Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump : 1 an à la Maison Blanche

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Liberia : le président élu, George Weah prêt à relever les défis

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Aide aux migrants : que dit la loi ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Sanseverino

En savoir plus

TECH 24

Reporty, l'application anti-délits ou pro-délation ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Gambie à l'heure d'une nouvelle ère post-Jammeh

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Avec les réformes de Macron, la France sur le retour ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Trump, un an après : derrière l'euphorie, une économie fragile ?

En savoir plus

#ActuElles

#MeToo : la France entre exception culturelle et changement de génération

En savoir plus

REPORTERS

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 22h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 07/02/2014

Le monde rural, terre de campagne du Front national

Depuis son arrivée à la tête du Front national en 2011, Marine Le Pen multiplie les efforts à destination du monde rural, où son parti progresse. Pour comprendre les raisons de cette montée, nous sommes rendus dans l’est de la France, dans la Meuse, un département rural où le parti frontiste a fait l’un de ses trois meilleurs scores à la présidentielle de 2012.

Il n’a pas été difficile de trouver des électeurs du Front national (FN). Nous l’avons constaté à de nombreuses reprises : la parole s’est libérée. L’électeur n’a plus honte de dire qu'il vote FN. C’est l’une des conséquences de la "dédiabolisation" du parti, le cheval de bataille de la présidente Marine Le Pen.

Dans ce processus de "dédiabolisation", le FN répète qu’il n’est pas un parti raciste. Toujours est-il que la préférence nationale demeure la clef de voûte de l’adhésion. Nous l’avons, là aussi, constaté de nombreuses fois : le rejet de l’immigration continue de motiver le vote des électeurs ruraux, y compris dans des endroits où il n’y a pas d’étrangers.

Pour l’électeur du parti frontiste, la présence d'immigrés est synonyme d’insécurité. Insécurité physique, mais aussi économique. Un sentiment d'autant plus prégnant dans un département comme la Meuse, où le bassin d’emploi est sinistré : les immigrés sont perçus comme une menace pour le marché du travail.

De plus, les habitants des zones rurales se sentent oubliés des pouvoirs publics. Ils assistent impuissants à la fermeture des services publics, des petits commerces, des écoles. Une impression d’abandon qui les pousse également vers le FN.

Par Natacha VESNITCH , Cyril VANIER

COMMENTAIRE(S)

Les archives

19/01/2018 Moyen-Orient

Les dernières heures de la Bataille du désert avec les milices chiites en Irak

En décembre 2017, le gouvernement irakien annonce en grande pompe la "fin officielle de la guerre contre l'organisation État islamique" (EI), mettant fin à trois années de...

En savoir plus

12/01/2018 Amériques

Vidéo : aux États-Unis, des milliers de morts sur ordonnance

Ce sont des médicaments qui tuent plus qu’ils ne soignent. Chaque jour aux États-Unis, les opioïdes, ces pilules addictives dérivés de l'opium, tuent environ 140 personnes. Ils...

En savoir plus

20/12/2017 Moyen-Orient

La résilience des coptes d'Égypte face à la menace islamiste

Depuis la révolution de 2011, les coptes d'Égypte endurent un cycle de violences sans précédent. L'arrivée au pouvoir des Frères musulmans, en 2012, s'est traduite par une série...

En savoir plus

21/12/2017 FRANCE

Documentaire : gauche, année zéro ?

En France, l’année 2017 restera dans l’histoire comme celle des grands bouleversements politiques. À seulement 39 ans, Emmanuel Macron est devenu le huitième président de la Ve...

En savoir plus

15/12/2017 Afrique

Vidéo : le Soudan du Sud, pays maudit

Au Soudan du Sud, la guerre civile qui ravage le pays depuis quatre ans l’a rendu exsangue. La famine sévit dans toutes les zones de conflit et frappe en priorité les déplacés...

En savoir plus