUSTICE

    "Un procès pour l'histoire du Rwanda et celle de l'humanité"

    En savoir plus

  • Journal de l'Afrique

    Rwanda : un génocidaire présumé jugé en France

    En savoir plus

  • JUSTICE

    France : ouverture du premier procès lié au génocide rwandais

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)