Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • John Kerry arrache un cessez-le-feu de 72 heures à Gaza

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

Economie

François Hollande veut séduire la Silicon Valley

© AFP - Rencontre entre François Hollande et Éric Schmidt, président de Google, en février 2013

Vidéo par Axelle SIMON

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 10/02/2014

François Hollande doit se rendre, mercredi, à la Silicon Valley, le cœur de l'innovation technologique aux États-Unis. Le président français doit y rencontrer des patrons américains et inaugurer le "French Tech hub".

D'un François à l'autre. En 1984, François Mitterrand devenait le premier président français à mettre un pied dans la Silicon Valley. Il en était reparti en promettant de dôter toutes les écoles françaises d'un ordinateur après avoir rencontré Steve Jobs, le fondateur d'Apple.

Trente ans plus tard, François Hollande prend le relais. En marge de sa rencontre avec le président américain Barack Obama, il passera la journée du mercredi 12 février avec les nouveaux maîtres du Web et autres créateurs de start-up technologiques. Le chef de l'exécutif français doit, en effet, rencontrer Éric Schmidt, président de Google, Sheryl Sandberg, la directrice financière de Facebook ou encore Jack Dorsey, le fondateur de Twitter.

Ce rendez-vous avec le gratin de l'aristocratie de la Silicon Valley intervient à un moment où la France est loin de filer le parfait amour avec les grands groupes américains du Net. Depuis l'arrivée au pouvoir des socialistes en France, le gouvernement a plusieurs fois pointé un doigt accusateur contre les pratiques d'optimisation fiscale de ces multinationales. Google aurait ainsi, d'après l'hebdomadaire "Le Point", écopé d'un redressement fiscal d'un milliard d'euros. Apple, Facebook ou encore Amazon seraient également dans le collimateur de Bercy pour les prouesses fiscales leur permettant de payer aussi peu d'impôts que possible sur le sol français.

François Hollande pourrait profiter de cette occasion pour tenter de convaincre ses interlocuteurs du bien-fondé de son plaidoyer pour une harmonisation mondiale des pratiques fiscales, croit savoir le site internet du magazine économique "Challenge".

Dailymotion, Uber et le "French tech hub"

Évoquera-t-il aussi les autres affaires qui ont écorné l'image de l'Hexagone en Californie ? Il y a, en effet, eu le refus d'Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, de voir Yahoo! mettre la main sur le site français de partage de vidéo Dailymotion en mai 2013. Cette sortie avait été perçue par les entrepreneurs américains comme une forme d'interventionnisme étatique d'un autre temps. Plus récement, les États-Unis ont observé avec étonnement la colère des taxis contre les services concurrents tels qu'Uber et la manière dont le gouvernement a semblé prendre partie pour les taxis.

Pas sûr, cependant, que François Hollande ait à cœur de passer son temps à justifier le modèle sociale et économique français. Le président français compte aussi profiter de son passage à la Silicon Valley pour vanter l'écosystème numérique français. Il emmène avec lui plusieurs patrons de start-up tricolores - comme Vincent Ricordeau, le président du site de financement participatif Kisskissbankbank , Éric Careel, le cofondateur de la société d'impression 3D Sculpteo, ou encore Frédéric Mazzella, responsable du service de covoiturage Blablacar - pour illustrer le concept de "Start up République" cher à sa ministre déléguée à l'Économie numérique, Fleur Pellerin.

François Hollande s'efforcera, en tout cas, de ne pas donner l'impression d'être venu chercher la bonne parole technologique à l'oracle de la Silicon Valley. C'est dans cet optique qu'il compte inaugurer, en présence du maire de San Francisco Edwin M. Lee, le "French Tech hub", un incubateur (lieu pour accompagner le développement des jeunes entreprises, ndlr.) de start-up d'entrepreneurs français. 

L'idée peut paraître bonne : il y a 60 000 ressortissants français dans la Silicon Valley, ce qui en fait l'une des nationalités étrangères les plus représentées dans cette Mecque des nouvelles technologies. Mais, comme le souligne à l'AFP Carloz Dias, le fondateur de la société spécialisée dans la télé connectée Kwarter, cette structure risque d'être l'illustration de ce que les entrepreneurs américains reprochent aux Français : concevoir l'innovation essentiellement au travers de structures financées par des fonds publics.

Première publication : 10/02/2014

  • ÉTATS-UNIS

    Hollande et Obama chez le plus francophile des présidents américains

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    François sans Valérie : un casse-tête protocolaire pour la Maison Blanche

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)