Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Éléments de langage

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Virus Ebola : l'OMS doit annoncer un plan de lutte de 100 millions de dollars

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Grande Guerre : au cœur de l’enfer

En savoir plus

#ActuElles

Les "Patronas" au secours des migrants mexicains

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Coup d'envoi de la transition énergétique en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

  • Gaza : le cessez-le-feu entre Israël et le Hamas vire au bain de sang

    En savoir plus

  • Vidéo : "Le monde devrait admirer Israël", selon son ambassadeur aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : la pauvreté pousse les femmes malgaches vers la contraception

    En savoir plus

  • Ouganda : la justice annule une loi anti-gay particulièrement répressive

    En savoir plus

  • Extensions Internet : l'Icann à la rescousse de l'Iran, la Syrie et la Corée du Nord

    En savoir plus

  • Grande Guerre : au cœur de l’enfer

    En savoir plus

  • Un séisme secoue la région d'Alger et fait six morts et 420 blessés

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Free convoite T-mobile : "What the hell is Iliad ?" se demandent les Américains

    En savoir plus

  • Plus de 50 kilos de cocaïne volatilisés au "36, quai des Orfèvres"

    En savoir plus

  • Centenaire de 14-18 : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

Economie

Le créateur du jeu "Flappy Bird" tue son oiseau aux œufs d’or

© Flickr

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 10/02/2014

Le développeur Dong Nguyen a décidé, dimanche, de ne plus distribuer son jeu pour smartphone "Flappy Bird", devenu une vraie sensation lui rapportant 50 000 dollars par jour.

“Je ne peux plus supporter tout ça”. C’est par ce tweet que le développeur Dong Nguyen, basé au Vietnam, a justifié, samedi 8 février, sa décision d’arrêter de diffuser “Flappy Bird”, son petit jeu à sensation pour iPhone et smartphones Android. Vingt-deux heures plus tard, ce programme disparaissait d’iTunes et de Google Play, la boutique d’applications pour téléphones portables du géant du Net.

Difficile, a priori, de comprendre le ras-le-bol de Dong Nguyen. Son “Flappy Bird”, développé en une semaine il y a près d’un an, a été téléchargé plusieurs dizaines de millions de fois, depuis début 2014, sur les smartphones du monde entier. Ce jeu basique, où il faut permettre à un petit oiseau de survivre le plus longtemps possible, occupait la première place des applications les plus populaires sur l’iPhone, aussi bien aux États-Unis qu’en Chine. Le compte Twitter officiel de l’App Store, la boutique d’applications d’Apple, se réjouissait même du succès de “Flappy Bird”. Surtout, l’application générait environ 50 000 dollars (36 000 euros) par jour en revenus publicitaires, d’après le site américain “The Verge”.

C’était, donc, à tout point de vue l’illustration “du rêve devenu réalité pour chaque développeur d’application”, note l'Américain Zach Will sur son blog. Dong Nguyen n’a, de son côté, donné aucune explication détaillée de sa décision de tuer son petit oiseau aux œufs d’or. Il s’est juste borné à affirmer, toujours sur Twitter, qu’il n’a pas agi “pour des raisons juridiques” et n’avait pas non plus “l’intention de vendre” son jeu.

De l'anonymat à la folie

Pour le site américain spécialisé dans l’économie numérique "BusinessInsider", les explications de Dong Nguyen sont inutiles, il suffit de regarder la folie qui entoure “Flappy Bird” depuis près de deux mois pour comprendre. Le jeu existe, en effet, depuis mai 2013 et pendant plus de six mois, il a végété dans un anonymat des plus complets. Ce n’est qu’à partir de début janvier que sa popularité explose. Et pas qu’un peu : “Flappy Bird” passe, du jour au lendemain et sans crier gare, de quelques téléchargements par jour à plusieurs centaines de milliers. “Le 31 janvier, le jeu a recueilli plus de 5 500 avis sur iTunes”, souligne Zach Will. Un sacré changement pour Dong Nguyen, habitué jusqu’alors à compter les avis hebdomadaires sur les doigts d’une main.

Cette soudaine popularité a, alors, entraîné l’attention des médias. Les quelques articles positifs, qui vantaient notamment le côté addictif de “Flappy Bird” proche de celui du phénomène “Candy Crush”, se perdent dans un océan de critiques acerbes. La pauvreté graphique, le principe du jeu simpliste - taper sur l’écran pour faire avancer l’oiseau afin qu’il ne se fasse pas écraser - sont décriés. Pire : la difficulté est jugée insensé. Sur le site Philly.com, le journaliste avoue avoir dû jouer 30 minutes pour atteindre “le score ridicule de cinq [points, NDLR]”.

"Méthode infaillible pour gagner à 'Flappy Bird'" - avec un marteau

Accusations de plagiat et d’arnaque

Mais la presse ne critique pas seulement la qualité de l'application. Le site d'actualité spécialisé sur le jeu vidéo Kotaku affirme ainsi que “Flappy Bird” est tout simplement un plagiat graphique de l’univers de Mario. Il se rétracte par la suite, mais l'accusation de forte ressemblance avec l'habillage des jeux Nintendo a été largement reprise.

D’autres se demandent comment le jeu a réussi à connaître un tel regain de popularité. Certains, comme Bluecloudsolution, une société américaine de marketing sur mobile, soupçonne que le développeur vietnamien ait fait appel (contre rémunération ?) à des hordes de faux joueurs pour donner des bonnes notes à son “Flappy Bird”.

Enfin, les réactions des internautes à l’annonce de la mise à mort de “Flappy Bird” ont dû conforté Dong Nguyen dans l'idée que l’histoire était allée trop loin. Certains lui ont ainsi envoyé des tweets où ils menaçaient de se “suicider” si le jeu venait réellement à disparaître. Certes, comme le souligne BusinessInsider, il s'agissait plus de blagues que de réelles menaces. Mais une chose était claire : le phénomène “Flappy Bird” avait échappé à son créateur.

À tel point que sa disparition officielle n’a pas freiné l’engouement pour le jeu. Des internautes ont ainsi créé des T-shirts ornés du slogan “N’oublions jamais ‘Flappy Bird’”, en vente pour 19 dollars (14 euros). Des iPhone sur lesquels le jeu est installé se vendent à 900 dollars (660 euros) sur eBay, comme le souligne le magazine américain "Time". Un clone a même été créé en moins d’une journée, et le code a été rendu public pour que tout le monde puisse continuer à avoir sa “dose” d’oiseaux qui se font écraser.

Le rêve de Dong Nguyen était donc devenu un cauchemar. Mais un cauchemar, auquel il a pris soin de mettre un terme seulement après avoir gagné pas mal d’argent avec.

Première publication : 10/02/2014

  • JEUX VIDÉO

    Criminal Case : Facebook aime le made in France

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Europe : jouer à "Angry Birds" est bon pour l'emploi

    En savoir plus

  • JEUX VIDEO

    Apple refuse qu'on se moque de la Corée du Nord sur iPhone

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)