Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Economie

Crise du ketchup : les Argentins veulent voir la sauce couler

© Wikimedia Commons | McDonald's vu par l'artiste néerlandais Peter Klashorst

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 06/02/2014

La crise monétaire argentine vient de connaître un développement culinaire : il n’y a plus de ketchup dans les restaurants McDonald's du pays. Très remontés, les clients en rendent la présidente Cristina Kirchner responsable.

Après la pénurie de papier toilette au Venezuela arrivent les problèmes d’approvisionnement de ketchup en Argentine. Depuis le début de la semaine, les Argentins sont vent debout : impossible ou presque de trouver un burger avec du ketchup dans un McDonald’s du pays.

Le géant américain du fast-food est conscient du problème. Il s’est d’ailleurs fendu d’un message d’excuse sur Twitter. “Le manque de ketchup dans nos points de vente est une situation momentanée, que nous espérons résoudre rapidement”, affirme la marque nord-américaine, qui compte plus de 200 restaurants dans ce pays d'Amérique latine.

Mais les Argentins blâment davantage leur gouvernement que le créateur du Big Mac. Sur les réseaux sociaux, toujours, la présidente Cristina Kirchner est désignée principale responsable de la situation. “Avec du ketchup, Cristina, [nos hamburgers] avec du ketchup!”, est devenu le cri de ralliement des “victimes” de la crise du célèbre condiment à burger.

Que fait la chef de l’exécutif argentin dans cette galère ? La population soupçonne, en fait, McDo de ne pas arriver à mettre la main sur les précieux petits sachets rouges à cause de la politique économique du gouvernement.

Pour une poignée de dollars

Le coulis rouge serait la victime collatérale du contrôle étatique du flux de devises étrangères. Les sachets de ketchup sont, en effet, confectionnés au Chili et McDonald’s devrait donc les acheter avec des dollars. C’est là que le bat blesse : le gouvernement argentin tente actuellement d’éviter à tout prix que les billets verts quittent le pays.

Les réserves en dollars de la Banque centrale ont, en effet, atteint leur plus bas niveau depuis sept ans. Du coup, l’État a mis en place un contrôle très strict des importations et de l’accès aux dollars. “McDonald’s a sans doute les pesos [monnaie argentine, NDLR] nécessaires pour payer le ketchup mais doit avoir du mal à se procurer, en Argentine, les dollars pour les importer”, souligne au quotidien britannique “The Independent” Jimena Blanco, une analyste du cabinet de conseil Maplecroft.

L’Argentine vient, la semaine dernière, d’assouplir quelque peu les règles pour acheter des dollars, rappelle le quotidien économique allemand “Handelsblatt”. Le gouvernement a ramené la taxe sur l’achat du précieux billet vert de 35 % à 20 %. C’est moins, mais cela reste cher. D’autant plus que les douanes sont très vigilantes sur les importations et peuvent, dans certains cas, demander à l’entreprise importatrice d’exporter pour un montant similaire afin d'équilibrer la balance des dollars qui sortent et rentrent. Il y a donc des chances qu’un hangar de la douane, quelque part en Argentine, regorge de ketchup.

Première publication : 06/02/2014

  • DEVISE

    La dévaluation à marche forcée de l’Argentine

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    La canicule en Argentine fragilise davantage Cristina Kirchner

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Le Venezuela au bout du rouleau de papier toilette

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)