Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Amériques

Hollande et Obama chez le plus francophile des présidents américains

© AFP | François Hollande et Barack Obama en décembre 2013

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/02/2014

Le président français se rend, lundi, en Virginie, où il doit symboliquement retrouver son homologue américain Barack Obama dans la résidence du francophile Thomas Jefferson, troisième président des États-Unis.

Pour la toute première visite d’État d’un président français aux États-Unis depuis 1996, Paris et Washington ont soigné la symbolique. François Hollande et son homologue débuteront, lundi 10 février, leur entretien officiel sur le sol américain en Virginie, où se trouve la résidence du troisième président des États-Unis, le francophile Thomas Jefferson.

Le domaine de Monticello, classé au patrimoine mondial de l'Unesco, est une ancienne plantation dont a hérité Thomas Jefferson. Il a été, durant sa carrière politique, une figure emblématique de l'indépendance américaine. Francophile convaincu, il a par ailleurs été ambassadeur à Paris de 1785 à 1789.

Ce lieu a été choisi, de l’aveu des deux parties, afin d’illustrer la relation bicentenaire qui lie les deux pays. Et le moyen qu’a choisi Washington pour s’y rendre, l'Air force One, veut montrer que Barack Obama souhaite tisser des liens privilégiés avec le président français.

Dans une tribune co-signée par les deux chefs d’État et publiée lundi par le journal "Le Monde", Paris et Washington se félicitent d’avoir fait "franchir un nouveau cap" à l'alliance franco-américaine.

"Enraciné dans une amitié de plus de deux siècles, notre partenariat toujours plus étroit constitue un modèle de coopération internationale", expliquent-ils, prenant pour exemple les positions communes sur le programme nucléaire iranien, le conflit syrien, la sécurité en Afrique ou la coopération économique.
 

Une première depuis 1996

"Pendant plus de deux siècles, nos deux peuples ont fait front pour défendre notre liberté commune. À présent, nous assumons, une fois encore, nos responsabilités, non seulement l'un envers l'autre, mais envers un monde qui est plus sûr grâce à la pérennité de notre alliance réaffirmée aujourd'hui", ajoute le texte.

Ni François Hollande, ni Barack Obama n’ont prévu de s’exprimer lundi. Le président français profitera de sa soirée pour dîner avec la directrice générale du FMI Christine Lagarde et le président de la Banque mondiale Jim Yong Kim.

Une conférence de presse commune sera organisée mardi, à midi, heure de l’Est, pour que les deux hommes puissent rendre publics leurs échanges de la veille.

Dans la foulée, le chef de l'État français déjeunera avec le vice-président Joe Biden et le secrétaire d’État John Kerry avant de dîner, en célibataire, à la Maison Blanche.

Mercredi, le président français poursuivra sa visite en compagnie d’industriels français avec lesquels il s’envolera pour San Francisco et la Sillicon Valley, avec l’objectif de tordre le cou à la réputation de la France, perçue par beaucoup comme un enfer fiscal et administratif.

François Hollande est le premier président français depuis Jacques Chirac, en 1996, à se voir accorder une visite d’État sur le sol américain.

Avec Reuters

Première publication : 10/02/2014

  • TUNISIE

    Hollande à Tunis pour célébrer le "succès" du Printemps tunisien

    En savoir plus

  • AFFAIRE HOLLANDE-GAYET

    Julie Gayet porte plainte au pénal contre le magazine "Closer"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Valérie Trierweiler à "Match" : "Quand j'ai su, j'ai cru tomber d'un gratte-ciel"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)