Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • La Libye renonce à accueillir la Coupe d'Afrique des nations en 2017

    En savoir plus

  • Ebola : la Côte d'Ivoire ferme ses frontières avec la Guinée et le Liberia

    En savoir plus

  • Montebourg : la France "ne peut plus se laisser faire" face à l'Allemagne

    En savoir plus

  • Vidéo : destruction de la maison d'un membre du Hamas à Hébron

    En savoir plus

  • Trafic aérien interdit au-dessus du volcan Bardarbunga

    En savoir plus

  • À Kiev, Angela Merkel défend "l'intégrité territoriale" de l'Ukraine

    En savoir plus

  • RD Congo : les victimes du "colonel 106" racontent leur calvaire

    En savoir plus

  • Les deux nouveaux satellites Galileo placés sur la mauvaise orbite

    En savoir plus

  • Le Hamas signe la demande d’adhésion palestinienne à la CPI

    En savoir plus

  • 2e division blindée : "Nous étions des frères"

    En savoir plus

  • Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

    En savoir plus

  • Attentat-suicide meurtrier contre le QG des renseignements à Bagdad

    En savoir plus

  • Gaza : intensification des frappes après la mort d’un enfant israélien

    En savoir plus

  • Meurtre de James Foley : Washington n'exclut pas de frapper l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

EUROPE

Révolte sociale : le siège de la présidence incendié à Sarajevo

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/02/2014

La Bosnie-Herzégovine est secouée depuis trois jours par de violentes manifestations contre le chômage et la politique du gouvernement. À Sarajevo, les contestataires ont mis le feu au siège de la présidence. Au moins 150 personnes ont été blessées.

Les Bosniens font éclater leur colère. Par milliers, ils manifestent depuis trois jours contre la misère en Bosnie-Herzégovine. Des rassemblements souvent marqués par des violences. Vendredi 7 février, des affrontements ont eu lieu entre manifestants et force de l'ordre dans plusieurs villes du pays.

Les échauffourées avec la police ont fait près de 150 blessés, dont 80 à Sarajevo et 50 à Zenica, pour la plupart soignés pour des contusions. Il y a eu plus d'une dizaine de blessés à Tuzla, dont deux, un manifestant et un policier sérieusement atteints, ont été hospitalisés.

À Tuzla, ancien cœur industriel dans le nord du pays, où quelque 6 000 manifestants ont battu le pavé, des vitres ont en outre été brisées et des bureaux du gouvernement local incendiés.

À Sarajevo, la capitale, la police a tiré des balles en caoutchouc et des grenades assourdissantes pour disperser une foule de plusieurs milliers de personnes. Les protestataires "ont cassé les fenêtres et ont mis le feu aux guérites des gardiens et aux locaux" de l'immeuble abritant l'administration régionale, a rapporté la télévision officielle locale.

La façade du siège voisin de celui de la présidence de Bosnie-Herzégovine a été aussi endommagée par des jets de pierre, mais le bâtiment n'a pas été incendié, a assuré la police.

Une révolte d'une ampleur sans précédent depuis la guerre

Il s'agit de manifestations d'une ampleur sans précédent dans cette ex-république yougoslave depuis la fin de la guerre intercommunautaire de 1992-95. Elles illustrent l'exaspération de la population face à une classe politique engluée dans des querelles politiciennes et incapable de redresser une économie sinistrée.

En cause : le niveau élevé du chômage et l'inertie politique du gouvernement. Des appels à manifester avaient été lancés pour la journée de vendredi dans tout le pays, où le salaire moyen mensuel est de 420 euros par habitant et ou près d'une personne sur cinq vit dans la pauvreté.

Rongé par une corruption endémique, ce petit pays balkanique de 3,8 millions d'habitants est l'un des plus pauvres d'Europe. Le chômage frappe 44 % de la population active, mais la Banque centrale l'estime à 27,5 %, car beaucoup ne déclareraient pas leur activité.

La Bosnie-Herzégovine est confrontée à un système politique hérité de l'après-guerre, qui ne fonctionne pas. À l'issue de ce conflit qui a fait 100 000 morts, les accords de paix de Dayton ont établi un système de partage du pouvoir fondé sur la représentation des différentes communautés serbe, croate et musulmane. Un système à base de quotas, qui rend le fonctionnement politique du pays très difficile.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 07/02/2014

  • BOSNIE-HERZÉGOVINE

    "Triangle de l'horreur" : des centaines de corps exhumés d'un charnier en Bosnie

    En savoir plus

  • BOSNIE-HERZEGOVINE

    La "révolution des bébés" unifie la Bosnie

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    La Bosnie euphorique après sa qualification pour le Mondial-2014

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)