Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Thomas Dutronc chante la bonne humeur dans "Éternels jusqu'à demain"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Gros plan sur la RD Congo (partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Gros plan sur la RD Congo (partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Bodrum, porte d'entrée clandestine vers l’Union européenne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les Grecs, entre colère et épuisement"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tchad : 11 morts lors d'une opération de police contre Boko Haram

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Pierre Nkurunziza à bicyclette

En savoir plus

DÉBAT

Élections au Burundi : un scrutin controversé

En savoir plus

DÉBAT

La lutte antiterroriste, une "guerre de civilisations" ?

En savoir plus

Nos grands reporters et nos correspondants aux quatre coins du globe vous proposent des reportages long format. Ils viennent ensuite les décrypter en plateau. Le samedi à 22h10.

REPORTERS

REPORTERS

Dernière modification : 07/02/2014

Le monde rural, terre de campagne du Front national

Depuis son arrivée à la tête du Front national en 2011, Marine Le Pen multiplie les efforts à destination du monde rural, où son parti progresse. Pour comprendre les raisons de cette montée, nous sommes rendus dans l’est de la France, dans la Meuse, un département rural où le parti frontiste a fait l’un de ses trois meilleurs scores à la présidentielle de 2012.

Il n’a pas été difficile de trouver des électeurs du Front national (FN). Nous l’avons constaté à de nombreuses reprises : la parole s’est libérée. L’électeur n’a plus honte de dire qu'il vote FN. C’est l’une des conséquences de la "dédiabolisation" du parti, le cheval de bataille de la présidente Marine Le Pen.

Dans ce processus de "dédiabolisation", le FN répète qu’il n’est pas un parti raciste. Toujours est-il que la préférence nationale demeure la clef de voûte de l’adhésion. Nous l’avons, là aussi, constaté de nombreuses fois : le rejet de l’immigration continue de motiver le vote des électeurs ruraux, y compris dans des endroits où il n’y a pas d’étrangers.

Pour l’électeur du parti frontiste, la présence d'immigrés est synonyme d’insécurité. Insécurité physique, mais aussi économique. Un sentiment d'autant plus prégnant dans un département comme la Meuse, où le bassin d’emploi est sinistré : les immigrés sont perçus comme une menace pour le marché du travail.

De plus, les habitants des zones rurales se sentent oubliés des pouvoirs publics. Ils assistent impuissants à la fermeture des services publics, des petits commerces, des écoles. Une impression d’abandon qui les pousse également vers le FN.

Par Natacha VESNITCH , Cyril VANIER

COMMENTAIRE(S)

Les archives

26/06/2015 Kenya

Kenya : la terreur shebab

Deux ans après le massacre du centre commercial de Nairobi, le Kenya continue de s’enfoncer dans l’horreur. En avril dernier, les Shebab ont abattu froidement 148 étudiants de...

En savoir plus

07/11/2014 Liberia

Liberia : Ebola, la menace au quotidien

Le Liberia est l’un des pays les plus touchés par l'épidémie d’Ebola, avec la Sierra Leone et la Guinée. Retrouvez ce reportage de Katerina Vittozi, initialement publié en...

En savoir plus

12/06/2015 Birmanie

L’exode des Rohingyas : fuir au péril de leur vie

En Birmanie, la minorité apatride des Rohingyas, estimée à 1,3 million de personnes, est systématiquement victime de discrimination de la part des autorités mais aussi des moines...

En savoir plus

05/06/2015 Ukraine

Vidéo : en Ukraine, une drôle de guerre à Marioupol

Depuis le début de la guerre dans l’est de l’Ukraine, Marioupol a déjà repoussé trois offensives des séparatistes pro-russes. Avec les accords de Minsk conclus en février dernier...

En savoir plus

29/05/2015 Irak

Vidéo : Abu Azrael, "le Rambo d’Irak"

Dans l’armée irakienne et sur les réseaux sociaux, c’est une icône. Abu Azrael, milicien chiite aux allures de Rambo, fait reculer les jihadistes de l’organisation de l’État...

En savoir plus