Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mexique: le cimetière des journalistes

En savoir plus

DÉBAT

Changement climatique : le pari ambitieux de Barack Obama

En savoir plus

DÉBAT

John Kerry au Moyen-Orient : comment rassurer les pays du Golfe ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Plan climat : Barack Obama va au charbon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Gabon : turbulences avec Paris

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Porto Rico en défaut de paiement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le défenseur des droits de l'homme burundais Pierre-Claver Mbonimpa blessé par balles

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi: le spectre de l'escalade

En savoir plus

DÉBAT

Raids turcs en Irak et en Syrie : l'offensive contre l'EI et le PKK s'intensifie (Partie 2)

En savoir plus

Nos grands reporters et nos correspondants aux quatre coins du globe vous proposent des reportages long format. Ils viennent ensuite les décrypter en plateau. Le samedi à 22h10.

REPORTERS

REPORTERS

Dernière modification : 07/02/2014

Le monde rural, terre de campagne du Front national

Depuis son arrivée à la tête du Front national en 2011, Marine Le Pen multiplie les efforts à destination du monde rural, où son parti progresse. Pour comprendre les raisons de cette montée, nous sommes rendus dans l’est de la France, dans la Meuse, un département rural où le parti frontiste a fait l’un de ses trois meilleurs scores à la présidentielle de 2012.

Il n’a pas été difficile de trouver des électeurs du Front national (FN). Nous l’avons constaté à de nombreuses reprises : la parole s’est libérée. L’électeur n’a plus honte de dire qu'il vote FN. C’est l’une des conséquences de la "dédiabolisation" du parti, le cheval de bataille de la présidente Marine Le Pen.

Dans ce processus de "dédiabolisation", le FN répète qu’il n’est pas un parti raciste. Toujours est-il que la préférence nationale demeure la clef de voûte de l’adhésion. Nous l’avons, là aussi, constaté de nombreuses fois : le rejet de l’immigration continue de motiver le vote des électeurs ruraux, y compris dans des endroits où il n’y a pas d’étrangers.

Pour l’électeur du parti frontiste, la présence d'immigrés est synonyme d’insécurité. Insécurité physique, mais aussi économique. Un sentiment d'autant plus prégnant dans un département comme la Meuse, où le bassin d’emploi est sinistré : les immigrés sont perçus comme une menace pour le marché du travail.

De plus, les habitants des zones rurales se sentent oubliés des pouvoirs publics. Ils assistent impuissants à la fermeture des services publics, des petits commerces, des écoles. Une impression d’abandon qui les pousse également vers le FN.

Par Natacha VESNITCH , Cyril VANIER

COMMENTAIRE(S)

Les archives

21/07/2015 Iran

Nucléaire iranien : dans les coulisses d'un accord historique

Le 14 juillet, l'Iran et les grandes puissances ont mis fin à plus de 12 ans de crise. Nos envoyés spéciaux ont eu un accès exclusif aux coulisses des négociations. Du Falcon de...

En savoir plus

17/07/2015 Inde

Inde : les chrétiens se cachent pour prier

Vandalisme, agressions physiques, églises brûlées… En Inde, les chrétiens doivent se cacher pour prier. Et cette violence, qui va crescendo, n’est pas près de s’arrêter. Les...

En savoir plus

09/07/2015 Chine

Pollution : l'économie chinoise à l'épreuve de l'écologie

Un soleil à peine visible, un brouillard épais qui recouvre tout... Après des décennies d'industrialisation à marche forcée, la Chine est à bout de souffle. En 2014, Pékin...

En savoir plus

03/07/2015 Libye

La Libye en quête d'unité

Deux gouvernements et deux armées se font face en Libye. D’un côté, les milices islamistes de Fajr Libya qui contrôlent Tripoli depuis bientôt un an. De l’autre, le gouvernement...

En savoir plus

26/06/2015 Kenya

Kenya : la terreur shebab

Deux ans après le massacre du centre commercial de Nairobi, le Kenya continue de s’enfoncer dans l’horreur. En avril dernier, les Shebab ont abattu froidement 148 étudiants de...

En savoir plus