Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Economie

Sony se débarrasse de ses PC Vaio et de 5 000 emplois

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/02/2014

Le géant japonais Sony a annoncé, jeudi, sa quatrième restructuration depuis 2005. Cette fois-ci, le constructeur a décidé de revendre son activité de fabricant de PC portable et va supprimer 5 000 postes.

C'est la fin d'une époque pour Sony. Le géant japonais de l'électronique grand public a décidé de quitter le marché des ordinateurs portables. Il a annoncé, jeudi 6 janvier, la vente de sa marque Vaio - considérée un temps comme le haut de gamme du PC portable - au fonds d'investissement japonais Japan Industrial Partners (JIP).

Les détails de cette cession, et notamment le prix de vente, doivent encore être négociés. Sony espère avoir bouclé l'affaire d'ici mars 2014. JIP est un spécialiste du rachat d'actifs dont les grands groupes japonais ne veulent plus. Le fonds a acquis par le passé des activités du fabricant d'appareils photo Olympus ou du constructeur informatique NEC. Il a cependant assuré que la nouvelle entité continuera à fabriquer des PC portables.

"Il fallait que quelqu'un sorte de ce marché car il y a trop d'acteurs", a affirmé au New York Times Mikako Kitagawa, un analyste du cabinet d'études Gartner. Seule une poignée de groupes réussissent encore à générer un profit dans le secteur des PC portables, durement affecté par la concurrence des tablettes. Sony n'en faisait pas partie : en 2013, sa part de marché au niveau mondial ne s'élevait qu'à 1,9 %.

33 000 postes supprimés en neuf ans

La vente de Vaio n'est qu'un aspect du plan de restructuration présenté jeudi par Sony. Le géant japonais prévoit aussi de supprimer 5 000 postes au sein du groupe. C'est la quatrième réduction d'effectifs depuis 2005. En neuf ans, le groupe aura détruit 33 000 postes au total. Au terme de cette nouvelle restructuration, Sony devrait compter environ 140 000 employés dans le monde. Le groupe a, également, annoncé qu'il comptait se concentrer sur la construction de téléviseurs de très haut de gamme.

Ces changements dénotent, d'après le "New York Times", l'inhabilité de Sony de s'adapter à une concurrence de plus en plus accrue dans certains domaines comme l'informatique et la télévision. Pour Kazuo Hirai, PDG de la multinationale, ce n'est en fait rien d'autre que la continuation d'un plan mis en chantier en 2012. Il avait alors affirmé que Sony allait se concentrer de plus en plus sur trois axes prioritaires : l'imagerie (appareils photo, camescope et télévision), le jeu vidéo (PS4) et le mobile. Jusqu'à présent ce grand chantier n'a pas encore porté ses fruits financiers : Sony devrait, de son propre aveu, perdre 110 milliards de yen (803 millions d'euros) sur l'année fiscale qui s'achève en mars 2014.

Première publication : 06/02/2014

  • TECHNOLOGIES

    Après les Google Glass et les montres intelligentes, les perruques connectées

    En savoir plus

  • JEUX VIDÉO

    À l’E3, la PS4 remporte une bataille mais pas la guerre contre la Xbox One

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Google et Sony veulent convertir les Français à la "télé internet"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)