Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Burkina faso autorise l'exhumation de la dépouille présumée de Thomas Sankara

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

World Press Photo : l’un des lauréats perd son prix

En savoir plus

POLITIQUE

"La réintégration de l’Iran dans la politique mondiale est nécessaire"

En savoir plus

POLITIQUE

"Marine Le Pen incarne un parti résolument anti-libéral de droite"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Évasion fiscale : "En 3 ans, les États ont pu récupérer 37 milliards d'euros"

En savoir plus

FOCUS

Mexique : les déplacés de la guerre des cartels

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hugh Jackman dans "Chappie" : enfin un rôle de méchant!

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Départementales : l'UMP et le PS vent debout contre le FN

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "La situation s'est beaucoup améliorée"

En savoir plus

Nos grands reporters et nos correspondants aux quatre coins du globe vous proposent des reportages long format. Ils viennent ensuite les décrypter en plateau. Le samedi, à 20h40.

REPORTERS

REPORTERS

Dernière modification : 07/02/2014

Le monde rural, terre de campagne du Front national

Depuis son arrivée à la tête du Front national en 2011, Marine Le Pen multiplie les efforts à destination du monde rural, où son parti progresse. Pour comprendre les raisons de cette montée, nous sommes rendus dans l’est de la France, dans la Meuse, un département rural où le parti frontiste a fait l’un de ses trois meilleurs scores à la présidentielle de 2012.

Il n’a pas été difficile de trouver des électeurs du Front national (FN). Nous l’avons constaté à de nombreuses reprises : la parole s’est libérée. L’électeur n’a plus honte de dire qu'il vote FN. C’est l’une des conséquences de la "dédiabolisation" du parti, le cheval de bataille de la présidente Marine Le Pen.

Dans ce processus de "dédiabolisation", le FN répète qu’il n’est pas un parti raciste. Toujours est-il que la préférence nationale demeure la clef de voûte de l’adhésion. Nous l’avons, là aussi, constaté de nombreuses fois : le rejet de l’immigration continue de motiver le vote des électeurs ruraux, y compris dans des endroits où il n’y a pas d’étrangers.

Pour l’électeur du parti frontiste, la présence d'immigrés est synonyme d’insécurité. Insécurité physique, mais aussi économique. Un sentiment d'autant plus prégnant dans un département comme la Meuse, où le bassin d’emploi est sinistré : les immigrés sont perçus comme une menace pour le marché du travail.

De plus, les habitants des zones rurales se sentent oubliés des pouvoirs publics. Ils assistent impuissants à la fermeture des services publics, des petits commerces, des écoles. Une impression d’abandon qui les pousse également vers le FN.

Par Natacha VESNITCH , Cyril VANIER

COMMENTAIRE(S)

Les archives

25/02/2015 Pakistan

Pakistan : la police dans la ligne de mire des Taliban

Karachi, la plus grande ville du Pakistan, doit faire face à l’influence grandissante des Taliban. Pour y mettre fin, les forces de l’ordre ont lancé en septembre 2013...

En savoir plus

20/02/2015 Cisjordanie

Cisjordanie, le business des colonies

En Cisjordanie, les colonies juives continuent de s'étendre. Autorisées ou non par le gouvernement israélien, elles sont considérées comme illégales par la communauté...

En savoir plus

12/02/2015 Tunisie

Aux sources du jihad en Tunisie

La Tunisie a beau avoir fait le choix de la démocratie, le pays reste un important pourvoyeur de candidats au jihad. Depuis trois ans, des milliers de jeunes Tunisiens sont...

En savoir plus

05/02/2015 Inde

Inde : la rumeur du "Love Jihad"

En Inde, où la société est régulièrement secouée par des tensions religieuses, des extrémistes hindous accusent des musulmans de pratiquer un "Love Jihad", un "Jihad de l’amour"....

En savoir plus

30/01/2015 Syrie

Syrie : Kobané, la reconquête

Au nord de la Syrie, après de longs mois d’intenses combats, la ville kurde de Kobané, a été reprise aux jihadistes de l’organisation de l’État islamique. Nos reporters ont...

En savoir plus