Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Afrique

Vidéo : la mort du tueur présumé de Chokri Belaïd "ne résout rien"

© Mehdi Chebil / FRANCE 24 | Besma Khalfaoui, veuve de Chokri Belaïd (Archives)

Vidéo par Marine CASALIS

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/02/2014

Presque un an jour pour jour après l'assassinat de l'opposant de gauche Chokri Belaïd, l’annonce de la mort de l’un de ses assassins présumés par les autorités tunisiennes laisse sceptiques les proches de l’opposant. Reportage.

L’assassinat, par balles, devant son domicile le 6 février dernier, de l’opposant politique Chokri Belaïd, farouche critique des islamistes du parti Ennahda alors au pouvoir, a marqué le début d'une grave crise politique en Tunisie.

Mardi 4 février, deux jours avant l’anniversaire de sa mort, les autorités tunisiennes ont annoncé que l’un de ses assassins présumés, Kamel Gadhgadhi, avait été tué dans un assaut lancé contre un groupe armé retranché dans une maison à Raoued, dans la banlieue de Tunis. Sept islamistes et un policier ont trouvé la mort dans cette opération entamée lundi et achevée le lendemain.
 
"Nous pouvons confirmer que nous avons arrêté la majorité des complices dans l’assassinat de Chokri Belaïd. Il y a encore des individus à l’extérieur de la Tunisie et recherchés à l’étranger, il y a encore des personnes qu’on est en train de poursuivre", a déclaré Mohamed Ali Aroui, porte-parole du ministère de l’Intérieur.
 
"C'est tant mieux pour la Tunisie, mais ça ne résout pas le problème"
 
Mais les proches et les avocats de Chokri Belaïd, qui manifestent chaque mercredi depuis un an pour exiger l’avancement de l’enquête et dénoncer la lenteur du processus et les blocages qu’il a subis, restent sceptiques face à ses avancées annoncées par les autorités. 
 
“Que Ghadghadi ou X ou Y soit assassiné, c’est tant mieux pour la Tunisie, mais ça ne résout pas le problème, tant que tout le montage terroriste qui a mené à cet assassinat-là n’a pas été démantelé (…), nous considérons que rien n’a été fait”, explique maître Albassi Anouar, membre du comité de défense de Chokri Belaïd.
 
L’opération de Raoued, qui est tombée à point nommé, presque an jour pour jour après l’assassinat de Chokri Belaid, convainc donc peu. Beaucoup craignent qu’avec la mort de son assassin présumé, l’enquête ne s’achève sans qu'on en connaisse les commanditaires. 

Première publication : 05/02/2014

COMMENTAIRE(S)