Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

SUR LE NET

Hommages aux victimes du naufrage en Corée du sud

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : fusillade à Sloviansk, les séparatistes demandent l'aide de Moscou

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad se rend dans la ville chrétienne de Maaloula pour la fête de Pâques

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps repêchés du ferry naufragé

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

La France a financé les porte-avions britanniques en pure perte

AFP

La France a dépensé 200 millions d'euros pour subventionner les porte-avions britanniques dans le cadre d'une coopération avec la Grande-Bretagne dont l'échec était prévisible, a dénoncé mardi la Cour des comptes.Des avions Rafale sur le porte-avions français Charles de Gaulle dans le golfe d'Oman le 31 janvier 2014

La France a dépensé 200 millions d'euros pour subventionner les porte-avions britanniques dans le cadre d'une coopération avec la Grande-Bretagne dont l'échec était prévisible, a dénoncé mardi la Cour des comptes.Des avions Rafale sur le porte-avions français Charles de Gaulle dans le golfe d'Oman le 31 janvier 2014

La France a dépensé 200 millions d'euros pour subventionner les porte-avions britanniques dans le cadre d'une coopération avec la Grande-Bretagne dont l'échec était prévisible, a dénoncé mardi la Cour des comptes.

Paris avait proposé à Londres en 2002 de coopérer sur un projet de porte-avions de l'avenir "en vue de construire deux porte-avions pour la Royal Navy et un pour la Marine nationale française", rappelle la Cour dans son rapport annuel. L'objectif était de dégager des économies d'échelle pour faire face aux contraintes budgétaires.

"Mais dès l'origine, le Royaume-Uni avait clairement fait savoir que ni les caractéristiques, ni le calendrier, ni le projet industriel qu'elle menait n'étaient susceptibles d'être adaptés, a souligné le président de la Cour, Didier Migaud en présentant le rapport. Malgré cela, la France a signé en 2006 un accord voué à l'échec. Il permettait à la France d'acheter l'accès aux études britanniques, au prix élevé de 103 millions d'euros (112 millions constants 2013) afin de s'en inspirer".

"Cette somme n'a été, in fine, qu'une pure subvention au programme anglais", selon M. Migaud. "D'autres dépenses ont été consacrées à la production d'études inutilisables, portant la dépense à 196 millions d'euros (214 millions d'euros constants 2013). Il peut arriver que des programmes d'armement n'aboutissent pas à des réalisations concrètes, il est en revanche anormal que des sommes aussi importantes aient été engagées alors que l?impasse de la coopération était très largement prévisible", a souligné le président.

Le programme visant à doter la France d'un second porte-avions, pour épauler le Charles-de-Gaulle, a été lancé en 2005 et suspendu en 2008 faute de moyens.

Les navires ne sont jamais opérationnels toute l'année et exigent des périodes d'entretien et de réparation. La France aurait donc besoin de deux porte-avions pour en avoir un en mer en permanence.

Première publication : 11/02/2014