Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

Nos reporters retournent dans les pays qui ont marqué l’actualité. Comment vit-on dans les villes traumatisées par une guerre, une catastrophe naturelle ou un désastre industriel ?... Un dimanche sur deux, à 20h40.

BILLET RETOUR

BILLET RETOUR

Dernière modification : 21/02/2014

Colombie : Medellin, la renaissance

Narcotrafic, guerre des gangs, homicides ou crimes d’État… Difficile, à Medellin, de trouver une famille qui n’a pas été frappée par un assassinat ou une disparition. En trente ans, plus de 80 000 personnes en ont été victimes. Aujourd’hui, la ville rêve de faire oublier sa mauvaise réputation, d’exposer au monde un nouveau visage et pourquoi pas, d’attirer les touristes.

Il y a un peu plus de vingt ans, le 2 décembre 1993, la police colombienne abattait sur un toit de Medellin l’un des fugitifs les plus recherchés au monde : Pablo Escobar. Le célèbre narcotrafiquant livrait alors une guerre sans merci contre l’État colombien. Et Medellin, sa ville, son refuge, était alors cataloguée comme l’une des villes les plus dangereuses de la planète. Les quartiers populaires de la ville étaient son vivier de recrutement. Des jeunes sans espoir d’un avenir meilleur cédaient à la tentation de l’argent facile et devenaient sicaires (tueur à gages), au service des "narcos", contre quelques pesos.

Depuis, la ville n’a cessé de se battre contre ses vieux démons. Une guerre absurde a survécu au parrain. Toujours, un nouveau parrain surgit et tente de contrôler Medellin, par guerre des gangs interposée. Les taux d’homicide sont restés longtemps parmi les plus élevés au monde. La ville semblait prise dans un cercle infernal de violence sans fin.

Mais vingt ans après la mort d’Escobar, Medellin, surnommée en Colombie "la ville de l’éternel printemps", renaît enfin de son passé difficile. Elle a reçu en 2013 le prix de la ville la plus innovante de l’année, décerné par le "Wall Street Journal", devant New York et Tel Aviv.

Le fantôme d’Escobar

Une distinction gagnée en partie grâce à un système de transport en commun particulièrement performant, avec son métro et des téléphériques qui relient les barrios - les quartiers populaires - au centre. Mais aussi grâce à une politique urbaine et un dynamisme économique hors pair. Comme si la ville entière était fatiguée de la violence et redoublait d’énergie pour en sortir. Les traumatismes sont lourds : à Medellin, toutes les familles ont souffert au moins un assassinat ou une disparition.

Pourtant, vingt ans après, le fantôme d’Escobar semble toujours planer sur la ville. Nous nous sommes rendus dans le quartier qu’il a fondé et porte aujourd’hui son nom. La plupart des habitants vivaient autrefois dans la décharge municipale et se sont vu offrir une maison neuve par le "parrain", dans les années 1980. Escobar, l’un des plus grands criminels de l’histoire colombienne, se prenait aussi pour un Robin des bois. Haï par une majorité de Colombiens, il est encore ici vénéré. Mais plutôt comme un souvenir lointain, un bienfaiteur, que comme un exemple à suivre.

Les leaders du quartier Escobar, comme Wberney que nous avons suivi, tentent chaque jour d’éloigner les plus jeunes de cette spirale de violence et de vengeance, et de la tentation de l’argent facile. Régulièrement, Wberney emmène les enfants du quartier faire connaissance avec leur ville, jusque dans les quartiers riches, pour qu’ils grandissent sans ressentiment. Il emploie toute son énergie à chercher des ressources pour le quartier, à faire en sorte que tous les enfants du barrio reçoivent des aides, ou des cadeaux à Noël. Des leaders come Wberney, il y en a des dizaines à Medellin. Ils sont sans doute pour quelque chose dans cette renaissance que connaît aujourd’hui la ville.
 

Un grand reportage de Pascale MARIANI et Juan OROZCO
Montage : John DE LOS RIOS

Par Pascale MARIANI , Juan OROZCO

COMMENTAIRE(S)

Les archives

12/09/2014 Tourisme

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

Il y a trois ans, un commando américain abattait Oussama Ben Laden. L’ennemi public numéro un des États-Unis se cachait au pied de l'Himalaya, dans la petite ville d'Abbottabad,...

En savoir plus

27/06/2014 Laurent Gbagbo

Côte d'Ivoire : après les souffrances, la reconstruction

Trois ans après la crise post-électorale en Côte d'Ivoire, les activités ont repris à Abidjan. Comme dans l'ensemble du pays, la capitale économique ivoirienne a payé un lourd...

En savoir plus

13/06/2014 Nouvelle-Calédonie

Nouvelle-Calédonie : Ouvéa, laboratoire du vivre ensemble

En Nouvelle-Calédonie, Ouvéa est une île paradisiaque, l’un des plus beaux atolls du Pacifique, avec ses plages de sable blanc et ses eaux cristallines. Mais ce petit morceau de...

En savoir plus

18/05/2014 Typhon Haiyan

Billet retour à Tacloban

Le 8 novembre 2013, le typhon Haiyan balayait les Philippines. Des vagues de plus de 5 mètres se sont abattues sur la ville de Tacloban. En quelques heures, la capitale de l’ile...

En savoir plus

02/05/2014 Union européenne

Chypre peine à surmonter la crise

Mars 2013, Chypre est au bord de la faillite : il lui faut 17 milliards d’euros pour sauver son économie. En échange d’un prêt, l’Union Européenne a imposé de taxer les dépôts...

En savoir plus